Les enjeux du récolement : une œuvre de Manessier, volée en 1964, enfin retrouvée

Annonce
Alfred Manessier, Composition (FNAC 19747)

Alfred Manessier (1911-1993), Composition, huile sur toile (FNAC 19747). Déposée à l'ambassade d'Helsinki.

La collection gérée par le Centre national des arts plastiques connaît une politique active de diffusion de ses œuvres à travers de nombreux dépôts. Depuis le début du XIXe siècle, plus de 58 000 œuvres ont été déposées, dont 5 200 à l’étranger. Plus de 500 dépôts par an valorisent ainsi les savoir-faire français et contribuent à l’ameublement et à la décoration des administrations de l’État, tout comme des représentations diplomatiques françaises à l’étranger.

En 1997, l’État a décidé d’entreprendre, sous l’égide de la Commission de récolement des dépôts d’œuvres d’art (CRDOA), une mission de récolement des œuvres appartenant aux collections du ministère de la Culture mises en dépôt. Une mission de vérification de l’existence des biens qui, dans certains cas, permet de retrouver des œuvres disparues depuis longtemps.

Composition d’Alfred Manessier (FNAC 19747) : une œuvre du Cnap disparue en Finlande

L'œuvre Composition d'Alfred Manessier (1911-1993) a été achetée par l'État en 1946 pour être déposée la même année à l'ambassade d'Helsinki. Lorsque, en 2005, le Centre national des arts plastiques effectue le récolement de ses dépôts en Finlande, il constate la disparition du tableau : celui-ci aurait été volé en 1964.

En 2012, l’établissement en charge du Fonds national d’art contemporain émet un titre de perception de 30 000 € à l'encontre du ministère chargé des affaires étrangères, qui s'acquitte de cette dette en 2013, et dépose plainte pour vol à la demande du Cnap. Porter plainte en cas de disparition ou vol avéré est essentiel, car cette démarche permet d’inscrire l'œuvre dans la base TREIMA du ministère de l’Intérieur, qui alimente également la base d’Interpol, et empêche toute commercialisation sur le circuit officiel. 

C’est en 2017, suite à une enquête judiciaire, que la toile a pu finalement être localisée chez un commissaire-priseur puis restituée au Cnap.

Les dépôts dans le réseau diplomatique français : l’importance de la mission de récolement

Le réseau du ministère chargé des affaires étrangères bénéficie de très nombreux dépôts des institutions déposantes, dont à peu près 4000 par le Cnap.

La gestion de ces dépôts a subi dans le passé de nombreuses défaillances. Pour y remédier, avec le soutien de la CRDOA créée en 1997 et une collaboration continue avec le Cnap, le ministère des affaires étrangères a depuis mis en place des procédures de contrôle interne et développé des actions afin d'améliorer la gestion de son patrimoine, comme la création d’une base de données. Les inventaires des postes diplomatiques, transmis chaque année, recensent les œuvres et objets déposés, avec indication de leur emplacement et leur état de conservation. Ils permettent notamment de statuer sans délais sur les constatations de disparitions entre deux récolements.

Au Cnap, la mission de récolement est d’autant plus complexe étant donné que la tenue d’un cahier d’inventaire n’a été instaurée qu’en 1860. Une équipe de conservateurs et de chargés d’études documentaires mène, notamment aux Archives nationales, les recherches indispensables à la reconstitution de l’inventaire du fonds historique (près de 13 000 œuvres inventoriées à partir de 1996). Elle assure le récolement, le post-récolement, comme le suivi administratif et scientifique des œuvres en dépôt, dans toutes les administrations centrales et déconcentrées, les grands corps d’Etat, les musées ou encore les villes dans toute la France, comme à l’étranger.

Toutes ces démarches ont permis d’améliorer considérablement la gestion des dépôts d'œuvres d’art dont le ministère chargé des affaires étrangères est dépositaire.

 

Alfred Manessier dans la collection du Cnap

Artistes