Skip to Content
Centre national des arts plastiques
  • Le Cnap
    • Toute l’actualité des événements, des commandes et des temps forts de la diffusion de la collection du Cnap. Consulter les archives de l'activité depuis 2007
    • Nouveautés, catalogue
    • Entreprises, médias et particuliers qui accompagnent le Cnap
    • Consulter les offres d'emploi et de stages
  • Collection
    • Procédures d’acquisition, de commande et de donation d’œuvres en arts plastiques, en photographie et images, en arts décoratifs, design et métiers d'art. Dates de dépôts des propositions et des commissions
    • Base de données des œuvres acquises depuis 1791. Base de données des œuvres et des études de la commande publique nationale et déconcentrée depuis 1983. Cartographie des commandes publiques. Œuvres dans les portails thématiques du ministère de la Culture.
    • Récolement et post-récolement, notices de constat d'état, gestion des disparitions et des vols
    • Consulter les listes d’œuvres acquises depuis 2015
    • Histoire du Fonds national d’art contemporain et actions de recherche scientifique. Présentation de la collection contemporaine, moderne et historique et articles sur une sélection d'œuvres
    • Écouter les œuvres produites dans le cadre des ACR - Ateliers de création radiophonique, commandées par le Cnap et France Culture
  • Prêts et dépôts
    • Le Cnap peut prêter et déposer les œuvres et objets d’art inscrits sur l’inventaire du Fonds national d’art contemporain
    • Le prêt d’œuvres est une procédure qui permet la mise à disposition des œuvres du Fonds national d’art contemporain par le Cnap pour des expositions temporaires, en France et à l’étranger.
    • Le dépôt est la mise à disposition d’une œuvre du Fonds national d’art contemporain, géré par le Cnap, destinée à être présentée au public, qu’elle soit installée dans une administration ou une institution muséale pouvant l’abriter pour une durée de plus d’un an.
  • Documentation
    • Consultation de la documentation, demandes de renseignements et contacts
    • Documentation générale, documentation des œuvres et des artistes de la collection, iconothèque, archives et actualité de la documentation
  • Soutien à la création
    • Soutien à l'édition imprimée et numérique
    • Soutien à la première exposition et à la publication, soutien pour une participation à une foire à l'étranger. Avance remboursable
    • Soutien aux maisons de production : soutien au développement et soutien à la post-production
    • Comptes-rendus de recherches d'artistes, de critiques et historiens de l'art, de restaurateurs d'art et de photographes documentaires
  • Profession artiste
    • Conditions d’accès aux écoles d’art, cursus, diplômes et vie étudiante. Validation des acquis et de l’expérience
    • Statuts et modes de recrutement des enseignants
    • Définitions, copies et reproductions, protection par le droit d’auteur, exploitation des œuvres
    • Obligations fiscales, déclaration d’impôts, TVA, contribution économique territoriale, taxe d’habitation, mécénat, parrainage
    • Obligations sociales des artistes, couverture et prestations, déclaration d’activité, identification, assujettissement, affiliation
    • Début et fin d’activité, création d’entreprise, cumuls d’activités, formation, validation des acquis de l’expérience, commandes, ventes, contrats de cession de droits d’auteur, exposition, résidences, aides de l’état, ateliers-logement
    • Résidences d’artistes, appels à projets, 1%, commandes publiques, offres d’emploi
  • Calendrier
  • Guide / Annuaire

Galerie Dohyang Lee

Share Share Share Share Share

I never knew that sand had so many colours

Arts plastiques - Exposition
07 avril • 26 mai 2018

Si tu tends l’oreille, tu entendras peut-être le souffle de l’accordéon. Ce livre se déroule de nuit, et toute l’histoire est racontée d’une seule traite. 

La pile suivante contient des fragments, les romans incontournables revisités sous forme de Tweets. Orange emblématique de Penguin. Substantifique moelle. Twittérature. Le meilleur des « Penguin Books ». Une troisième interprétation évoque la température acoustique d’une performance préalable. Un thermomètre fait office de baguette de chef d’orchestre.

 

Depuis dix ans, Elisabeth S. Clark organise ce qu’elle appelle des « Book Concertos » – une exploration de l’idée qu’un roman tout entier peut être lu en moins de dix minutes et mettre en scène autant de personnes qu’il y a de feuillets dans le livre en question.

