Le cycle décoratif de l’ancien Institut géologique de Rennes : une célébration de la Science et de la Terre de Bretagne

Par Xavier-Philippe Guiochon
Yvonne Jean-Haffen, Le Cap Fréhel

Yvonne Jean-Haffen, Le Cap Fréhel, FNAC 20723 (20)

Panneau décoratif de Yvonne Jean-Haffen

Yvonne Jean-Haffen, Ploumanac’h, le Petit Traouiéros, Ensemble de 25 panneaux décoratifs commencé en mars 1942 - achevé en décembre 1946 (Achat par commande à l'artiste en 1942, Inv. : FNAC 20723)

Cette vue pittoresque de la station balnéaire de Ploumanac’h de la Côte de granite rose, située sur la commune de Perros-Guirrec, est pour l’artiste l’occasion de représenter un paysage emblématique et archétypal de la côte bretonne : côte rocheuse découpée avec une ria barrée par une digue, lande arborée de pins, petites maisons blanches, port animé de petits bateaux de pêche et ciel bas nuageux. On peut parfaitement reconnaître à l’arrière-plan le port de Ploumanac’h et au 1er plan la digue avec le moulin à marée du Petit Traouiéros.

Détail de la signature de l’artiste Yvonne Jean-Haffen

Yvonne Jean-Haffen, Paléozoïque, les Tas de PoisEnsemble de 25 panneaux décoratifs commencé en mars 1942 - achevé en décembre 1946 (Achat par commande à l'artiste en 1942, Inv. : FNAC 20723). Détail de la signature de l’artiste.

Panneau décoratif de Mathurin Meheut

Mathurin Meheut, Les Rhinocéros laineux, Ensemble de 25 panneaux décoratifs commencé en mars 1942 - achevé en décembre 1946 (Achat par commande à l'artiste en 1942, Inv. : FNAC 20723)

Mathurin Méheut a choisi de représenter, dans une évocation saisissante de réalisme, un couple de rhinocéros laineux et leur petit évoluant dans un paysage de marécage marqué par la désolation, rappelant l’ère glaciaire. Méheut s’est inspiré des fossiles trouvés dans le gisement préhistorique du Mont-Dol dont il a par ailleurs représenté dans un autre panneau l’aspect géologique actuel.

Panneau décoratif de Mathurin Meheut

Mathurin Meheut, Les Diplodocus, reptiles terrestres, Ensemble de 25 panneaux décoratifs commencé en mars 1942 - achevé en décembre 1946 (Achat par commande à l'artiste en 1942, Inv. : FNAC 20723)

Méheut réalise vraisemblablement avec ce panneau décoratif de taille monumentale (208 x 495 cm) l’œuvre la plus extraordinaire et la plus mémorable de son cycle décoratif. Adoptant un format panoramique qui n’est pas sans évoquer une mise en scène cinématographique, Méheut a choisi de représenter l’animal préhistorique le plus célèbre, le fameux dinosaure, le plus gros animal terrestre ayant existé, sous les traits d’un groupe de 7 diplodocus évoluant dans des zones marécageuses, comme on pouvait alors l’imaginer à l’époque. C’est Yves Milon qui a présidé à ce choix iconographique car cet animal est particulièrement représentatif de la paléontologie des temps préhistoriques.

Détail de la signature de l’artiste

Mathurin Meheut, Les Diplodocus, reptiles terrestres. Détail de la signature de l’artiste.

Panneau décoratif de Mathurin Meheut

Mathurin Meheut, La Faune des mers chaudes, Ensemble de 25 panneaux décoratifs commencé en mars 1942 - achevé en décembre 1946 (Achat par commande à l'artiste en 1942, Inv. : FNAC 20723)

Méheut fait preuve dans la réalisation de ce panneau de grandes dimensions (155 x 465 cm) de sa grande créativité. Chargé d’illustrer le biotope des mers chaudes, il a d’abord imaginé un univers extraordinaire et foisonnant, proche de l’imagination d’un Jules Verne, où des créatures et des espèces marines bien réelles (poissons coralliens, lis de mer, gastéropodes, crabes, limules, moules, etc..) sont juxtaposées pour créer une vision fantastique.

Panneau décoratif de Mathurin Meheut

Mathurin Meheut, La Faune des mers tempérées, Ensemble de 25 panneaux décoratifs commencé en mars 1942 - achevé en décembre 1946 (Achat par commande à l'artiste en 1942, Inv. : FNAC 20723)

Formant un pendant à la Faune des mers chaudes, mais de dimensions plus réduites, Méheut a également crée une « nature morte » maritime où pas moins d’une dizaine d’espèces semblant se livrer à un ballet aquatique sont reconnaissables. Ce panneau anciennement marouflé avait été spécifiquement adapté à un espace de l’Institut de géologie comme en témoigne la forme de l’ouverture en bas de la composition.

