André Raffray

Exposition
Arts plastiques
Les coopérateurs Limoges

André Raffray, Projection du premier film Lumière, 1977 / Collection FRAC Limousin / ©F. Le Saux

Durant l'été 2008, le FRAC Limousin et l'association La Croisée des Chemins s'associent pour présenter un ensemble d'oeuvres d'André Raffray. Les relations entre l'artiste et le FRAC remontent au printemps 2002, au moment où il vint visiter l'exposition personnelle de Gabriele Di Matteo à Limoges. En effet, l'artiste italien y présentait une double série d'oeuvres La vie illustrée de Marcel Duchamp, avec douze dessins d'André Raffray, et l'auteur des images découvrait pour la première fois ce qu'en avait fait le « copiste » napolitain. L'été suivant, lors des vingt ans du FRAC Limousin, il fut invité à participer à l'exposition Une collection de chefs-d'oeuvres, emprunts, pastiches, copies, citations et interprétations où plusieurs oeuvres majeures furent présentées avant d'intégrer la collection : Le Luxe d'après Matisse, seule vidéoprojection réalisée par Raffray en 1998, Jeune garçon sur la plage d'Yport d'Auguste Renoir, une des deux photographies repeintes à la gouache en 1996, et quatre des dix-huit gouaches de l ‘Encyclopédie du cinéma français qu'il réalisa en 1977-78 pour le ciné-club télévisé de Claude-Jean Philippe. A notre tour, en 2004, nous décidames de lui passer commande d'une « peinture recommencée », oeuvre emblématique de sa manière de travailler et pour laquelle il est peut-être le plus connu, davantage en Allemagne et aux Etats-Unis qu'en France. Après de nombreuses péripéties, nous retrouvames le site précis où Picabia posa son chevalet, près de Crozant, en 1909, pour réaliser ce paysage « hyper-fauve » qui se trouve aujourd'hui dans les collections du Musée National d'Art Moderne (1). Ayant retrouvé le lieu, Raffray fit une première séance de prise de vue, puis une seconde quelques mois plus tard pour avoir une végétation moins dense. S'étant par ailleurs procuré une photographie du tableau original, l'artiste entrepris de réaliser minutieusement aux crayons de couleurs une réplique de chacune des photographies au format du tableau original. Le diptyque ainsi constitué propose à la fois un voyage dans le temps (un siècle de distance ou presque sépare ces deux images) et une approche renouvelée de l'espace et de la vision. En quelques années, grâce à sa complicité et à sa générosité, nous avons pû ainsi réunir le plus bel ensemble d'oeuvres d'André Raffray en France dont une sélection est montrée cet été à l'Atelier de La Souterraine (2). Entre peinture, cinéma (ou télévision) et photographie, son oeuvre apparaît d'une incroyable fraîcheur. C'est sans doute parce qu'elle est basée sur une passion toujours renouvelée pour l'art moderne et ses manières de nous faire voir le monde que l'oeuvre de Raffray, avec la modestie et l'obstination qui le caractérisent, parvient à « rafraichir » notre manière de voir. Durant l'été, d'autres oeuvres d'André Raffray sont présentées au FRAC à Limoges dans l'exposition « Photopeintries, 2ème épisode: pharmacie » dont le thème principal, la retouche photographique, est en partie inspiré par son parcours. (1) Mais peut-être, comme le Douanier-Rousseau à la même époque, s'est-il servi d'une carte postale? A ce jour, personne ne le sait vraiment. (2) En particulier une copie du film que la télévision allemande réalisa pour sa rétrospective à Bonn en 1996 et dont l'artiste utilisa une séquence comme toile de fond pour « Le Luxe d'après Matisse » Yannick Miloux, mai 2008. Légende image: André Raffray Projection du premier film Lumière, 1977 Extrait de la série Encyclopédie du cinéma français, 1977 – 1978 Gouache sur papier, 43 x 54 cm Collection FRAC Limousin / ©F. Le Saux

Artistes

Partenaires

FRAC Limousin et MJC - La Souterraine

Horaires

entrée libre ouvert tous les jours de 15h à 18h et sur rendez-vous

Adresse

Les coopérateurs Impasse des Charentes 87100 Limoges France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 2 mars 2020