Les résidences à l'Octroi

Alexandra RISS
Exposition
Arts plastiques
Mode d'emploi Tours

Maladaptive Daydream

 

Trois - petits - coups, ouvrent sur les traces d’un ballet imaginaire.

A dream is a wish your heart makes

Elle a ouvert les yeux.

When you're fast asleep

Fiction, produit compulsif.

In dreams you lose your heartaches

Elle est dans son lit avec ses cheveux cendrés.

Whatever you wish for, you keep

Elle a enduit de vaseline ses pieds, a repris ses esprits et enfilé ses bottes.

Elle a regardé là, au coeur de la maison, se jouer au pied des cendres, le décor qui s’habite, le sol qui se déplie.

Des nageuses cisaillent l’air de leurs bras répétant leur bal.

À leurs pieds, la piscine se transforme en billard.

Deux joueurs rampent sous le lustre, parmi les boules.

À sec, elle s’est regardée danser. Mais cette pièce-là, c’est le théâtre des contraintes ou des libertés ?

Have faith in your dreams and someday

Je vois qu’elle a rejoué la scène, elle a mis le couvert et elle a tout détruit.

Your rainbow will come smiling through

Je parcours la maison, l’Octroi, l’adaptation du conte.

No matter how your heart is grieving

Il était une fois, le va et vient entre le souvenir qu’elle a élaboré dans son ventre et la fiction

If you keep on believing

Je vois toute la pièce se répéter indéfiniment, la mélodie continue.

The dream that you wish will come true.

 

Eva Houzard 

 

Par des médiums distincts (installation, photographie, sculpture, performance) je mets en place un langage artistique qui puise ses formes dans l'intimité et dans l'enfance. Je sollicite pour cela des objets, des espaces, une circulation des corps, comme moyen d'engager le spectateur au coeur d'un dispositif qui interroge sa perception. J'effectue alors un ensemble de transformation sur des objets appartenant au monde du sport, une activité soumise à de nombreuses règles aussi physiques que mentales, à une soif de compétition ainsi qu'à un désir constant de résultats.

Insistant sur une dimension absurde, emplie d'autodérision, je détourne et réorganise la fonction, le sens des objets. Ainsi inscrits à contre-courant de leur usage originel, ils suscitent de nouveaux contextes d'existences.

Résider dans ce lieu atypique qu'est l'Octroi me permettra de développer un travail autour du domaine de l'onirisme. En effet, l'onirisme correspond à l'ensemble des phénomènes se rattachant au rêve. Pathologiquement il se caractérise par le production, à l'état de veille, d'hallucinations, d'un état mental dans lequel on prend ses rêves pour la réalité, ce qui est le propre du travail de l'artiste dans la réalisation même de ses oeuvres. En cela une grande partie de la mythologie dérive des rêves. Les contes de fées en outre, pourraient provenir d’expériences oniriques racontées et re-racontées. Le conte, comme le rêve, est une forme d'expression, étend le concept de réalité, emploie des symboles, contient des éléments culturels, exprime des désirs, fait preuve-d’humour et utilise le mécanisme de déplacement.

D'un point de vue historique l'Octroi matérialisait l'entrée dans la ville. Une ville et une région marquées par le passage de nombreux rois rattachés à des domaines, des châteaux, dont l'architecture et l'image se sont vues réappropriées par la féérie (comme le châteaux d'Ussé, appelé communément « Le Château de la Belle au Bois Dormant »). J'entrevoie donc un travail de réappropriation du lieu qu'est l'Octroi par les symboles qui s'en dégagent : le cheminée dans la pièce principale, l'accès à la cave, les multiples fenêtres (dont certaines à barreaux), l'escalier grinçant...

 

Cette résidence me permettra de partager, d'ouvrir ma pratique plastique vers de nouveaux territoires d'expérimentation, ainsi que de confronter mon travail au regard d'un large public.

Artistes

Partenaires

Ministère de la culture Drac Centre Val de Loire, Région Centre Val de Loire, Conseil Départemental 37, Ville de Tours

Adresse

Mode d'emploi 1, place Choiseul 37100 Tours France

Comment s'y rendre

tramway, arrêt place Choiseul
Accès mobilité réduite
Dernière mise à jour le 2 mars 2020