Panneau décoratif de Mathurin Meheut

Mathurin Meheut, Les Ichthyosaures, reptiles marins, Ensemble de 25 panneaux décoratifs commencé en mars 1942 - achevé en décembre 1946 (Achat par commande à l'artiste en 1942, Inv. : FNAC 20723)

Panneau décoratif de Mathurin Meheut

Mathurin Meheut, Les Ptérodactyles, reptiles volants, Ensemble de 25 panneaux décoratifs commencé en mars 1942 - achevé en décembre 1946 (Achat par commande à l'artiste en 1942, Inv. : FNAC 20723)

En illustrant les ichtyosaures ou lézards poissons de l’ère secondaire, Méheut crée une image saisissante de combat qui se transforme en un ballet aquatique fantastique, sans oublier une dimension décorative poétique avec au premier plan les algues de dimensions monumentales semblant former une guirlande. Ce panneau fait pendant à celui représentant les Ptérodactyles figurés sous les traits d’un groupe de 7 reptiles accrochés à des branches et des troncs tels pour certains des chauves-souris. Quelques Ptérodactyles sont en train de dormir, d’autres en train de manger des poissons qu’ils viennent de pêcher.

Panneau décoratif de Mathurin Meheut

Mathurin Meheut, La Flore du carbonifère, Ensemble de 25 panneaux décoratifs commencé en mars 1942 - achevé en décembre 1946 (Achat par commande à l'artiste en 1942, Inv. : FNAC 20723)

Cette évocation de la flore et de la couverture forestière de la fin de l’ère primaire est prétexte pour Meheut à une évocation poétique d’une forêt houillère alors établie sur des zones marécageuses. S’inspirant de la documentation qui lui a été remise par Yves Milon, il crée un amoncellement presque irréel de différents types de fougères, de prêles et de lycophytes arborescentes.

Panneau décoratif de Mathurin Meheut

Mathurin Meheut, Les Mammouths, Ensemble de 25 panneaux décoratifs commencé en mars 1942 - achevé en décembre 1946 (Achat par commande à l'artiste en 1942, Inv. : FNAC 20723)

Dans cette évocation d’un épisode dramatique où plusieurs mammouths sont entourés par des loups qui s’apprêtent vraisemblablement à attaquer un animal tombé à terre, Méheut a fidèlement restitué des données archéologiques et géologiques issues du site du Mont-Dol où dès la fin du 19e siècle, pas moins de cinquante dépouilles de Mammouths furent retrouvées.

Panneau décoratif de Mathurin Meheut

Mathurin Meheut, Ploumanac’h, les goémoniers, Ensemble de 25 panneaux décoratifs commencé en mars 1942 - achevé en décembre 1946 (Achat par commande à l'artiste en 1942, Inv. : FNAC 20723)

Ce panneau décoratif permet à Méheut d’allier la description minutieuse des reliefs granitiques de Ploumanac’h dans les Côtes d’Armor à l’évocation des métiers traditionnels de la terre de Bretagne. En effet, en contrepoint aux masses granitiques marquées par une forte érosion, il a décrit l’activité immémoriale des paysans de la Côte de granite ramassant le goémon sur les plages et les rochers. La véracité topographique est attestée par la représentation, à l’arrière-plan, de l’ile Bono.

Panneau décoratif de Mathurin Meheut

Mathurin Meheut, Ploumanac’h, rochers granitiques, Ensemble de 25 panneaux décoratifs commencé en mars 1942 - achevé en décembre 1946 (Achat par commande à l'artiste en 1942, Inv. : FNAC 20723)

Formant un pendant avec la représentation précédente, Méheut a retranscrit l’une des curiosités géologiques de Ploumanac’h, sur la commune de Perros-Guirec, le fameux rocher granitique dit la « tête de bélier », en raison de sa ressemblance avec la tête de cet animal. Dans ce paysage si caractéristique de lande où émergent des rochers et des boules de granite, Méheut a également évoqué l’activité humaine laborieuse. La découpe rectangulaire en bas à gauche atteste que le panneau a été spécifiquement conçu pour une pièce de l’Institut de géologie.

Panneau décoratif de Mathurin Meheut

Mathurin Meheut, Les géologues en excursion, entre Château-Richeux et Cancale, Ensemble de 25 panneaux décoratifs commencé en mars 1942 - achevé en décembre 1946 (Achat par commande à l'artiste en 1942, Inv. : FNAC 20723)

Panneau décoratif de Mathurin Meheut

Mathurin Meheut, Les géologues au laboratoire, Ensemble de 25 panneaux décoratifs commencé en mars 1942 - achevé en décembre 1946 (Achat par commande à l'artiste en 1942, Inv. : FNAC 20723)

Ces deux panneaux illustrent le travail et les études menés au quotidien par les professeurs, étudiants et étudiantes de l’Institut de géologie de Rennes, sous la conduite du professeur Yves Milon, même si aucun des personnages représentés ne peut être identifié avec précision. Le premier panneau illustre une « chasse au trésor » géologique que mènent une dizaine d’étudiants, sous le regard sans doute amusé du berger et de la petite fille qui observent la scène sur la droite. Le deuxième panneau illustre fidèlement une séance de dessin dans une pièce de l’Institut de Rennes, rue du Thabor, avec la flèche de l’église Saint-Mélaine que l’on aperçoit par la fenêtre. Méheut a placé au centre de la composition le détail pittoresque d’un squelette de mammifère préhistorique en cours d’étude.

