Vinciane Despret : Enquêter avec des existences fragiles

ESADMM - 13288 Marseille

© photo : Guillaume Lamy

 

Sur une proposition de Nina Leger avec Pierre-Laurent Cassière, Julien Maire et Karine Rougier, dans le cadre de l’Atelier de Recherche et de Création (ARC) "Fantômes".

"Le philosophe Etienne Souriau, lors de son enquête sur les modes d’existence en 1938, s’était particulièrement intéressé à un type particulier d’existants, ceux qui n’ont pu bénéficier d’une existence pleine, qui n’ont pas reçu leur place dans le monde, qui restent vulnérables à l’oubli ou à la non-existence et dont certains d’entre nous peuvent entendre les appels. Comment répondre à ces appels, qu’il s’agisse de ceux d’animaux relégués au statut d’automates ou d’objets — quand ils ne sont pas inexorablement conduits à une disparition définitive—, de morts que l’on oublie et dont certains d’entre nous pensent qu’ils réclament un prolongement dans l’existence ? Quel type d’enquête devons-nous imaginer pour apprendre à bien relayer les appels de tous ces êtres ?"



Philosophe des sciences, Vinciane Despret a, au départ de son œuvre, étudié les processus de traduction par lesquels les scientifiques disent leur pratique. Or, c'est bien de traduction qu'il est question quand on traite de recherche et/de création. Outre l'intérêt que présente le positionnement méthodologique de Vinciane Despret, notre envie de l'inviter répond à l'un de ses textes récents, "Au bonheur des morts" (La Découverte, 2015) et aux différentes interventions que cette recherche portant sur les "modes d'existence" des morts parmi les vivants l'ont conduite à mener.

Vinciane Despret a contribué (entre autres) au catalogue "Extra Fantômes" de la Gaîté Lyrique, au numéro de la revue d'anthropologie "Terrain" consacré aux fantômes (2018) et a donné plusieurs conférences sur le sujet (comme au musée du Quai Branly en 2017).

Son travail sur les morts et leurs présences est l'une des voies de l'examen des relations, des négociations entre humains et non-humains qui informe toute sa réflexion (ainsi, son travail sur les animaux a fait date).



►►► informations pratiques sur la conférence :

entrée libre

mercredi 15 janvier 2020
12h00-13h30

amphithéâtre des Beaux-Arts de Marseille
184, avenue de Luminy 13288 Marseille


Comment s’y rendre ?

En bus :

Bus B1 • Castellane > Campus de Luminy Ligne direct de 4h15 à 21h20 Arrêt Luminy PN des Calanques
Bus 21 JET • Rond Point du Prado > Campus de Luminy Trajet express jusqu’au Campus de Luminy de 7h15 à 18h15
Correspondance avec le métro 2 (Bougainville > Ste Marguerite Dromel), depuis l’arrêt Rond Point du Prado.

Bus 24 • Ste Marguerite Dromel > Campus de Luminy Correspondance avec le métro 2, depuis le terminus Sainte Marguerite Dromel, de 5h28 à 20h.

En voiture :

Depuis l’est : Autoroute A50/A8 Depuis le nord : Autoroute A7 Depuis l’ouest : Autoroute A55 (autoroute du Littoral).
Direction Marseille Vieux Port, le tunnel Prado Carénage, direction Aubagne, puis Tunnel Prado Sud, sortie Orange Vélodrome. Prenez ensuite le boulevard Michelet, la direction Cassis à l’Obélisque de Mazargues. Continuez ensuite tout droit par l’avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny. Suivez ensuite la direction Luminy, jusqu’à la fin de la route (Parc des Calanques de Sugiton).

Parking extérieur gratuit

Adresse

ESADMM - 13288 184, avenue de Luminy 13288 Marseille France
Dernière mise à jour le 2 mars 2020