Loaded

Daniel Clarke
Galerie Françoise Besson Lyon
vue de l'exposition

vue de l'exposition Loaded

Françoise Besson est heureuse d’inviter Daniel Clarke pour sa sixième exposition personnelle à la galerie, Loaded, qui sera visible du 5 septembre au 12 octobre 2019 en résonance avec la biennale d’art contemporain de Lyon 2019.
Cette exposition marque un tournant majeur dans l’oeuvre du peintre comme nous pouvons le lire dans cet extrait, sous forme d’entretien réalisé par Annalisa Rimmaudo, (chargée de recherches, attachée de conservation au service des collections contemporaines du Centre Pompidou), du texte
du catalogue « loaded, new work » publié à l’occasion de l’exposition :
Deleuze, dans un essai célèbre sur la peinture de Francis Bacon, écrivait : « C’est une erreur de croire que le peintre est devant une surface blanche. La croyance figurative
découle de cette erreur : en effet, si le peintre était devant une surface blanche, il pourrait y reproduire un objet extérieur fonctionnant comme modèle. Mais il n’en est pas ainsi. Le
peintre a beaucoup de choses dans la tête, ou autour de lui, ou dans l’atelier. Or tout ce qu’il a dans la tête ou autour de lui est déjà dans la toile, plus ou moins virtuellement, plus
ou moins actuellement, avant qu’il commence son travail. Tout cela est présent sur la toile, à titre d’images, actuelles ou virtuelles. Si bien que le peintre n’a pas à remplir une
surface blanche, il aurait plutôt à vider, désencombrer, nettoyer ». (DELEUZE - Francis Bacon. Logique de la sensation).
Cette phrase m’a habitée tout au long de ma première visite à l’atelier de Daniel Clarke.
Ce jour-là, les derniers dessins et quelques tableaux récents étaient accrochés aux murs.
Au fil de notre discussion, pour rattraper mon retard, Daniel m’a montré quelques oeuvres plus anciennes en m’expliquant quels étaient ses centres d’intérêts actuels.
Tu m’as dit que tu sentais le besoin de recommencer à zéro J’ai développé un travail basé sur la photo, sur la famille, presque des scènes de vie, très figuratif.
J’ai utilisé ma famille comme un appui mais, il y a quelques années, je me suis rendu compte que les gens n’y voyaient que l’évolution de ma famille et cela m’a donné à penser. Je voulais utiliser ce sujet comme un outil mais pas comme un message. J’ai ensuite commencé une analyse et, depuis quelques mois, je me sens plus libre.
(…/…) Il y a un rythme
Oui, un rythme qui correspond presque à une respiration simple. J’ai simplifié le schéma pour donner moins de place à la décoration et me concentrer sur l’enchainement, sur la fluidité de l’idée. Je voulais que le format soit constant pour qu’on ne le voie plus, pour que tout soit lu comme un livre.
Cette immédiateté du trait, qui le rend libre et intense, suit naturellement les bouleversements intérieurs si peu clairs, si bouillonnants. Les scènes figées des peintures réalistes d’auparavant, des moments saisis et bloqués, laissent désormais la place aux flux intérieurs sans fin où se mélangent les souvenirs, les sensations diverses et instables. Ces moments hachés, correspondants aux stratifications de la mémoire, aux espaces mentaux, se répandent sur plusieurs plans qui parfois semblent fusionner.
Une temporalité continue trouve forme dans un déroulement d’images qui progressent dans un cortège chaotique dont l’agencement invite à une lecture presque filmographique, opposée à celle photographique qui définissait le travail précédent.
Mais en même temps tout est hors temps.
Qui sont ces personnages ?
C’est souvent moi, ici par exemple, car petit je voulais être astronaute. A côté il y a des vases qui étaient chez moi et que mon frère a récupéré…ce sont des choses dont je me suis rappelé après avoir entendu une chanson d’Elton John à la radio qui m’a renvoyé en arrière de 40 ans. C’est moi sur le vélo et c’est moi qui traverse chaque dessin, qui découpe un peu le cadre (…/…)
Juin 2019

Autres artistes présentés

Daniel Clarke

Adresse

Galerie Françoise Besson 10, rue de Crimée 69001 Lyon France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 4 mai 2021