Y a pas de problème hôtel et Nursery Rhymes, Triptyque

projection
Projection/Diffusion audio
Film, vidéo
MODEMONLINE Paris 10
"Y a pas de problème hôtel" : Vidéo réalisée au Mali, est un documentaire-fiction qui cadre des éléments tragi-comiques du réel montrant les contrastes entre une Afrique réduite à une piscine d'hôtel située derrière de haut murs, destinée aux visiteurs blancs, "les toubabs", et une autre, celle, de l'autre côté du mur, habitée par les "farafis", les noirs. Mais ni les mers ne sont définitivement infranchissables, ni les frontières parfaitement protégées, ni le murs jamais assez hauts ... et tant les ouvriers (noirs, africains, pauvres, de sexe masculin et de probable confession musulmane) perchés sur des échafaudages de fortune d'immeubles en construction voisinant l'hôtel, que les vacancières (blanches, européennes, de sexe féminin, en bikini et de probable culture judeo-chétienne), peuvent se voir et même se regarder mutuellement malgré le mur qui les sépare.... Que voient-ils? Que pensent-ils? Comment se voient-ils les uns les autres? Que vient-on voir en Afrique? Peut-on voir l'Afrique? "Nursery Rhymes", Triptyque : "L'Annonciation" s'inspire du mythe chrétien selon lequel une vierge a pu enfanter grâce à un miracle. Poussant cette logique, si logique il y a, si une vierge a pu enfanter, pourquoi pas un miracle de plus, pourquoi un homme ne pourrait-il pas enfanter lui aussi? Le film "L'Annonciation" est une revisitation du mythe, en l'actualisant du fait que maintenant ce serait un homme et non pas une vierge qui pourrait porter un enfant. "Le Bain" s'inspire de l'éthique de la sollicitude. Ici la dimension mythique s'estompe au profit d'une sorte de réalisme fantastique. Alors que la question des rapports entre art et éthique n'a cessé d'être soulevée dans l'art récent à travers la double problématique de l'éthique consensuelle des droits de l'homme (photographie humaniste...) et de l'éthique de l'Autre (photographie humanitaire...), souvent au détriment d'une dimension proprement politique, l'éthique de la sollicitude n'y a guère trouvé sa place, même dans l'art d'inspiration féministe. Sans doute "Le Bain" peut-il évoquer la fameuse photo de W. Eugene Smith, « The Day that Tomoko Smiled » extraite de sa série Minamata. Mais la photo d'Eugene Smith, tout en pouvant évoquer une ancienne Pieta, relève encore pour le principal, au même titre (ou presque) que la trop fameuse photo de Georges Mérillon appelée non sans vergogne « La Pieta du Kosovo », de l'éthique humanitaire, ce qui n'est plus du tout le cas du Bain quand bien même celui-ci peut lui-même évoquer une Pieta, l'autre référence du Bain étant la nouvelle de Jean-Luc Lagarce intitulée elle-même « Le Bain » (1993). Une des lectures possibles du troisième et dernier volet du triptyque, "Le Ravissement", a trait à la nécessité sociale de procréer, à l'attente que les hommes et les femmes, parvenus à l'âge adulte, continuent la race, la lignée, assurent, pour ce qui est des hommes, la survie du nom patronymique. « Ravissement » désigne aussi bien l'acte de ravir (en l'occurrence un enfant) que celui d'être ravi (par ce même enfant). Ce film adresse quelques clins d'oeil au cinéma burlesque et au film de Charlie Chaplin, The Kid. Alors que L'Annonciation demeure animé par une interrogation métaphysique et s'en prend aux lois naturelles, alors que Le Bain s'en prend aux lois du genre, Le Ravissement s'en prend pour sa part aux lois sociales.

Autres artistes présentés

Joao Vieira Torres

Horaires

lundi au vendredi 11H00-19h00- Fermé week-end et jours fériés

Adresse

MODEMONLINE 25 rue Yves Toudic 75010 Paris 10 France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 2 mars 2020