Arbres remarquables

Exposition éphémère
Exposition
Photographie
Galerie Françoise Paviot Paris 02

« Voyageur boulimique, observateur sensible et insatiable, curieux de tout, Christian Maillard s’obstine à rapporter de ses explorations, lointaines ou domestiques, des traces, des signes, des images, qu’il livre ensuite à l’appréciation de ses proches, puis collationne soigneusement dans des albums énigmatiques. Il avoue n’avoir longtemps vu dans cette entreprise compulsive et néanmoins méticuleuse, qu’un hobby, une occupation, une addiction mineure, une manie inoffensive, à la fois touchante et puérile, qu’il convenait d’observer avec cette indulgence, parfois légèrement agacée, qu’autorise seule l’amitié. Je sentais bien pourtant que derrière cette extravagance, ce désir un peu fou de fixer l’espace et le temps sur une surface sensible et durable à la fois, de soumettre le monde à l’empilage d’instantanés, de collecter des certitudes dans l’accumulation de souvenirs anecdotiques pittoresques ou sentimentaux, se cachait autre chose, qui n’était pas seulement de l’ordre de l’affect ou de la curiosité.(… ) Au cours de toutes ces années, Christian Maillard n’a cessé l’améliorer la qualité technique de ses tirages. Il me parût aussi que son regard changeait, tendant de plus en plus à saisir l’essentiel, à capter le signifiant plutôt que le signifié. De la même façon, son style, jusqu’alors incertain, se dépouillait de ses scories et osait afficher des intentions de plus en plus ouvertement esthétiques. En 1997, Christian Maillard réalisa dans les murs de Radio France, la première exposition publique de ses clichés. Son titre, “ Symphonies alpines ”, m’apparut comme une sorte d’hommage, un peu superfétatoire, à ses trois plus anciennes passions : la musique, la montagne et la photographie. Aujourd’hui, je regarde ces photographies et je mesure à quel point j’avais tort autrefois, quand je croyais que l’art s’arrêtait au 7e et que je me moquais un peu cruellement de Christian Maillard , mon ami de presque toujours, qui rêvait d’être artiste. » Marie Hazen, Critique. Né en 1944, diplômé d’HEC, titulaire d’un DESS de droit privé, il a effectué un passage dans l’édition avant d’entamer une longue carrière dans l’audiovisuel public. Ancien directeur à Radio France, il a notamment été responsable de la gestion financière, du budget, de l’informatique et du Département musique, [orchestres, choeur et de la chaine France Musique], avant de terminer sa carrière comme patron des affaires internationales. Il est Officier dans l’ordre national du mérite. Comme collectionneur, il s’intéresse à l’histoire de la photographie des années 20 aux années 60 et aux jeunes artistes contemporains. Egalement photographe adepte du noir et blanc et grand voyageur, il a parcouru et parcourt toujours les contrées les plus proches comme les plus lointaines en réalisant de nombreuses images dont il a exposé une partie depuis 1997.

Horaires

La Galerie Françoise Paviot est ouverte du jeudi au samedi de 14h30 à 19h et du lundi au mercredi sur rendez-vous.

Adresse

Galerie Françoise Paviot 57 rue Sainte-Anne 75002 Paris 02 France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 2 mars 2020