Biographie

Écrivaine, et historienne d’art de formation, Zahia Rahmani est responsable à l’Institut national d’histoire de l’art (INHA), du domaine de recherche Art et Mondialisation, récemment renommée Histoire de l’art mondialisée. 

Inauguré en 2004, il est le premier programme de recherche dédié aux corpus critiques et aux pratiques artistiques à l’ère de la mondialisation. Son observatoire, Globalisation, art et prospective-GAP, regroupe un collectif de chercheurs internationaux.

Elle est l’auteur d’une trilogie consacrée à des figures contemporaines « d’hommes bannis ». Un travail littéraire sur des figures impensées de la théorie postcoloniale.
Moze (2003, SW p. 2016), Musulman roman 2005,  SW p. 2015) et France récit d’une enfance (2006, Livre de p.2008) aux éditions Sabine Wespieser),  Elle a notamment publié « Le Harki comme spectre ou l’Écriture du déterrement », in Retours du colonial ? Disculpation et réhabilitation de l’histoire coloniale (2008, éd. Atalante) et « Le Moderne comme point d’arrivée sans fin », in Qu’est-ce que le contemporain (2010, éd. Cécile Defaut.

De 1999 à 2003 elle a créé et dirigé le Research Program, post-diplôme de l’École nationale supérieure des Beaux-arts de Paris, sous la direction d’Alfred Pacquement. Elle a mené et soutenu la constitution de nombreux réseaux de partenariats scientifiques et artistiques notamment en Afrique du Nord, au Brésil et en Inde.  Elle a obtenu la Chaire Global Faculty in Residence  NYU Gallatin 2016.

Elle a dernièrement dirigé le projet, Made in Algeria, généalogie d’un territoire, dédié à la captation territoriale  par le développement de la cartographie et la représentation des territoires coloniaux, qui  a donné lieu en 2016 à un essai/catalogue et une exposition majeure qui s’est tenue à Marseille, au MuCem. Elle a développé et conçu le dispositif,  Sismographie des luttes - Vers une histoire globale des revues critiques et littéraires, présenté à RAW Materaial Company Dakar. 

 

Ses écrits et ses lectures sont régulièrement signalés et commentés par les chercheurs tant en France qu’à l’étranger. Elle est membre du Collège de la Diversité et Chevalier des Arts et Lettres. 

Source

La compagnie, lieu de création

Dernière mise à jour le 2 mars 2020