Biographie

Née en 1972

Vit et travaille à Nice

Représentée par la Galerie Eva Vautier Nice

 

L'usage des techniques dites « féminines » (couture, tressage) dans le travail de Sandra D. Lecoq affirme d'emblée son intérêt pour les questions liées aux identités sexuelles. S'appuyant sur son expérience relationnelle, familiale, sociale, elle met en place un langage artistique qui puise ses formes jusque dans l'intime. On trouve dans cette œuvre, les visages familiers, le sien, celui de son fils, de son compagnon, ils côtoient les crânes, les majeurs levés et les dessins d'enfants. On y voit également le travail des amis, des artistes proches (invités à produire ensemble). Il y a le phallus omniprésent, celui majestueux et abattu sur lequel on marche (Penis Carpet), celui plus générique qui se multiplie sur fond de patchwork (Flacid Paintings). Et tout s'organise pour monter les pans d'un univers qui fait du rapport à l'autre une clé de voute.

Quand elle peint, Sandra D. Lecoq bouscule la peinture jusqu'à devenir insultante. Lettre après lettre sur la toile, les pires injures s'enchainent, la « h de guerre » ne s'enterre pas vraiment, elle explose, se lance avec rage sur des champs colorés en 2 mètres sur 2. « Female Wild Soul » retentit alors comme un slogan qui dit une attitude réfractaire à toute docilité, une position offensive qui embrasse la vie avec passion et une once de démesure.

 

The use of so-called "feminine" techniques (sewing, weaving, plaiting) in Sandra D. Lecoq's work immediately confirms her interest in issues connected with sexual identities. Basing her work on her relational, family and social experience, she sets up an artistic language which derives its forms even in private intimacy. In this oeuvre we find familiar faces, her own, her son's, her partner's, side by side with skulls, raised middle fingers and children's drawings. In it we also see the work of friends, artists she is close to (invited to produce works together). There is the ubiquitous phallus, the majestic and exhausted organ on which one walks (Penis Carpet), and the more generic one which is multiplied on a patchwork ground (Flacid Paintings). And everything is organized so as to assemble the areas of a world which makes the relation to the other a keystone.

When Sandra D. Lecoq paints, she jostles and upsets the painting to the point of becoming insulting. Letter after letter on the canvas, the worst insults come in quick succession, the "hatchet" is not really buried, it explodes, furiously thrown onto coloured fields measuring 2 x 2 metres. "Female Wild Soul" thus rings out like a slogan which expresses a resistant attitude in all docility, an offensive stance which embraces life with passion and an ounce of excess.

 

Site internet et réseaux sociaux

Source

Documents d'artiste Paca

Dernière mise à jour le 12 février 2020