Zones sensibles, La peinture renversée

Dépôt d'œuvres du Cnap
Exposition
Musée de l'Abbaye Sainte-Croix Les Sables d’Olonne
Robert Malaval, Kamikaze rock, 1977

Robert Malaval, Kamikaze rock, 1977 (Achat en 1979, Inv. : FNAC 33056) 

Du 12 octobre 2014 au 18 janvier 2015, le Musée de l'Abbaye Sainte-Croix (Sables d'Olonne) présente « Zones sensibles, La peinture renversée » quelques exemples récents de peintures en tout genre, sage ou sauvage, figurative ou abstraite, mimétique ou conceptuelle, pour ainsi en prendre le pouls et en montrer la vivacité.

Avec des œuvres de : Francis Baudevin, Georg Baselitz, Herbert Brandl, Werner Büttner, Alain Clairet et Anne-Marie Jugnet, Philippe Cognée, Robert Combas, George Condo, Stéphane Dafflon, Olivier Debré, Philippe Decrauzat, Damien Deroubaix, Marc Desgranchamps, Jimmie Durham, Jean- Charles Eustache, Vidya Gastaldon, Gilgian Gelzer, Philip Guston, Anton Henning, Denis Laget, Michael Lazarus, Robert Malaval, Marlène Mocquet, Matt Mullican, Hugo Pernet, Bruno Perramant, Philippe Perrot, Aurélien Porte, Florian et Michael Quistrebert, Frédéric Sanchez, Jean-Michel Sanejouand, Ernesto Sartori, Peter Saul, Daniel Schlier, Alain Séchas, John Tremblay, We are the painters.

Célébration de la peinture

Avec le ready-made, geste radical porté par Marcel Duchamp contre l'art rétinien, l'art du vingtième siècle semble bien ne pas avoir épargné la peinture, laissée sur le bas-côté au profit de pratiques artistiques qui inaugurèrent un nouveau rapport à l'objet, à l'idée ou à l'attitude.
Mais avec l'invention de l'abstraction, qui conduit tout droit vers une conception de la peinture pure, elle semble au contraire avoir été célébrée comme jamais. Ainsi a-t-elle continué à prospérer jusqu'à aujourd'hui, en se nourrissant des questionnements contemporains qui bien qu'en la malmenant, n'en ont jamais renversé les fondements. Des tenants de la géométrie et de l'aplat aux défenseurs du geste et de la matière, des chantres de l'objet aux idolâtres de l'image, des fanatiques de la terre brûlée aux amoureux du passé, la palette du peintre s'avère désormais bariolée, et ses modes opératoires illimités. À chaque peintre son style et sa stratégie tant il y a aujourd'hui mille et une manières de peindre. La peinture n'est pas morte, à peine a telle été un peu bousculée. Et de ses démêlés elle est sortie grandie.

Peinture renversée

Tout au long de l'exposition, la peinture s'y trouve renversée, dans tous les sens du terme. La matière coule et s'épanche, le châssis se dévoile, la toile s'arc-boute, le motif se délite ou disparaît, l'inquiétude d'une humeur sombre ou tumultueuse pointe parfois. Mais sous ces dehors dérangés ou négligés, la peinture se trouve en fait revigorée. Et se métamorphose en se frottant aux formes, aux techniques, aux regards et aux courants de pensée qui marquent notre modernité. Quant au peintre, quelle que soit la posture adoptée, qu'il agisse au grand jour ou opère masqué, il interroge et pose dans l'œuvre son rapport, sensible, au monde qui l'entoure. La peinture se tourne vers le monde dont elle capte quelques éclats et quelques tressaillements.
Des attitudes appropriationnistes, qui détournent et commentent des modèles existants, des manières sauvages qui ne craignent pas l'affrontement et la mise à mal (à mort) du medium, aux cheminements plus souterrains, plus personnels, qui progressent sur une face cachée, ces « exercices de style », divers et variés, sur le thème de la peinture, mettent également en exergue les temps de la gestation et de la création du tableau, l'idée et le procédé qui toujours gouvernent, accompagnent et engendrent l'image.

Le Cnap et le musée Sainte-Croix

En 2013, le musée a fêté ses 50 ans. À cette occasion, le musée a fait le souhait de rendre compte de la variété de la peinture contemporaine autour de deux noyaux durs : l'abstraction d'un côté, la figuration de l'autre et de l'inévitable circulation, du va-et-vient qui s'instaure entre les deux. Après une première collaboration en 2012 avec le Cnap pour l'exposition « Explorateurs », c'est tout naturellement que le musée s'est tourné à nouveau vers celui-ci. C'est ainsi qu'un dépôt d'une trentaine d'œuvres a été accordé au Musée de l'Abbaye Sainte-Croix et vient ainsi enrichir sa collection.

Complément d'information

Gratuit pour les jeunes de moins de 18 ans, les demandeurs d’emploi, les bénéficiaires des minima sociaux.

Gratuité pour tous le 1er dimanche de chaque mois

Horaires

Périodes scolaires
Du mardi au vendredi de 14h00 à 18h00
Le week-end de 11h00 à 13h00 et de 14h00 à 18h00

Vacances scolaires toutes zones
Tous les jours de 11h00 à 13h00 et de 14h00 à 18h00

Week-end
de 11h00 à 13h00 et de 14h00 à 18h00

Fermé les lundis et les 1er janvier, 1er mai, et 25 décembre

Tarifs

Plein tarif
- 5.00€
Tarif réduit
- 3.00€

Adresse

Musée de l'Abbaye Sainte-Croix

Musée de l’Abbaye Sainte-Croix
Rue de Verdun
85100 Les Sables d’Olonne
France

Dernière mise à jour le 25 mars 2020