arundo e estrambord

Exposition
Design
Espace d'art le Moulin La Vallette-du-Var

 

Antoine Boudin né à Avignon chemine avec constance et attention parmi son paysage de Provence.  Lauréat de Design Parade 4, il installe son atelier à Hyères en 2011 et enseigne depuis à l’école supérieure d’art de Toulon Provence Méditerranée.

 

Benjamin des designers présentés par l’Espace d’art au fil des étés, il est certainement le plus proche d’une culture qui imbibe son travail. Pourtant cet attachement ne concède rien au régionalisme étroit, tout à l’opposé puisqu’il pousse les matériaux d’ici à se voir autres, ailleurs, autrement : « J’aime à « désaseptiser » l’objet, en faire un corps vivant plutôt qu’un accessoire mort. Dans ce sens, il faut questionner le plastique par exemple et reconsidérer le naturel chaque fois que possible.»

 

 

 

La recherche qu’il mène depuis deux ans autour de la canne de Provence illustre cette volonté de repenser l’objet à l’aune de son environnement originel, de l’inscrire dans une perspective écologique, respectueuse et harmonieuse, d’insérer doucement l’objet dans son paysage premier, de faire qu’il redevienne aussi évident à l’œil que doux sous la main : Bien avant notre ère, les Romains calfataient les bateaux avec une étoupe faite de cheveux de femme et de feuilles de canne…  

 

Pourtant, rien n’est facile : La canne est un matériau capricieux, elle est plus fragile que le bambou, elle rompt plus vite. Et Antoine de s’évertuer à faire de la mauvaise herbe un bon matériau, aidé en cela par la bourse reçue du prix Design Agora qui a distingué sa démarche.

 

 

 

 

 

Enraciné en Provence, Antoine puise logiquement à la Méditerranée. La mer comme l’autre champ d’expérience passionnel où il transporte la longue herbe, imaginant un bateau entièrement « made in canne » avec l'œil bienveillant de l’architecte naval Marc Van Peteghem qui l' a conseillé dans son travail. Ils ont échangé sur l'avenir de la canne dans le nautisme et dans le design en général.  Marc Van Peteghem  a été généreux, comme dans la démarche qu'il mène au Bangladesh avec Corentin de Chatelperron pour la construction d’un voilier en fibre de jute avec gréement en « pinces de crabe » : une parfaite application d’une cohérence retrouvée entre le milieu de création, les matériaux disponibles, les besoins et les capacités rencontrés sur place.  « C’est un concept qui n'est pas nouveau, mais cette cohérence fonctionne partout dans le monde. Dans mon cas, il s'agit de la canne et en mer Méditerranée » ajoute Antoine Boudin.

 

Et parce qu’il est aussi homme de cœur, de partage et de transmission, Antoine Boudin a souhaité ouvrir son exposition à un autre artiste, et à des étudiants.

 

 

 

Jean-Baptiste Warluzel a débuté cette année un travail vidéographique sur l’île Tiboulen de Maïre qu’il a déclarée comme étant son atelier : un atelier pirate, un Etat-atelier.

 

Plus à l’Est cette fois, sur l’îlot de la Fourmigue à Hyères, il créé un nouvel atelier dont il détermine les règles de fonctionnement : artiste en résidence totalement libre, en condition de travail mais sans budget.

 

 

 

Au bateau présenté dans l’Espace d’art, s’adjoint une flottille d’embarcations voguant sur le bassin du Jardin de Baudouvin.  Les modèles réduits ont été conçus et réalisés par les étudiants de l’ECAL (école cantonale d’art de Lausanne) lors d’un workshop animé par Antoine Boudin en 2012.

 

 

 

En canne, il y a aussi et bien sûr la chaise, objet référence, exercice et terrain d’apprentissage obligé pour tout designer : une chaise tout en canne, pour tout naturellement s’asseoir.

 

En canne toujours, il y a une longue série d’objets usant de l’herbe à l’envi, du très sobre bilboquet au luminaire minimum, mariant le végétal pauvre et la technologie high-tech des leds et des Oleds demain.

 

En canne encore, il y a cette structure abri en demi-lune qui fait penser aux igloos de Mario Merz. Cet abri présenté en juin durant les Designers Days à Paris trouve un écho dans le mouvement de l’Arte Povera tant l’humilité d’Antoine Boudin face au matériau aussi simple fût-il et la mise en exergue des tensions et des énergies naturelles caractérisent son travail.

 

 

 

    

 

Tarifs :

gratuit

Commissaires d'exposition

Partenaires

Villa Noailles, Conseil Général du Var , Région Provence Alpes Cote d'Azur, TSR

Horaires

du mardi au vendredi de 15h à 18h le samedi de 10h à 12h et de 15h à 18h sur rendez vous le reste du temps.

Adresse

Espace d'art le Moulin 8 avenue Aristide Brian 83160 La Vallette-du-Var France

Comment s'y rendre

en voiture de puis Toulon direction Nice Hyères prendre sortie n°4 puis direction centre ville parking sous terrain gratuit à proximité (De Gaulle)
Dernière mise à jour le 2 mars 2020