Taryn Simon

Birds of the West Indies
Exposition
Arts plastiques
Galerie Almine Rech - 75003 Paris 03

Thailand, 2014
6 images, noir et blanc
68,3 x 86 cm (encadré)

 Parallel to Taryn Simon’s exhibition at Jeu de Paume, the American artist’s first

monographic exhibition at a French institution, Almine Rech Gallery is pleased to present

in its Paris space the European premiere of Simon’s Birds of the West Indies , from February

21st until March 14th, 2015.

In 1936, an American ornithologist named James Bond published the definitive taxonomy

Birds of the West Indies . Ian Fleming, an active bird-watcher living in Jamaica, appropriated

the name for his novel’s lead character. He found it “flat and colourless,” a fitting choice

for a character intended to be “anonymous. . . a blunt instrument in the hands of the

government.” This co-opting of a name was the first in a series of substitutions and

replacements that would become central to the construction of the Bond narrative.

Conflating Bond the ornithologist with 007, Taryn Simon uses the title and format of the

ornithologist’s taxonomy for her work Birds of the West Indies  (2013–2014).

In Birds of the West Indies , 2014, Simon casts herself as James Bond (1900–1989) the

ornithologist, and identifies, photographs, and classifies all the birds that appear within

the twenty-four films of the James Bond franchise. The appearance of many of the birds

was unplanned and virtually undetected, operating as background noise for whatever

set they happened to fly into. Simon ventured through every scene to discover those

moments of chance. The result is a taxonomy not unlike the original Birds of the West

Indies . The artist has trained her eye away from the agents of seduction—glamour, luxury,

power, violence, sex—to look only in the margins. She forces the viewer’s gaze off center,

against the intentions of the franchise, by focusing on the forgotten, insignificant, and

overlooked.

Each bird is classified by the time code of its appearance, its location, and the year in

which it flew. The taxonomy is organized by country: some locations correspond to

nations we acknowledge on our maps, including Switzerland, Afghanistan, and North

Korea, while others exist solely in the fictionalized rendering of James Bond’s missions,

including Republic of Isthmus, San Monique, and SPECTRE Island.

Simon’s ornithological discoveries occupy a liminal space—confined within the fiction

of the James Bond universe and yet wholly separate from it. The birds flew freely in the

background of the background, unnoticed or unrecognized until they were catalogued by

Simon. Sometimes indecipherable specks hovering in the sky or perched on a building,

these birds will never know, nor care, about their fame. In their new static form, the birds

often resemble dust on a negative, a once common imperfection that has disappeared

in the age of Photoshop. Other times, they are frozen in compositions reminiscent of

genres from photographic history. Some appear as perfected and constructed still lifes

while others have a snapshot quality. Many appear in an obscured, low-resolution form,

as if they had been photographed by surveillance drones or hidden cameras. These visual

variations are also affected by feature film’s evolution from 35 mm to high-resolution

digital output.

Simon’s taxonomy of 331 birds is a precise consideration of a new nature found in

an alternate reality. Bird study skins, correspondence, awards, and personal effects of

James Bond the ornithologist have been collected by Simon and are displayed in vitrines

alongside the photographic works. These artifacts present remnants of the real-life James

Bond in his parallel existence to the fictional spy who took his name.

The James Bond film franchise relies upon an ageless, Western male hero with an

inexhaustible supply of state-of-the-art weaponry, luxury vehicles, and desirable women.

This illusion requires a constant process of replacements. A contract exists between the

franchise and the viewer that binds both to a set of expectations. In servicing the desires

of the consumer, fantasy becomes formula, and repetition is required; viewers demand

something new, but only if it remains essentially the same Taryn Simon’s film Honey Ryder (Nikki van

der Zyl) , 1962 documents the most prolific agent of substitution in the Bond franchise.

From 1962 to 1979, Nikki van der Zyl, an unseen and uncredited performer, provided voice dubs for

over a dozen major and minor characters throughout nine Bond films. Invisible until now, van der Zyl

further underscores the interplay of substitution and repetition in the preservation of myth and

the construction of fantasy.

