PHILLIPE CHANCEL, GARY GREEN

Rebels & Dandys
Photographie
Galerie Miranda Paris 10
Oeuvres de Philippe Chancel et Gary Green en dialogue dans l'exposition

Au printemps 2021 la Galerie Miranda présente deux séries photo historiques et peu connues qui ont immortalisé la culture "underground" de Paris et de New York à la fin des années 70 et au début des années 80.   A cette époque, Gary Green (né en 1956 aux Etats Unis) et Philippe Chancel (né en 1959 en France), étaient de jeunes photographes qui cherchaient leurs voies professionnelles et artistiques.  Chacune de leur séries respire une jeunesse fulgurante - la leur mais aussi celle des communautés photographiées.

Complément d'information

En 1982, Philippe Chancel, âgé alors de 21 ans, a passé un an à documenter les gangs parisiens de jeunes rockeurs, issus souvent de l'immigration.  Ils rêvent d'intégration sociale et de liberté et se retrouvent dans la musique et le style vestimentaire charriés par la pop culture américaine des années 50, rejouant un Westside Story parisien.  A cette même époque de l'autre coté de l'Atlantique, la ville de New York sombre depuis plusieurs années dans une crise économique et sociale aigüe.  Tous les soirs, dans les clubs et bars branchés de la ville, des musicians punk et des artistes avant-garde, photographiés par Gary Green, balancent leur rupture avec un status quo violent et sans issu.

Exposées cote à cote, ces deux séries font état de deux mouvements opposés - espoir et fulgurance à Paris, colère créatrice et rejet à New York.  Mais ces séries partagent la vitalité de la jeunesse et la soif de liberté fâce à des conditions sociétales écrasantes.  Les photographies parisiennes sont remarquables par leur représentation de jeunes issus de l'immigration : ils dansent, s'embrassent et se bagarrent joyeusement avec des jeunes blancs des quartiers plus chics.  Un métissage quasi impensable aujourd'hui à Paris, après des décennies de désengagement de l'état des quartiers populaires et de leur lente ghettoisation.    Les photographies new yorkaises montrent elles, des visages célèbres et anonymes,  de ceux qui ont contribué à la création d'une contreculture punk, critique et nécessaire fâce à l’impasse social et économique.

Pour les deux séries, la galerie a choisi de mettre l'accent sur les personnages iconiques et sur la présence et le rôle que les femmes - connues et inconnues – ont joué en tant qu’artiste, musicienne, danseuse, partenaire de danse, de concours de baisers, de muse, de 'physio' de boite de nuit ou encore de serveuse.

Adresse

Galerie Miranda 21 rue du Chateau d'Eau 75010 Paris 10 France

Comment s'y rendre

Metro République (sortie Blvd Magenta) ou Jacques Bonsergent

Dernière mise à jour le 27 mars 2021