Monet est mort !

Article

Jacques Monory
<i>La Victoire à l'ombre des ailes </i>
(Série A)
1975
Livre-objet
Métal, impression sur papier vélin d'Arches, sérigraphie sur papier, revolver, balles, clé
35 x 42 x 7,5 cm
45/97
Édité par François Di Dio, Éditions du Soleil Noir

Achat en 1991
Inv. FNAC 91613(1)

Le récolement est un maillon essentiel dans la valorisation des collections. Il permet d’en garantir la conservation, mais aussi la diffusion. C’est avant tout l'occasion de redécouvrir des œuvres importantes et de faire le point sur l'état des connaissances.
Ce mois-ci, nous vous invitons ainsi à un véritable jeu de piste au sein des collections du Centre national des arts plastiques : une plongée dans la collection des livres d’artistes a mis en lumière le lien entre deux œuvres de l’artiste Jacques Monory appartenant à l’État.
_

À LA REDECOUVERTE D'UN FONDS OUBLIÉ : LES « LIVRES-OBJETS » DANS LES COLLECTIONS DU CNAP
Max Ernst, Marcel Duchamp, Alberto Giacometti, Errò, Alexander Calder, Lucio Fontana... Les artistes ayant collaboré à la série des livres-objets des Éditions du Soleil Noir comptent parmi les créateurs les plus célèbres du XXe siècle. Pourtant, cette aventure à la croisée des arts est aujourd'hui peu ou mal connue.
À la suite des premiers livres-objets des futuristes, ou encore de l’expérience éditoriale de Marcel Duchamp avec sa Boîte en valise (1941), l'éditeur François Di Dio décide au début des années 60 de repenser le livre illustré. Il propose aux artistes de créer une œuvre originale à partir d'un texte qu'il édite ou réédite. Le rapport traditionnel entre le texte et son illustration est transformé : l’œuvre d'art est invitée à prendre son autonomie, elle n'est plus subordonnée au texte, elle l'enrichit ou se confronte à lui.
Le nom qu’il donne à cette expérience éditoriale sans équivalent, Soleil Noir, place le projet dans la filiation de l'aventure surréaliste. Il est inspiré d'une citation d'Eliphas Lévi, grande figure de l'occultisme, reprise par André Breton dans Arcane 17 : « Le téméraire / qui ose regarder  / Le soleil sans ombre / devient aveugle / et alors pour lui / Le soleil est noir ».
Chaque édition fait l'objet de trois séries. La série A est celle du livre-objet, éditée à moins d'une centaine d'exemplaires ; la série B dite « Club », d'environ trois cent exemplaires, compte des reproductions originales du livre-objet en accompagnement de l'ouvrage relié avec couverture originale de l'artiste, tandis que la série C à plus grand tirage, plus de mille exemplaires, est une édition simple de l'ouvrage relié, au format poche.
_

MONORY ET LA VICTOIRE A L'OMBRE DES AILES : ENQUÊTE AU COEUR DE L'IMAGE
En 1975, Jacques Monory est invité à concevoir un livre-objet à partir d'un texte de Stanislas Rodanski (1927-1981), écrivain et poète qui fut un temps compagnon de route du surréalisme. Son roman noir, ou plutôt « poème d’aventure », La Victoire à l'ombre des ailes (1949), entrait en parfaite résonance avec l’œuvre de Monory et sa recherche permanente sur la narration. Le peintre, lui-même auteur de romans noirs (Diamondback, 1979 ; Angèle, 2005), semble mettre en abîme dans cet objet singulier ce qui traverse son œuvre tout entière : une enquête sur le pouvoir de l’image.
Se prêtant au jeu, Monory conçoit ainsi pour la série A des Éditions du Soleil Noir la valise du parfait tueur à gages. Dans une valise noire, il réunit un exemplaire de tête du livre de Rodanski, une carte de l’Océan Pacifique, un revolver accompagné de deux balles à blanc (il s’agit en fait d’un revolver d’alarme de la marque Arminius) ainsi que, dissimulées dans le double fond, six sérigraphies signées de sa main. Pour finir il tire avec une Winchester, à deux reprises, sur la valise et ce qu’elle contient.
Chacun des éléments contenus dans cette mallette serait alors comme une trace indicielle du roman qu’ils inviteraient à lire.
_