 

 Taryn Simon (b. 1975) has constructed an ambitious body of work that is the result

of an invisible and rigorous process of research and investigation. Her works combine

photography, text, and graphic design, in conceptual projects addressing the production

and circulation of knowledge, and the politics of representation. Simon interrogates the

power and structure of secrecy and the precarious nature of survival.

Simon’s works have been the subject of monographic exhibitions at Folkwang Museum,

Essen, Ullens Center for Contemporary Art, Beijing (2013-2014), MoMA, New York

(2012), Tate Modern, London (2011), Neue National Galerie, Berlin (2011), Whitney

Museum of American Art, New York (2007), Museum fur Moderne Kunst, Frankfurt

(2008), Kunst-Werke Institute for Contemporary Art, Berlin (2004), PS1

Contemporary Art Center, New York (2003). Simon is a graduate of Brown University

(Providence, Rhode Island) and a Guggenheim Fellow. Several books have been

published providing an inventory of her works accompanied by critical texts, including

essays by Salman Rushdie, Homi K. Bhabha, and Hans Ulrich Obrist.

 

 

 En parallèle de la première exposition monographique consacrée à l’artiste américaine

Taryn Simon dans une institution française, au Jeu de Paume, la galerie Almine Rech a le

plaisir de présenter dans son espace parisien, Birds of The West Indies , du 21 février au 14

mars 2015.

En 1936, un ornithologue américain qui s’appelait James Bond a publié une taxinomie

définitive des oiseaux des Antilles. Ian Fleming, un ornithologue amateur très actif

vivant en Jamaïque s’est approprié son nom pour le personnage principal de son

roman. Il le trouvait “plat et sans relief ”, un choix parfait pour un personnage destiné

à être “anonyme… un instrument contondant dans les mains du gouvernement”. Cette

réappropriation du nom a constitué le premier pas dans une série de substitutions et de

remplacements qui allaient devenir centraux dans la construction narrative des James

Bond. Pour son oeuvre Birds of The West Indies  (2013-2014), Taryn Simon a utilisé le titre

et le format de la taxinomie établie par Bond l’ornithologue, en le combinant avec le

personnage de 007.

Dans Birds of The West Indies, 2014 , l’artiste joue le rôle de l’ornithologue James Bond

(1900-1989) et identifie, photographie et classifie tous les oiseaux qui apparaissent dans

les vingt-quatre films de la série d’espionnage. La présence d’un grand nombre de ces

oiseaux, virtuellement indétectable, n’était pas planifiée, opérant comme un bruit de fond

sur les plateaux et décors où ils évoluaient. Pour découvrir ces moments dûs au hasard,

Taryn Simon s’est aventurée au coeur de chaque scène. Le résultat nous propose une

classification qui n’est pas sans ressembler à celle du Birds of the West Indies  original.

L’artiste a entraîné son regard afin qu’il s’éloigne d’éléments séduisants tels que le

glamour, le luxe, le pouvoir, la violence et le sexe, pour pouvoir se concentrer sur la

marge. À l’encontre des intentions de la série des films de James Bond, elle force le regard

du spectateur à s’éloigner du centre, en se focalisant sur l’insignifiant, sur ce qui est passé

inaperçu et ce qui a été oublié.

Chaque oiseau est classifié selon son code horaire d’apparition dans le film, l’endroit où

il est apparu, et l’année pendant laquelle il a volé. La taxinomie est organisée par pays :

certains endroits correspondent aux nations que nous connaissons sur les cartes, comme

la Suisse, l’Afghanistan ou la Corée du Nord, tandis que d’autres existent uniquement

dans la description fictive des missions de James Bond, comme la République d’Isthmus,

San Monique, ou l’Île du SPECTRE.

