Résultats 2019

Soutien à la recherche en restauration et conservation d’œuvres d'art contemporain

Clara Huynh et Ophélie Grangier 
Surfaces métallisées : étude, caractérisation et comblement-retouche
La recherche initiale, menée par Clara Huynh entre 2017 et 2019, consistait en la mise au point et l’étude d’un système de comblement-retouche composé de résine acrylique chargé de poudre de graphite, sur lequel vient se déposer du métal, soit sous forme de feuille comme dans les procédés de dorure, soit en dépôt électrolytique (métal en solution déposé localement). Le comblement résultant peut, après évaporation du solvant de mise en œuvre, être bruni à l’agate pour obtenir une brillance très satisfaisante. La poudre de graphite employée comme charge présente l’avantage d’être inerte chimiquement et a la propriété de rendre le comblement brunissable. Par conséquent, en faisant varier la résine originale de mise en œuvre du comblement (PB44 dans un mélange d’acétate d’éthyle et diacétone alcool), il apparaît que la technique pourrait être adaptée pour un substrat polymère et répondre à des problématiques difficiles à traiter pour les conservateurs restaurateurs, comme les rayures ou lacunes sur plastiques métallisés. L'objectif de la recherche est de mieux connaître un produit issu de l'industrie et récemment appliqué au domaine de la conservation-restauration : le Tear Aid B, un ruban constitué d’un film synthétique souple et d’un adhésif polyuréthane spécialement formulé pour la réparation des PVC dans le domaine des sports nautiques notamment. Cette étude sera menée en comparant l’emploi du matériau Tear Aid B aux techniques plus généralement employées pour ce type d’intervention selon un protocole à établir avec le soutien du C2RMF.

Constance Duval 
Accrochage et présentation des œuvres photographiques à l’aide d’aimants : étude du risque d’interaction physico-chimique entre le magnétisme des aimants et les œuvres photographiques
Le système d'accrochage des œuvres photographiques à l’aide d’aimants est de plus en plus apprécié par les artistes et les commissaires d'exposition car il offre au spectateur une vision de l'œuvre dans son intégralité, et/ou permet de mettre en avant la matérialité même du tirage. Le Cnap a par exemple acquis des œuvres de Pierre Joseph en 2018, composées de tirages photographiques et d’aimants, impliquant un protocole de présentation défini. Néanmoins, cette utilisation des aimants sur des objets photographiques est empirique et aucune étude n'a été menée pour évaluer les risques d’interactions physico-chimiques entre le magnétisme des aimants et les photographies. Cette étude vise à caractériser et quantifier ces interactions, selon deux axes : celui des échanges entre les éléments métalliques de l’image photographique argentique et les aimants de montage, et celui des conséquences physiques d’écrasement provoqué par la force de l’aimant sur le support de l’œuvre même.

Juliette Dignat 
Étude comparative de protocoles de traitement des percements appliqués aux objets gonflables en polychlorure de vinyle plastifié
Dans la continuité des précédentes études sur le polychlorure de vinyle plastifié et les objets gonflables menées notamment avec le soutien du Cnap, il apparaît nécessaire de poursuivre une recherche complémentaire sur le traitement des percements et déchirures qui touchent ces objets. En effet ce type d'altération très fréquemment rencontré (75% du corpus étudié par Hélène Bluzat en 2008) est à l'origine de la majorité des dégonflements, qui entraînent perte de forme et de lisibilité. Dans le cadre de cette étude il est donc proposé de comparer plusieurs méthodes de conservation-restauration appliquées aux objets gonflables constitués de polychlorure de vinyle (PVC) plastifié.

Dernière mise à jour le 28 novembre 2019