Skip to Content
Centre national des arts plastiques

Arièle BONZON

Share Share Share Share Share

Biographie

Arièle Bonzon - Née en 1955, vit et travaille à Lyon
Représentée par la Galerie Le Réverbère, Lyon

amers 1 { objets fixes et visibles servant de points de repère sur une côte }
"C'est un compagnonnage photographique plus que jamais au centre du courant qui me porte. D'une rive à l'autre, pauses dans le temps ou variations sur le motif, c'est un seul flux. La photographie y est toujours en question. Cadre, deux dimensions, statut de preuve, mémoire d'enregistrement, son lien à l'inconscient... À l'origine, la découpe du réel et le hors-cadre des Travaux de papier (1985/88) précèdent Archéologie (1990), série d'objets photographiques mis en scène. Les spécificités du médium me nourrissent, question de temps et d'espace. Poésie d'une photographie en retable des jours, c'est Equinoxe d'automne (1995), sa face d'écriture, Outreloin bleu (1999), pour lire entre ses lignes la vibration des vides. Sont mis en évidence les liens de la photographie avec la matière qui la fait être, parce que je considère l'image photographique comme œuvre de l'esprit, attachée au réel qu'elle représente, mais je la comprends également dans sa matérialité, dont elle surgit, avec laquelle elle se confond. La magie photographique opère pour moi à divers états d'apparition de l'image. J'y vois une texture pour la pensée. Lumière dans Le Jeu de la vie (2003/04), instantanés polaroid sur fleurs coupées. C'est le temps de l'attente, inéluctable jusque dans la beauté flétrie des enterrements. Avec Passer. Désert aller retour, je m'en suis remise au monde. Impressions photographiques de voyage, un passage dans le paysage, celui du désert comme lieu physique, et métaphore de la vie. Vitesse et fixité au même point." (...)
Arièle Bonzon, mai 2007

amers 2 { objets plus ou moins fixes et souvent peu visibles servant malgré tout de points de repère, faute de mieux, lorsque la côte n'est plus en vue }
"1, 2, 3, familier... L'histoire ne se répète pas. Je me suis embarquée avec Familier, dans une "affaire" de collection, une communauté intime où jouer connu inconnu à pile ou face, avec l'envie de conjuguer le verbe photographier à tous les temps. Quatre périodes entre 2007 et 2010 ont permis de mettre en œuvre cet ensemble, dispositif à géométrie variable, d'environ 150 photographies. La relation au dispositif m'a permis de gagner en liberté et de laisser filer le monde. Tout en observant ce qui est essentiellement fascinant dans l'acte de retenir que pose la photographie. À partir de cette observation, j'ai pu noter que l'enregistrement du réel, au lieu de certifier ce que nous voyons, nous place souvent face à nos doutes. Ainsi est né Incertitudes (2013), où chaque proposition photographique interroge le regard. Entre deux questions, il me semble toujours nécessaire de regarder au loin. Les fenêtres du lieu où je vis doivent toujours pouvoir satisfaire à ce repos de l'œil. C'est en reposant mes yeux que j'ai collecté ces instants d'espaces où tout devient clair, où le temps s'allie à la distance et à la lumière, que Vues d'ici a finalement pris forme, Lyon de près et de loin. Avec la série en cours Intérieur (2015-2016), j'hésite à parler du présent au passé. Intérieur ouvre les yeux sur l'énigme du temps et met un pied dans la porte. La chambre obscure est ouverte devant nous. C'est un laps et puis plus rien. Tout a disparu."
Arièle Bonzon, mai 2016

___

Arièle Bonzon
Born in 1955, lives and works in Lyon.
Represented by Galerie Le Réverbère, Lyon.

amers 1 { fixed and visible objects used as landmarks on a coast }

“A photographic companionship is more than ever at the heart of the current that carries me. From shore to shore, pauses in time or variations in patterns – it is the same flow, in which the question is always photography. Frame, two dimensions, value of proof, recording memory, link to the unconscious… At first, the cut-out of reality and the lack of frame of Travaux de papier (1985/88) preceded Archéologie (1990), a series of staged photographic objects. The specificities of the medium nourish me – a question of time and space. Equinoxe d’automne (1995) and its written aspect is the poetic manifestation of photography presented as an altarpiece of days, and Outreloin bleu (1999) reads the vibration of voids between the lines. I highlight the links between photography and the matter that brings it to life because I consider the photographic image to be an intellectual work attached to the reality it represents; but I also understand it through its materiality, from which it arises and which it blends into. I see it as a texture for thought. Light in Le Jeu de la vie (2003/04), Polaroid snapshots on cut flowers. It is the time of waiting, inevitable even in the withered beauty of funerals. With Passer. Désert aller retour, I simply relied on the world. Photographic impressions of a journey, of my passing through a landscape – the desert as a physical space and metaphor of life. Speed and fixity in the same spot.” (…) Arièle Bonzon, May 2007.

amers 2 { more or less fixed and often hardly visible objects nonetheless used as landmarks, for lack of anything better, when the coast is out of sight }

“1, 2, 3, familiar… History does not repeat itself. With Familier, I embarked on a collecting ‘affair’, an intimate community where I could play heads or tails with the known or the unknown, with the will to conjugate the verb to photograph in all tenses.
I put together this multifaceted series of approximately 150 photographs over the course of four periods between 2007 and 2010. My relationship to this approach gave me more freedom to let the world fly by, while observing what is essentially fascinating in the act of capturing made possible by photography. Based on this observation, I was able to notice that instead of certifying what we see, the capturing of reality often faces us with our own doubts. This is how Incertitudes (2013) came to be. In it, each photographic proposal questions the eye. Between two questions, I always find it necessary to look out into the distance. The windows of my home must always satisfy this need to rest the eye. Only when I rested my eyes was I able to collect these moments in space where everything becomes clear, where time merges with distance and light; this was also when Vues d’ici finally took shape – Lyon close up and far away. With the ongoing series Intérieur (2015-2016), I hesitate to talk about the present in the past tense. Intérieur opens the eye to the mystery of time and puts a foot in the door. The camera obscura opens up before us. Only for a lapse of time, then nothing. Everything is gone.”

Arièle Bonzon, May 2016
Translated by Lucy Pons

Source : 
Documents d'artistes Rhône-Alpes - Partenariat Centre national des arts plastiques / Réseau documents d'artistes.
Dernière mise à jour le 19 déc. 2016
Site internet : dda-ra.org/BONZON

Événements

Visite commentée exposition Par-delà le paysage

En présence des photographes

Galerie Le Réverbère - Lyon
17 octobre 2019

Par-delà le paysage

Galerie Le Réverbère - Lyon
14 septembre • 28 décembre 2019

Voir également

Galerie Le Réverbère

38 rue Burdeau
69001 Lyon
France
Téléphone : 04 72 00 06 72
Télécopie : 04 72 00 06 72

Documents d'artistes Auvergne-Rhône-Alpes

30 rue Thévenet
69004 Lyon
France
Site internet : www.dda-ra.org
Courriel : info@dda-ra.org