Les découvertes ornithologiques de Taryn Simon occupent un espace liminal, confiné

au sein de la fiction de l’univers de James Bond mais qui en est néanmoins entièrement

séparé. Jusqu’à ce qu’ils soient catalogués par l’artiste, les oiseaux volaient librement

en arrière-plan, sans qu’on ne les remarque ou qu’on ne les reconnaisse. Parfois

perchés sur un bâtiment, ou sous forme de points noirs indéchiffrables dans le ciel,

ces oiseaux ne sauront jamais rien de leur célébrité et n’en auront jamais rien à

faire. Sous leur nouvelle forme statique, ces oiseaux ressemblent souvent à des grains

de poussière sur un négatif, une imperfection autrefois courante mais qui a maintenant

disparu, à l’âge de Photoshop. À d’autres moments, ils sont figés dans des

compositions qui rappellent les genres propres à l’histoire de la photographie.

Certains d’entre eux nous apparaissent tels des compositions de natures mortes

perfectionnées, tandis que d’autres ont la qualité d’un instantané. Beaucoup se

présentent sous une forme obscurcie, en basse définition, comme s’ils avaient été

photographiés par des drones de surveillance ou par des caméras cachées. Ces variations

visuelles sont aussi la conséquence de l’évolution du film de long métrage, depuis le 35

mm jusqu’au format digital haute définition.

La taxinomie des 331 oiseaux de Taryn Simon serait le reflet précis d’une nouvelle nature,

telle qu’on pourrait la trouver dans une réalité alternative. L’artiste a collectionné les

dépouilles anatomiques d’oiseaux ; la correspondance, les prix et récompenses reçus ainsi

que les effets personnels de James Bond l’ornithologue, pour les exposer dans des vitrines,

accompagnés d’oeuvres photographiques. Ces artefacts nous présentent les vestiges de la

vie du véritable James Bond et de son existence, en parallèle de celle de l’espion fictif qui s'appropria son nom.

 La série des films de James Bond est basée sur un héros masculin occidental, sans âge, et

sur son inépuisable collection d’armements dernier cri, de voitures de luxe et de femmes

séduisantes. Cette illusion nécessite un processus constant de substitutions. Il existe entre

le spectateur et la série un contrat qui les lie chacun à tout un ensemble d’attentes. En

répondant aux désirs du public, le fantasme se transforme en formule où la répétition est

obligatoire ; les spectateurs demandent de la nouveauté mais seulement si celle-ci reste

essentiellement la même.

Le film de Taryn Simon Honey Ryder (Nikki van der Zyl), 1962  documente la doublure

la plus prolifique de toute la série des James Bond. De 1962 à 1979, Nikki van der

Zyl, une actrice invisible et non créditée au générique, a fourni des doublages vocaux

pour plus d’une douzaine de personnages majeurs et mineurs présents dans neuf films.

Invisible jusqu’à maintenant, van der Zyl souligne encore davantage le jeu essentiel entre

substitution et répétition, nécessaire à la préservation du mythe et à l’élaboration du

fantasme.

 

Taryn Simon (née en 1975) a construit un corpus ambitieux d’oeuvres qui est le produit

de recherches rigoureuses et d’investigations sur la nature précaire de la survie, sur le

pouvoir et sur la structure du secret. Combinant photographies, textes et graphismes, ses

projets conceptuels remettent en question la production et la circulation du savoir, et les

politiques de la représentation.

Les travaux de Taryn Simon ont été présentés dans des expositions monographiques

à la Fondation Louis Vuitton à Paris, au Folkwang Museum à Essen, au Ullens Center

for Contemporary Art à Pékin (2013-2014), au MoMA à New York (2012), à la Tate

Modern, Londres (2011), à la Neue National Galerie, Berlin (2011), au Whitney Museum

of American Art, New York (2007), au Museum für Moderne Kunst, Francfort (2008),

à Kunst-Werke Institute for Contemporary Art, Berlin (2004), et PS1 Contemporary Art

Center, New York (2003). Simon est diplômée de Brown University (Providence, Rhode

 

Island) et est lauréate du Guggenheim Fellowship. Elle vit et travaille à New York.

Tarifs :

Gratuit

Artistes

Adresse

Galerie Almine Rech - 75003 64 rue de Turenne 75003 Paris 03 France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 2 mars 2020