MONET EST MORT... ET LA PEINTURE?
Mais l'histoire ne s'arrête pas là… Car l'action artistique est elle-même le sujet d’une grande toile de Jacques Monory intitulée Technicolor 1. Monet est mort, réalisée deux ans plus tard, en 1977,  elle aussi conservée par le Centre national des arts plastiques. Monet est mort, nous annonce le peintre : le cinéma en Technicolor aurait-il eu sa peau ? Partons en quête de quelques indices.
Le lieu du crime ? Un jardin aux Nymphéas qui serait passé aux filtres bleu, rose et jaune. L’arme du crime ? Une Winchester, comme dans tout bon polar. Son auteur ? À peine caché derrière son chapeau de feutre, élément essentiel de la panoplie de l’artiste-dandy, Monory tire à bout portant.
Mise en abîme de la mort de la peinture dirait-on alors… Excepté le fait qu’à portée du tir, c’est la valise du tueur à gage, avec son livre et ses sérigraphies - celle même de l’édition réalisée pour le Soleil Noir, que l’on retrouve. 
Monory convoque ainsi tous ses démons : Monet est mort, mais la peinture, certes non. Quand elle invite le cinéma, la littérature, le multiple, la photographie plus encore (ne dit-on pas to shoot en anglais, pour signifier l’acte même de la prise de vue ?), la peinture met en scène son propre pouvoir.

Claire Bernardi
Roxane Pitet
Centre national des arts plastiques
_

POUR EN SAVOIR PLUS
Bibliographie
Monory
, [exp.] Les Sables d'Olonne, Musée de l'Abbaye Sainte-Croix, 20 juin-20 sept. 1998. Chartres, Musée des Beaux-Arts, 14 oct. 1998-4 janv. 1999. Dole, Musée municipal, 6 mars-31 mai 1999, [cat. exp.] Marc Vaudey, Eric Troncy, Les Sables d'Olonne : Musée de l'Abbaye Sainte-Croix, 1998

Episode 1, Jacques Monory, Détour, [exp.] Vitry-sur-Seine, MAC-VAL, 18 nov. 2005-26 mars 2006, [cat.exp.] Alexia Fabre (pref.), Frank Lamy, Vitry-sur-Seine : MAC-VAL, 2005

Le Thorel-Daviot, Pascale, Jacques Monory,  Paris : Paris-Musées, 2006

La figuration narrative : Paris, 1960-1972 [exp.] Paris, Grand Palais, 16 avril - 13 juillet 2008. Valence, Institut Valencia d'Art Modern. 19 sept. 2008 - 11 janvier 2009, [cat.exp.] Jean-Paul Ameline (dir.), Bénédicte Ajac (dir.), Paris : RMN/Centre Pompidou, 2008

Rodanski, Stanislas, La Victoire à l’ombre des ailes (précédé de) Lettre au Soleil noir (et de) Lancelo et la chimère, (suivi de) Le Sanglant symbole, préface de Julien Gracq, illustrations de Jacques Monory, Paris : le Soleil noir, 1975

Romans de Jacques Monory
Document bleu, Paris : Edition Chorus, 1970
Diamondback, Paris : Edition Christian Bourgois, 1979
Rien ne bouge assez vite au bord de la mort, avec Daniel Pommereulle, Paris : Edition Thierry Bordas, 1984
Quick, Paris : Edition Monsieur Bloom, 1985
Eldorado, Paris : Edition Christian Bourgois, 1991
3’30, Paris : Edition Jannink, 1993
Angèle, Paris : Editions Galilée, 2005

Films de Jacques Monory
Ex-, 1968, film 16 mm., couleur, 4,30 mn., Production : Robert Delpire
Brighton Belle, 1973, film 16 mm., couleur, 15 mn., Production : Unité Trois, Paris
La Pub, 1982, 1,30 mn, vidéo performance organisée par Jean Dupuy avec différents artistes, Pro-duction : Musée national d'art moderne, Centre Pompidou, C.N.A.C.
La Voleuse, 1985, 8 mn, Production : Musée national d'art moderne, Centre Pompidou, C.N.A.C.
Le moindre geste peut faire signe, 1987, 2 mn , Production : C.A.C. Montbéliard

L'ensemble de ces films est en cours de donation par l'artiste au Centre national des arts plastiques.

Dernière mise à jour le 17 mars 2017