Les Sentinelles, œuvres de la collection du Cnap

Exposition
Institut du monde arabe Tourcoing Tourcoing
Abdessamad El Montassir, Achayef, 2018 (FNAC 2021-0017)

Abdessamad El Montassir, Achayef, 2018, 16'49'' (FNAC 2021-0017)

Des foyers de création face aux turbulences

Lorsque les tentatives de révoltes se voient confisquées par des contre-révolutions ou des conflits, le monde arabe révèle le sentiment de vivre en état de siège. C’est là que les artistes s’élèvent tels des sentinelles, témoins du présent au sein d’un monde désorienté. Ils savent inventer des temporalités autres malgré les soubresauts sociopolitiques. Par les jeux du documentaire et de la fiction, les œuvres sont des théâtres qui exposent la conscience tragique du temps tout en la mettant à une juste distance.

Conçue à partir d’un choix d’œuvres de la collection du Centre national des arts plastiques (Cnap) issues du monde arabe et de sa diaspora, l’exposition « Les Sentinelles » convie le spectateur à un voyage à travers ses fonds photographique et audiovisuel, ici représentés par 21 artistes. Cinq foyers sont à explorer, à travers des œuvres qui en majorité datent de la dernière décennie et proviennent d’artistes émergents.

« En quête de boussole » traverse la région du nord au sud et d’est en ouest, jusqu’à des territoires oubliés ou contestés. Hassen Ferhani et son installation 143 rue du désert (2019) nous emmènent ainsi vers le désert algérien à la rencontre de Malika, patronne d’une gargote insolite.

Entre ici et là-bas, « Quotidiens urbains » nous introduit dans la ville et ses interstices, pour redonner à l’espace une dimension habitable. La vidéo Le Park (2015) de Randa Maroufi suit un groupe de jeunes de Casablanca qui prennent leurs quartiers dans un parc de jeux abandonné.

Avec « Tout contre l’Histoire », on se frotte à des versions alternatives de l’Histoire, des indépendances nationales jusqu’aux soulèvements de 2011. Dans sa vidéo Film 3 (2012), Ismaïl Bahri fait défiler un rouleau de papier journal et interroge ce qui fait ou non l’actualité.

« Survies » invite à appréhender les traumas et les résistances de plus d’un demi-siècle en abordant la situation des peuples palestinien, algérien et syrien. Raed Bawayah convoque ses Childhood Memories (2002-2003) de Palestine en photographiant avec tendresse des enfants.

À travers « Transit », nous entrons dans les zones de passage mais aussi d’entrave aux migrations en Méditerranée. L’installation Se souvenir de la lumière (2015) de Joana Hadjithomas & Khalil Joreige nous plonge dans les eaux au large de Beyrouth et d’autres villes du littoral par une immersion dans les fonds sous-marins.

Commissariat : Pascale Cassagnau, Camille Leprince et Françoise Cohen

Complément d'information

Une programmation parallèle donnera lieu à des projections à Tourcoing au Fresnoy - Studio national des arts contemporains en partenariat avec l’Université Lille 3, à Roubaix aux Archives nationales du monde du travail, ainsi qu’à une rencontre à Sciences-Po Lille.

Horaires

Du mardi au dimanche, de 13h à 18h

Tarifs

Plein tarif
- 3.00€
Tarif réduit
- 2.00€

Adresse

Institut du monde arabe Tourcoing

9 Rue Gabriel Péri
59200 Tourcoing
France

Dernière mise à jour le 13 juillet 2022