Plutôt que rien : démontages

Exposition
Arts plastiques
Maison populaire Montreuil
Pour la première phase de sa programmation, "Plutôt que rien" : démontages, Raphaële Jeune développe en collaboration avec le philosophe Frédéric Neyrat un dispositif curatorial singulier par le biais d’un protocole proposé à quarante-cinq artistes, autant que de jours d’ouverture de l’exposition. Ce protocole établit des règles à partir desquelles une exposition peut s’écrire dans le temps. Chaque artiste est invité à intervenir, le temps d’un jour, dans le centre d’art de la Maison populaire, avec une œuvre, une installation ou une modalité de présence choisie en réponse au contexte. Ce temps court, situé dans un enchaînement chronologique entre les propositions précédentes et les suivantes, permet d’envisager l’intervention artistique autrement que dans une exposition collective agencée spatialement. Si dans cette dernière, les œuvres sont installées avant l’ouverture et, le plus souvent, une fois pour toutes, vidant l’espace de la présence de l’artiste, "Démontages" place au centre le processus apparition / présence / disparition de l’œuvre, tel que l’artiste le négocie, dans une temporalité contractée, dans un espace-chantier jamais stabilisé et à partir d’un propos curatorial perpétuellement transformé. Ainsi, une infinité de situations peut se présenter, libre aux artistes d’interpréter le protocole, et de jouer avec le mouvement d’altération continue qui crée l’exposition. Chaque jour, le moment du démontage, de la dé(sex)position de l’œuvre est celui d’un rendez-vous privilégié du public avec l’artiste. C’est l’instant plus ou moins dilaté d’un devenir absence, d’une « déposition » dans laquelle Frédéric Neyrat voit « un des noms pour les devenirs non flexibles, les à-venirs qui ne font pas que passer », l’art laissant un dépôt sur son passage. Ce dernier souhaite échafauder, en lien avec ce processus, une improvisation philosophique dans laquelle il tente l’expérience sans filet de l’altération d’une forme d’expression, celle de la pensée, par, dans, et à travers une autre, celle de l’art : une pratique des seuils. Raphaële Jeune - "Plutôt que rien" est une série de trois expositions conçues par Raphaële Jeune, en collaboration avec le philosophe Frédéric Neyrat, comme tentatives d’explorer et d’éprouver les enjeux de la notion de transformation aujourd’hui, telle que l’art la travaille et telle qu’il est travaillé par elle. Commissaire et philosophe entretiennent un dialogue continu pour élaborer tout au long de l’année une réflexion-action en lien avec les artistes et les œuvres, à partir de leurs recherches qui se rejoignent sur de nombreux points, chacun ayant son mode d’approche spécifique : à-venir, devenir, pensée de la relation, altération, critique du flux, écosophie, etc. Fruit du mouvement des choses et des relations entre les choses, la transformation est la dynamique élémentaire de l’existence, du microscopique au macroscopique. Le processus vital naît d’un excès de la vie sur elle-même, d’une poussée en avant : il y a toujours quelque chose plutôt que rien. Cette vérité leibnizienne nourrit l’histoire du monde et de la pensée depuis l’Antiquité. Héraclite déjà annonçait : tout coule. Aujourd’hui plus que jamais, nous regardons le monde comme une boule de flux en tous sens (l’Hydroglobe), comme une interaction généralisée. Mais une interaction dont les mouvements nous dépassent et menacent le vivant. Ainsi les clés de la transformation aujourd’hui ne semblent plus entre nos mains, tous nos projets d’émancipation paraissent frappés d’impuissance, et la conscience de plus en plus prégnante de la finitude de l’espèce humaine ouvre de nouveaux abîmes… ou de nouveaux horizons. Le pro-jet – le jet devant soi – ne serait-il pas en réalité la puissance de vie elle-même, la dynamique du devenir ouvert et non programmable, s’écrivant toujours au gré des rapports changeants entre les êtres et les choses ? Le processus même d’altération comme suite interminable de relations toujours renégociées et jamais figées, construisant au fur et à mesure leur propre sens, nous invite à reconsidérer notre rapport au monde, à l’autre… A condition que ce mouvement « altératoire » ne se referme pas sur lui-même comme le fait le capitalisme, mais soit générateur d’écart, de bifurcation, d’échappée, de discontinuité, à condition que quelque chose se dépose, plutôt que rien. La puissance de l’art a ici toute sa place. Raphaële Jeune

Complément d'information

Commissaire d’exposition indépendante, fondatrice de l’association Art to be, Raphaële Jeune a dirigé les deux premières éditions des Ateliers de Rennes - Biennale d’art contemporain, Valeurs croisées en 2008 et Ce qui vient en 2010 (catalogues aux Presses du réel). Elle vit actuellement à Rennes.

Frédéric Neyrat est philosophe, enseignant, et a déjà publié de nombreux ouvrages dont Terrorismes. La Tentation de l’abîme (2009), Biopolitique des catastrophes (2008) et Clinamen (à paraître en novembre 2011). Il collabore régulièrement aux revues Multitudes, Rue Descartes, RILI, etc. Il vit et travaille à Lyon.

Partenaires

Le Centre d’art est soutenu par le ministère de la Culture et de la Communication - DRAC Ile-de-France, le Conseil régional d’Ile-de-France, le Conseil général de la Seine-Saint-Denis et la Ville de Montreuil.

Horaires

Le centre d’art est ouvert Du lundi au vendredi de 10 heures à 21 heures Le samedi de 10 heures à 16 heures 30. fermé les dimanches, jours fériés et vacances scolaires Visites commentées gratuites sur demande à l’accueil du lundi au vendredi entre 14h et 21h. Tous les vendredi à 19h, sur inscription. Visites de groupe sur rendez-vous Inscription à l’accueil ou au 01 42 87 08 68

Adresse

Maison populaire 9 bis rue Dombasle 93100 Montreuil France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 2 mars 2020