Exposition Crossroads de Hélène Bertin, Eléonore False, Ingrid Luche et Malvina Panagiotidi

Dans le cadre du programme Suite 2022
Exposition
callirrhoë Athènes
Vue de l'exposition Crossroads à Callirrhoë

(Au premier plan) : Hélène Bertin, Agora, 2022. Courtesy de l’artiste.
(À l’arrière plan) : Ingrid Luche, série (Californian) Ghost Dresses, 2018. Courtesy Air de Paris.

Dans le cadre du programme Suite initié par le Centre national des arts plastiques en partenariat avec l’ADAGP, les lieux d'exposition callirrhoë (Athènes) et 40mcube présentent l'exposition « Crossroads » des artistes Hélène Bertin, Éléonore False, Ingrid Luche et Malvina Papagiotidi.

En 2019, dans le cadre du programme Suite initié par le Centre national des arts plastiques avec le soutien de l'ADAGP, le centre d’art 40mcube a réuni à Rennes les artistes Hélène Bertin, Éléonore False et Ingrid Luche dans une exposition collective intitulée Bertfalhe, un mot inventé désignant un monde imaginaire que chacun est libre de localiser sur une carte. Cette exposition était composée d'œuvres liées à un voyage, à la découverte des villes et des territoires, montrant un intérêt pour de nouveaux horizons, et une forme d'altérité. Éléonore False est partie au Japon, Ingrid Luche à Los Angeles et Hélène Bertin à Cucuron. En 2022, avec cette nouvelle itération de l'exposition à Athènes, fruit d'une collaboration entre 40mcube et Callirrhoë avec le soutien du ministère de la Culture, du Centre national des arts plastiques et de l'ADAGP, de l'Institut français, de la Ville de Rennes et de Rennes Métropole, de nouveaux liens se tissent entre les pratiques des trois artistes françaises et de l'artiste grecque Malvina Panagiotidi, qui suggèrent une autre façon d'entrer en relation avec l'autre.

À cette occasion, Hélène Bertin présente une nouvelle œuvre réalisée à l'endroit même où elle a consacré ses recherches pour l'exposition Bertfalhe, son village de Cucuron dans le sud de la France, mettant en parallèle le lavoir, lieu public réservé au lavage des vêtements et espace traditionnel de rassemblement des communautés locales dans les villages de France, et l'idée de l'agora grecque, un espace public pour les cités-États grecques pour la prise de décision commune.

L'installation murale d'Éléonore False s'inspire de son séjour au Japon : elle s'intéressait aux techniques de la céramique et du textile, à l'architecture, et elle était sensible à la culture du peuple Aïnous qui vit à Hokkaido, l'une des quatre îles principales du Japon. Dans un magasin d'antiquités, elle a trouvé un livre ancien avec des techniques d'impression et de reliure particulières, qui représentait des villes européennes d'un point de vue orientaliste. False ne conserve que l'élément graphique du livre. Un effet mouvant est produit par la disposition des motifs des plaques de plexiglas sérigraphiées et superposées. Par ailleurs, elle prolonge son travail visuel avec une composition inspirée de la cloche de 17h, “goji no chaimu'' en collaboration avec le compositeur Nicolas Mollard.

Ingrid Luche présente des œuvres de la série Ghost Dresses, des sculptures en tissu ornées d'accessoires et suspendues à des structures métalliques surdimensionnées évoquant des portants. Elle puise son inspiration dans son séjour à Los Angeles et dans la Silicon Valley en 2018. Luche collectionne des images et des objets liés au territoire et à ses liens avec le cinéma, l'innovation technologique, les paysages désertiques ou les quêtes spirituelles comme une maison en flammes, une peinture murale d'Arnold Schwarzenegger, des écouteurs jetables, une photo d'une œuvre de Richard Prince, une impression d'un canyon dans le désert et une capture d'écran d'une vidéo de la populaire youtubeuse et activiste Nasim Najafi Aghdam.

Le mythe de Bertfalhe nourrit une nouvelle œuvre de Malvina Panagiotidi : en utilisant la technique de l'électroformage, un procédé de formage du métal, elle crée une sorte de corps pluriel et fragmenté. L'objet en cuivre récemment formé est identique à l’objet initial en cire mais creux à l'intérieur et se traduit par une présence fantomatique. Son processus alchimique, comme le processus de création de mythes, nécessite un ordre précis d'actions qui rappelle un rituel. Panagiotidi situe sa pratique au carrefour de différents champs tels que l'ethnologie, la sociologie, l'histoire culturelle, la théosophie, etc., qui participent également à la formation d'une créature hybride.

Callirrhoë

Fondé en 2020 par la commissaire Olympia Tzortzi dans le centre d’Athènes, Callirrhoë est un lieu hybride qui propose un espace à but non lucratif et une galerie mettant l’accent sur les discours interdisciplinaires et les projets de recherche. Sa vocation est d’offrir une plateforme de réflexions et d’échanges pour les artistes, les penseurs et les amateurs autour d’enjeux sur le vivre ensemble, la société et l’art d’aujourd’hui et de demain. La programmation prévoit expositions et événements autour de ces questions : comment la société influence-t-elle l’art et comment l’art, à son tour, influence et matérialise notre appréhension de la société et du monde d’aujourd’hui.

40mcube

Basé à Rennes, 40mcube est un centre d’art contemporain d’intérêt national qui regroupe un espace d’exposition, un atelier de production d’œuvres, un lieu de résidence d’artistes, un organisme de formation et un bureau d’organisation de projets d’art contemporain dans l’espace public. 40mcube produit des œuvres de formes et d’esthétiques variées, les diffuse sous forme d’expositions ou d’interventions dans l’espace public, met en place des programmes de résidences, de professionnalisation et de médiation.

Horaires

Mardi - Samedi
16h - 20h

Adresse

callirrhoë

Veikou 95
11741 Athènes
Grèce

Dernière mise à jour le 23 juin 2022