Moukimbi Moukengui

Exposition
Arts plastiques
Passerelle Brest

Marcos Avila Forero, Cayuco, 2012 (image extraite de la vidéo “Cayuco”), Installation, vidéo projection HD, couleur, son, 55’

Le travail de l’artiste colombien Marcos Avila Forero est immergé dans la réalité complexe et parfois violente de situations politiques et sociales identifiées dans lesquelles il s’engage personnellement et artistiquement. Ses œuvres mêlent ainsi expériences et éléments constitutifs de ces contextes. Elles portent l’empreinte de rencontres, de récits ou de parcours. Ce sont des micro-fictions faites de bric et de broc, qui cherchent moins à démontrer ou documenter qu’à confronter des temporalités et des géographies qui n’auraient pas dû se rencontrer. Ainsi, l’exposition évoque les déplacements du peuple Bantou, originaire d’Afrique équatoriale à travers l’Amérique latine, l’Afrique du nord et l’Europe.


Palenqueros (2013) est une série de tambours emblématiques de la culture Palenque, communauté issue à l’époque coloniale des territoires rebelles d’Amérique Latine bâtis par des fugitifs noirs. Ces instruments sont eux-mêmes à l’origine, une adaptation des tambours bantous d’Afrique. Poursuivant son investigation des logiques de déplacement et de migration, Marcos Avila Forero les fait réaliser par des artisans en Dordogne, région source de ravitaillement en matières premières des galions du commerce triangulaire.


La vidéo Cayuco (2012) réalisée au Maroc à proximité d’Oujda met en scène le parcours d’une reproduction en plâtre d’un “Cayuco”, une embarcation notamment connue pour la traversée des clandestins en Méditerranée. Poussée à même le sol durant plusieurs jours sur une route entre la frontière algérienne fermée et l’enclave espagnole de Melilla, ultime étape africaine des candidats à l’exil, cette sculpture s’use progressivement et laisse trace dans son sillage de son voyage jusqu’à la montagne de Gourougou.


La troisième proposition, réalisée in situ, est un dessin mural qui reprend par le trait engagé et poétique de l’artiste la logique cartographique qui sous-tend toute l’exposition.

 

*Moukimbi Moukengui est la traduction latinisée, des mots « voyage » et « racines » du Ndjabi, une variante de la langue Bantou utilisé entre le Gabon et le Congo.

Tarifs :

3€

Commissaires d'exposition

Horaires

le mardi de 14:00 à 20:00 et du mercredi au samedi de 14:00 à 18:30 fermé les dimanches, lundis et jours fériés

Adresse

Passerelle 41 rue Charles Berthelot 29200 Brest France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 2 mars 2020