Peter VOGEL Son, lumière et mouvement

Exposition
Arts plastiques
Galerie Lara Vincy Paris 06
Pour sa troisième exposition personnelle à la galerie Lara Vincy, Peter Vogel présente une nouvelle série d'objets cybernétiques, qui communiquent avec le spectateur en réagissant aux mouvements et aux sons. Influencé par Grey Walter –neurophysiologiste et concepteur de structures électroniques à partir de schémas comportementaux-, Vogel envisage le spectateur comme performeur et non comme simple observateur. Physicien de formation, ses recherches réifient la pensée constructiviste selon laquelle : “nous n’avons pas besoin d’un mausolée de l’art où adorer des œuvres mortes, mais d’usines vivantes de l’esprit” 1. S’appropriant la phrase de Friedrich von Schiller “l’homme ne joue que là où, dans la pleine acceptation du mot, il est homme, et il n’est tout à fait homme que là où il joue” 2, l’artiste conçoit d’insolites sculptures et environnements sonores, mobiles et lumineux qui interagissent aux stimuli extérieurs -ombres, déplacements, bruits- et déclare trempé de neuroscience : “je n’ai pas pensé à la forme lors de la construction de ces objets, mais bien à leur comportement. On pourrait leur appliquer l’ancien credo du Bauhaus, form follows function” 3 puisque à son sens, ces ensembles composés de systèmes unicellulaires ne deviennent art que, lorsqu’ils sont expérimentés. C’est ainsi qu’aimanté par l’attraction de ces intrigants modules filaires aux diodes clignotantes et aux hélices tournoyantes, le visiteur se transforme en performeur, et expérimente à grands renforts de moulinets et vocalises les réactions de ces systèmes autonomes, tout en guettant les conséquences de ses actes, ou en essayant de reproduire certains sons -ce qui soit dit en passant est inutile, puisque l’action d’un observateur/performeur n’induit pas toujours la même réponse de l’objet sonore-. Pourquoi ? Parce que la performance s’appuie sur l’immédiateté, contrairement à l’interprétation qui s’appuie sur la répétition. Soumis à leur environnement, ces circuits réagissent à partir de la logique aristotélicienne : conjonction, disjonction, négation, auxquels Peter Vogel ajoute intégration et pré intégration. Imaginons une sculpture équipée de capteurs sonores ; programmée pour devenir lumineuse sous l’effet du son, elle illustrera la logique de la conjonction, une autre équipée de capteurs photoélectriques restera silencieuse si elle est privée d’ombre, ce sera la logique de la négation, bref pour Vogel comme pour Cage, ce n’est pas le compositeur, mais l’auditeur qui fait la musique. Partageant avec La Monte Young, une fascination pour l’indétermination dans la composition et l’interprétation, Peter Vogel livre l’action à l’autre afin qu’il enrichisse sa perception sensible, mais par le jeu, surtout par le jeu ! Indexant aux principes d’échanges son travail, il propose une pensée politique, qui proche de Cornelius Cardew soustrait la musique aux systèmes de notation préétablis, afin de nous permettre d’élargir le champ de nos experiences. Francine Flandrin, juillet 2009 1 Vladimir Maïakovski, in revue “Art communiste” – 1918. 2 Friedrich von Schiller, in “Lettres sur l’éducation esthétique des hommes” 1791-1801, Aubier, Paris, traduction française Robert Leroux, 1943 /1992. 3 Peter Vogel, in “Partitions de réactions”– éditions Les presses du réel, 2009.

Complément d'information

PETER VOGEL

BIOGRAPHIE

Né en 1937 à Freibourg, Allemagne.
Vit et travaille à Freibourg, Allemagne.

