Ferry Fétiche

Jean-Marie Perdrix
Exposition
Arts plastiques
Galerie Samy Abraham Paris 20

Jean-Marie Perdrix
sans titre, 2016
Plastique, acier
75 x 117,5 x 87 cm (chaque)
3 éléments

credit photo : Rebecca Fanuele

 

Ferry Fétiche

Jean-Marie Perdrix

30.01 - 12.03.2016

Pour cette nouvelle exposition à la galerie Samy Abraham, je montre deux séries d’objets, des totems et des tables. Je les ai réalisés au Burkina-Faso en recyclant des plastiques ménagés usagés. Ils sont fondus manuellement et formés sous presse. Je travaille avec ce procédé artisanal en partenariat avec une famille d’artisans bronziers qui sont des amis de longue date.

Le projet débute en 2002 par la réalisation de répliques, en plastiques recyclés, d’une figure totémique (l’ancêtre, le phallus) provenant d’un héritage et originaire du pays même. L’oeuvre exposée consiste en l’accumulation de cette figure sans équivoque.

Suite à cette réalisation et en association avec mes partenaires burkinabés, la recherche s’est orientée sur le fonctionnement d’un atelier type, capable de fabriquer en nombre et en qualité des éléments utilitaires à base de déchets plastiques. Grâce à une aide de la Fondation Nationale des Arts Graphiques et Plastiques (Fnagp) accordée au printemps 2015, j’ai coordonné la mise au point d’un atelier dans la capitale Ouagadougou puis lancé une production en série de tables d’école.

Cet équipement est tel qu’il est en usage dans une classe de primaire de l’enseignement public au Burkina-Faso – 60 élèves par classes – 20 tables, 3 élèves par table. L’intervention se limite au remplacement des parties en bois par du plastique recyclé. Le modèle, hérité de la colonisation, avec son banc intégré nous est familier. Il évoque en France l’école de Jules Ferry. Je kiffe de m’en emparer comme l’autre fétiche que j’ai réalisé.

Les trois tables présentées ici sont convoquées comme témoin de la réussite du projet. Elles sont chargées comme des masques ou des fétiches: ces objets répondent à une fonction sociale qui disparaît lorsque ceux-ci, hors de leur contexte originel, sont exposés comme oeuvres d’art. Pourtant, ils ont peu de valeur sans avoir accompli cette fonction, réelle ou symbolique, selon les croyances en usage.

La production d’un premier lot de trente tables qui seront remises à une école élémentaire du quartier Niocsin à Ouagadougou, a permis la mise au point de l’équipement, la formation du personnel et réaliser un test en grandeur nature. De cette expérience nous sommes en mesure de préciser des objectifs concrets à la mise en place d’un atelier pérenne de recyclage des déchets plastiques ménagés.

Le projet se base sur la réalisation d’un atelier équipé de trois moules et employant 10 personnes; la fabrication de 2000 tables par an; la commercialisation auprès des écoles de l’enseignement primaire au Burkina-Faso; la collecte sélective manuelle de 100 tonnes de plastiques usagés auprès de 20 000 foyers de la ville (emplois de 50 femmes en mi-temps) pour un gain de salubrité publique fort; la création d’une valeur économique de l’ordre de 10 000 0000 FCFA au niveau de cette collecte, renforçant le budget de la ville pour ce service; l’économie de déforestation d’environ 130 ha/an; les besoins de 6000 élèves du primaire soit l’équipement d’environ 100 classes.

Suite à un soulèvement populaire et un coup d’état raté, le Burkina-Faso a élu démocratiquement un nouveau gouvernement après les vingt-sept années au pouvoir du président déchu. La nouvelle équipe aux commandes devrait opportunément soutenir cette initiative.

Jean-Marie Perdrix, janvier 2016

 

 

Cette exposition bénéficie du soutien de la Fondation Nationale des Arts Graphiques et Plastiques

Horaires

du mercredi au samedi de 11h à 19h

Adresse

Galerie Samy Abraham 43 rue Ramponeau 75020 Paris 20 France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 2 mars 2020