 

Dans la galerie, ne restent que des piles de livres – échos de leur fonction d’antan. Pour Clark, bien plus que des livres, ce sont des instruments musicaux pour sa performance. Et ici, dans cet espace, ces livres, Eleven Instruments, Eleven Variations (2018), revêtent de nouvelles formes, ce sont de nouvelles manifestations sculpturales dictées par chaque performance précédente. Ses livres sont rangés dans une bibliothèque dont la forme évoque une caisse de résonance, afin d’amplifier les potentialités pour une performance. Ainsi chaque performance contient une histoire plus complexe. Les étagères sur-mesure deviennent une page nouvelle, un pli deleuzien, une extension du livre lui-même.

 

En bas, la partition Between Words (2010-2013) côtoie Reading Machine (2018), qui est aussi le protagoniste d’une performance à venir. Ces Reading Machines ont une double casquette : à la fois des dispositifs de monstration (supports de lecture/ pupitres) et des outils (des instruments sonores/accessoires) pour ses performances. La partition de ponctuation suspendue à ces objets est tout ce qui reste d’un poème de Raymond Roussel (Les Nouvelles Impressions d’Afrique). Elisabeth S. Clark s’approprie ce poème en isolant toute la ponctuation/masquant tous les mots. Elle retraduit ensuite tout cela en une création pour voix, pour orchestre, voire une chorégraphie.

 

La partition de ponctuation est pleine de silences et de sons, d’émotions et de gestes. De fait, ces signes de ponctuation – traduits ici en tant que notation, notes de musique, ou véhicules d’expression – servent autant à contenir qu’à amplifier le son et explorer les possibilités de variation.

 

Les propositions pour ses performances à venir l’illustrent à merveille : Conducting Conductors (Silent interpretations of a sonorous score) (2018). Performances qu’elle a imaginées pour quatre interprètes (y compris un chef d’orchestre, un chanteur, un danseur et un musicien). Quatre dossiers noirs présentent sa vision de cet événement.

 

Dans la dernière salle de son exposition, Elisabeth S. Clark intrique délicatement des grains de sable provenant de plus d’une douzaine de lieux et pays dans le monde. La fragilité même de son geste évoque la précarité d’une boule de neige parfaite. À moins que ça ne soit une lourde pile, un globe, une sphère poétique pour le langage inénarrable… On pense aux piles de mots dans Heap of Language de Robert Smithson, comme si l’artiste avait compressé en un seul bloc toute la ponctuation tombée des pages de la salle attenante. Son geste peut sembler anodin, mais ces grains de sable font le pont entre des espaces lointains et éloignés. Cette œuvre, qui s’intitule My World (2018), est l’aboutissement d’années de collection – c’est l’atlas de sable de l’artiste, la cartographie de tous les lieux qui l’ont modelée. 

 

Contrairement à la documentation de son installation Enchanté (2017), présentée dans la vitrine de la galerie à l’étage, elle a choisi cette fois de rassembler plutôt que de disperser des particules. Ces deux gestes semblent cependant être au cœur de l’exposition.

 

Toutes les œuvres dans cette exposition enjambent les années. Et pourtant, comme des sables mouvants, aucune n’est figée. Installations, performances, et sculptures à la fois, les œuvres d’Elisabeth S. Clark évoluent allégrement entre les disciplines. Ses sculptures évoquent des performances et ses performances évoquent des sculptures.

 

Ses œuvres deviennent une collection d’interprétations (« moments ») et pourtant ses poèmes ont une cadence qui a un goût de revenez-y. Son travail se prête à l’effeuillage. Chaque couche propose une expérience nouvelle. 

 

On pense aux propres mots de Clark, tirés d’une page de son carnet de croquis. ‘I never knew that sand had so many colours…’

« Qui aurait pu imaginer que le sable puisse avoir tant de couleurs… »

 

Comment savoir si c’est du sable, de mots, d’un événement ou, plus largement, du langage que parle l’artiste ?

 

 

Elisabeth S. Clark

Traduit en français par Clémence Sebag

Horaires : 
mardi – samedi 11h – 13h // 14h – 19h
Heures de vernissage : 
18 h - 21 h
Moyens d'accès : 
M4 Etienne Marcel M11 Rambuteau
Dernière mise à jour le 28 juin 2018

Galerie Dohyang Lee

73-75 rue Quincampoix
75003 Paris 03
France
Téléphone : 01 42 77 05 97
Télécopie : 01 42 76 94 47
Dohyang Lee