Peint depuis 1955. A fait des études de physique de 1957 à 1964.
A fait un travail de recherche dans l’industrie de 1965 à 1975.
A travaillé avec la danse et la chorégraphie de 1965 à 1967 et a composé de la musique électronique de 1966 à 70. Ses premiers objets cybernétiques datent de 1969.
Artiste et physicien, Peter Vogel crée depuis 1969 des installations et des objets qui réagissent à leur environnement. Il a ainsi réalisé une œuvre esthétique en liaison avec ses connaissances scientifiques et sa maîtrise des circuits tran-sistorisés, des objets interactifs qui, contrôlés par une logique interne, répondent par un jeu de micros et de cellules photo-électriques à la lumière et à l’ombre, ou au son produit par le spectateur.
Si l’on pense que la cybernétique est la science des systèmes réflexes, on comprend l’échange qui s’établit entre le relief programmé et le spectateur. La structure spatiale des objets ne peut être saisie qu’avec la participation active du spectateur partenaire. Cette structure, qui est à la fois apparente et ludique, nous sensibilise au mécanisme lui même et nous entraîne dans un processus créatif aléatoire.

Depuis 1971, nombreuses expositions personnelles et collectives dans des musées, galeries et foires d’art contemporain en Europe, Amérique du Nord, Australie et Japon.

Expositions personnelles récentes (sélection) :

2009/2008
- “Partitions et réactions”, Espace Gantner, Bourogne, France.
2008
- Galerie Ruth Sachse, Hambourg, Allemagne.
2007
- Museum für Neue Kunst, Freiburg, Allemagne.
- Galerie Carzaniga, Basel, Suisse.
2006
- Bitforms gallery, New York, USA.
- Palais Liechtenstein, Dorbirn.
2005
- Galerie Kasten, Mannheim, Allemagne.
- “Sculptures musicales et Orchestre fantôme”, Scène Nationale d’Orléans, Le Carré Saint-Vincent, Orléans, France.
2003
- “Sculptures interactives”, Galerie Lara Vincy, Paris.
2000
- Museum für Concrete Kunst, Ingoldstadt, Allemagne.

Expositions collectives récentes (sélection) :

2004/05
- “Ecoute”, Galerie des Enfants, Centre Pompidou, Paris.
- FIAC 2005, Stand Galerie Lara Vincy, Paris.
- “Reinhold Schneider - Preis 2004”, Kunstverein, Freiburg, Allemagne.
- FIAC 2004, Stand Galerie Lara Vincy, Paris.

Il est représenté dans les musées suivants :

- Staatliche Kunsthalle, Karlsruhe, Allemagne.
- Musée d’Art Moderne, Freiburg, Allemagne.
- Wilhelm Hack Museum, Ludwigshafen, Allemagne.
- Winnipeg Art Gallery, Winnipeg, Canada.
- Städtische Galerie im Lenbachhaus, Munich, Allemagne.
- Art Gallery of Western Australia, Perth, Australie.
- Städtisches Museum, Gelsenkirchen, Allemagne.
- Museum Wiesbaden (Collection Berger), Allemagne.
- Staatsgalerie, Stuttgart, Allemagne.
- Sindelfingen (Collection Lütze), Allemagne.
- Städtische Galerie im Prinz Max Palais, Karlsruhe, Allemagne.
- Skulpturenmuseum Glaskasten, Marl, Allemagne.
- Fondation David Bermant, Rye, New York, USA.
- Haags Gemeentmuseum, La Haye, Pays-Bas.
- Pfalzgalerie, Kaiserslautern, Allemagne.
- Städtisches Museum, Wolfsburg, Allemagne.
- Gouvernement de Kanagawa, Yokohama, Japon.
- ZKM - Museum für Gegenwartskunst, Karlsruhe, Allemagne.
- Rijksmuseum Twenthe, Enschede, Pays-Bas.
- Museum für Konkrete Kunst, Ingolstadt, Allemagne.
- Electrum - Museum der Elektrizität, Hambourg, Allemagne.
- IBM Science & Art Gallery, Tokyo, Japon.
- Wakayama Museum of Modern Art, Wakayama, Japon.

Horaires

Lundi : 14h30 - 19h Mardi/samedi : 11h - 13h et 14h30 - 19h

Adresse

Galerie Lara Vincy 47 rue de Seine 75006 Paris 06 France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 2 mars 2020