Le cycle décoratif peint par Mathurin Joseph Meheut et Yvonne Jean-Haffen est aujourd’hui exposé au musée de géologie-Géosciences Rennes. Il comporte au total 25 panneaux qui étaient spécifiquement adaptés aux espaces pour lequel il avait été commandé : en témoignent les ouvertures réservées aux fenêtres ou aux portes. Leur iconographie très originale alterne vues de Bretagne, curiosités morphologiques et géologiques, descriptions de l’activité des chercheurs et étudiants de l’Institut de géologie, évocations des coutumes et activités de la vie traditionnelle en Bretagne, description de la faune et de la flore sous-marine et enfin, point culminant de cet imaginaire, évocation des temps préhistoriques et de leur faune tels les dinosaures ou les mammouths.

Mathurin Joseph Meheut et Yvonne Jean-Haffen

Ce cycle est l’œuvre de deux artistes qui ont marqué la vie artistique nationale et bretonne : Mathurin Joseph Méheut (Lamballe 1882-Paris 1958) et Yvonne Jean-Haffen (Paris 1895-Dinan 1993). Dans le cadre de la construction du nouvel Institut de géologie de Rennes, Yves Milon, doyen de la faculté des sciences et directeur de l’Institut de géologie, contacte Méheut qui accepte la commande en novembre 1941, confirmée par l’Etat le 14 avril 1942. Les sources archivistiques parlent d’une commande de « panneaux décoratifs » au nom de Mathurin Méheut, pour la somme de 180 000 francs. Aucune mention n’est faite d’Yvonne Jean-Haffen, même lorsque le cycle décoratif est achevé. Elle a pourtant bien collaboré à l’exécution de l’ensemble et peint pas moins de 5 compositions représentant des paysages géologiques ; Méheut en a signé les 20 autres. Le cycle est exécuté entre mars 1942 et décembre 1946. Si le bâtiment de l’Institut est inauguré le 15 mai 1947, le marouflage de l’ensemble des panneaux n’est achevé qu’en mars 1948.

Un cycle iconographique original

Yves Milon qui joue un rôle pivot dans la commande, en a défini les sujets. Elle s’accompagne également d’une recommandation esthétique, les panneaux devant utiliser la technique du camaïeu, du brun au jaune clair accompagné de toutes les variantes de gris, afin de s’harmoniser avec le mobilier de l’Institut. Les artistes ont eu à leur disposition une documentation complète remise par Yves Milon, complétée par des visites au Muséum d’histoire naturelle, et la découverte attentive de sites géologiques bretons. Pour la reconstitution de la faune et de la flore préhistoriques, Méheut consulte également de nombreux ouvrages scientifiques. Ce programme artistique comprend également une vocation pédagogique et instructive puisque son but premier était d’orner les salles de cours et les différents espaces de recherches et administratifs de l’Institut. Une telle visée n’a cependant pas empêché les artistes de faire preuve d’imagination et de grande liberté artistique. Une analyse scientifique de ces représentations, en particulier la faune et la flore sous-marine et terrestre préhistorique, montre en effet qu’une part de véracité historique a été sacrifiée pour composer des images pittoresques et poétiques saisissantes.

Un destin particulier 

De l'Institut de géologie au musée de géologie (Géosciences Rennes) sur le campus de Beaulieu

Ce cycle décoratif a longtemps orné les murs de l’Institut situé rue du Thabor. La construction du nouveau campus universitaire sur le site de Beaulieu à la fin des années 1960 amène la dépose de certains panneaux qui rejoignent le nouvel Institut de géologie de Beaulieu, d’autres restant en place, en particulier dans le bureau d’Yves Milon. L’ancien Institut devient en 1972 la Présidence de l’université de Rennes I. Des travaux entraînent vers 1988 la dépose des derniers éléments en place. Le classement de ce cycle décoratif au titre des monuments historiques en 1990 est le prélude à une restauration attentive qui débute en 1992. Les panneaux sont réinstallés en 1995 dans le bâtiment du campus de Beaulieu, abritant aujourd’hui le musée de géologie-Géosciences Rennes.

 

Xavier-Philippe Guiochon, Responsable des collections historiques et modernes (1870- 1960)
Centre national des arts plastiques