Miquel Mont

Coopérations et Collages idéologiques
Exposition
Arts plastiques

COOPÉRATIONS

 

Des châssis en profilé d'aluminium, des méthacrylates transparents ou peints par derrière, du PVC expansé, des feuilles de polycarbonate. Un balayage de peinture, une ligne bombée, un papier peint et plié, une toile translucide,... Les « Coopérations » réunissent ces éléments avec des gestes simples, combinés entre eux. Sous l'apparence de tableaux, ils permettent aux différentes actions et matériaux de collaborer avec un même objectif général de jouer avec la perception du regard. La transparence est saisie comme une condition dynamique de la vision de la peinture, contraire au principe qui veut qu'elle soit définie par son opacité, par le fait que toute peinture est déposée couche par couche. Ce fait fondamental qui pratiquement n'admet pas d'exception garde finalement une relation assez particulière avec la construction du visible traditionnellement associé à la peinture. Le regard va et vient entre la transparence du méthacrylate, la mise en évidence du châssis, des béances dans la structure qui nous donne à voir le mur blanc, et la relative opacité de la matière picturale. Les reflets et les profondeurs des différents plans appellent au déplacement corporel dans l'espace. La « coopération » est alors celle des différentes parties ; celles qui conforment le tableau, les matériaux qui le composent, sa logique d'assemblage, les différents gestes picturaux qui sont inscrits. Mais il y a aussi coopération entre le contexte où se trouvent les parties et son adresse au regard du spectateur. C'est un processus complexe et qui n'est en réalité jamais fini car il change tout le temps. Ceci est une des raisons pour lesquelles les « Coopérations » sont incomplètes, presque par définition, même si l'objet est arrêté au moment où il sort de l'atelier.Transparence contre opacité, c'est une vielle opposition qui rappelle très probablement celle exacerbée des marchés financiers d'aujourd'hui, et qui dans un même plan d'analogies nous évoque aussi qu'un des sens principal de la coopération est d'être antagoniste à la concurrence, chose qui constituerait certainement toute une bonne raison pour faire des tableaux.

 

COLLAGES IDEOLOGIQUES

 

Une image, très souvent prélevée de la presse quotidienne, un texte et une mise en page graphique, parfois sur des papiers journaux peints, sont souvent les trois éléments qui composent les collages. La relation entre ces trois éléments est constituée par leur proximité temporelle. Le texte, issu de lectures diverses, est mis en rapport avec l’image et la mise en page du support. Il n’y a pas de recherche précise d’un sens plus construit, plus réfléchi, précédant la mise en forme donné par le collage. Partant du principe que toute relation image - texte génère du sens, même le plus abscons, l’idée est d’essayer de donner le plus d’ouverture possible à cette relation sémantique. Les sources de textes sont délibérément cachées pour ne pas faire “autorité” de citation. Les pages de journal utilisées renvoient aux formats usités dans la presse, les couleurs appliquées en aplats. La discontinuité propre du collage permet aussi de mettre en avant la faculté des textes, des mots, à mettre en absence les choses, les faits, et par extension, les images. Cet investissement du collage, de par sa rapidité de réalisation, sa transparence du geste et son immédiateté, est assimilée à une pratique du dessin. Au fil du temps*, la production de ces collages s’est apparentée de plus en plus à un journal de pensée. Un journal de tout ce qui se trouverait sous-jacent à ma pratique d’artiste, de peintre réfléchissant à certaines abstractions de la peinture. Il est fort probable, que les raisons qui m’ont poussées à refuser l’image dans la peinture, à réaliser des peintures emmurées, ou à réfléchir aux dispositifs, soient plus perceptibles dans l’ensemble hétérogène de ces travaux. Et alors, la polysémie dérivée du collage et de son accumulation, deviendrait une image mentale de ce négatif de la peinture, de la face cachée de son travail.

 

 

 

Complément d'information

9, rue du Perche, Paris 3e

Commissaires d'exposition

Artistes

Horaires

du mardi au samedi de 14h à 19h
Dernière mise à jour le 2 mars 2020