Trasplantados

Luna Acosta
Exposition
Arts plastiques
Dos Mares Marseille
luna acosta

Trasplantados
Luna Acosta
Commissariat de Matías Allende

11 février – 2 mars 2022
Vernissage : 11 février · 18h
5 rue Vians · 13006 Marseille

Trasplantados fait référence à la terre et à la floraison, à la croissance de la racine en terre lointaine, où elle est censée germer comme dans la sienne. Les citoyens des deux côtés du continent ont été transplantés dans leurs mouvements régionaux dans les Amériques, dans des endroits éloignés et isolés.

Dans le livre Los trasplantados (1904), Alberto Blest Gana fait référence à ces latino-américains qui émigrent par choix à Paris (le centre de relégation culturelle de l’Occident, comme le pense Ángel Rama), pour y faire leur vie quotidienne, à la recherche d’un lieu où ils puissent se sentir à leur place. Eux, en dehors du Chili où ils sont nés et ont grandi, vont y chercher ce qui pourrait être interprété comme une autre option d’être, ils vont y grandir et pourtant ils continueront à être transplantés.

La migration révèle ce que nous ressentons tous à un moment ou à un autre : un éloignement qui suscite le besoin urgent de bouger, de chercher une existence dans un endroit où nous pouvons nous sentir à notre place.

Les transplantés, délocalisés comme les personnages de Blest Gana, ou sur-localisés comme ces libéraux des guerres d’indépendance américaines, migrants de souche, dont les parcours se sont poursuivis par des luttes émancipatrices qui ont déterminé la nouvelle identité de l’Amérique. Ces délocalisés de Blest Gana a ont réécrit et ont oublié l’histoire qui existait déjà, façonnant les nations, raccourcissant les territoires, délimitant les terres, faisant disparaître les peuples et finalement transplantant ces coutumes que nous croyons aujourd’hui être les nôtres.

Aujourd’hui, les frontières de l’Amérique latine, qui n’ont pratiquement pas bougé depuis la détermination républicaine embrassée par la majeure partie du continent, connaissent l’un des plus grands mouvements migratoires de l’histoire. Un flux qui est le produit de la privation économique dans certains territoires ou de la précarité sociale dans d’autres, dans la plupart des cas les deux.

La violence à laquelle les populations sont constamment soumises les a amenées à se délocaliser d’une partie du continent à une autre, où, bien que l’unité linguistique de la majorité et le partage de certaines traditions quotidiennes laisseraient penser que le déracinement pourrait être moins sévère ; Les couleurs de leur peau, la force ou la faiblesse de leur voix, les différentes subjectivités qui émergent en matière de sexualité, entre autres, sont des facteurs qui ont conduit à la radicalisation des différences au XXIe siècle dans ce continent de bruns, qui reçoit de partout des composantes mutantes de l’américanité et qui s’obstine à refuser le mélange et le métissage taché.

Luna Acosta (Medellín) est une artiste visuelle, performeuse, chercheuse et actrice colombienne qui a dû se déplacer d’un endroit à l’autre de la région pour découvrir les différentes terres qui la composent. Élevée dans son pays natal et formée en Argentine, elle a travaillé pendant des années à Santiago où elle a commencé à réfléchir à sa propre condition de migrante et à celle de ses camarades continentaux à l’époque contemporaine. Elle réside actuellement à Barcelone où elle poursuit cette problématique (désormais aux accents méditerranéens).

La Colombie traverse une contingence particulière, en raison des récentes manifestations populaires qui ont rendu visible l’histoire toujours active de la guerre interne qui dure depuis plus de 60 ans. De la période de la « violence » à la persécution des narcotrafiquants dans les années 1980, en passant par les inégalités évidentes des régions colombiennes les plus touchées par la guérilla et le paramilitarisme, la Colombie a une longue histoire de violations des droits de l’homme, d’inégalités et de violence quotidienne résultant de la macro-guerre du pays, et qui façonnent d’une certaine manière l’identité des personnes qui y vivent, un facteur sur lequel Luna Acosta travaille consciencieusement.

Cette réalité entraîne, entre autres, le déplacement forcé, la greffe très agressive que la violence colombienne a produite et qui, pour Acosta, se traduit non seulement par le mouvement démographique à l’intérieur du pays, mais aussi par les centaines de Colombiens qui quittent le pays chaque année, augmentant ainsi le nombre de populations migrantes sur toute la longueur de la carte.

Utilisant des matériaux primaires et quotidiens tels que la terre, l’eau, le tissu et le sang, Luna Acosta constitue une œuvre profondément critique sur les processus migratoires contemporains et le manque de cadres culturels pour y faire face. L’artiste parcourt les territoires en recueillant les récits oraux de personnes qui, pour diverses raisons, ont dû quitter leur terre natale pour s’installer dans de nouveaux territoires, qui leur sont souvent hostiles.

Récemment, son travail de performeuse a dérivé dans l’inclusion de processus de pratique textile où, bien que son corps continue à être présenté comme la première matérialité constitutive de l’œuvre, la broderie, le tissage et le filage sont désormais récurrents. Des pratiques qui sont plus évidentes depuis 2017, période durant laquelle, en outre, elle a visité les zones frontalières par lesquelles la plupart des migrants colombiens, en particulier ceux du Chocó et du Cauca afro-pacifique, entrent dans notre pays et où ils doivent contourner toutes sortes de griefs et de vides juridiques. Des zones de migration labiles et dangereuses comme la Méditerranée, qui a été montrée à l’artiste avec ses flux du Maghreb vers les ports de Lampedusa, Barcelone ou Marseille (pour ne citer que quelques exemples).

Les frontières, dans la plupart des cas, sont l’espace marginal où ils sont autorisés à vivre, souvent sans accès aux conditions de base qui assurent la vie. C’est ainsi que les matériaux avec lesquels Luna travaille apparaissent comme un journal de bord de nouvelles transplantations, certaines fuyant la guerre et la misère, d’autres arrivant dans une autre guerre voilée par des conditions d’inadmissibilité et de misère effective dans leur ignorance par l’État. La situation est similaire dans de nombreux pays, avec d’autres personnes transplantées.

Luna Acosta (née en 1989 à Medellín, Colombie) est une artiste visuelle,  chercheuse et  enseignante. Diplômé d’histoire de l’art et études de conservation avec une spécialisation dans l’art contemporain latino-américain (U. del Museo Social Argentino). MFA en art sonore (U. de Chile). Boursier du programme d’études indépendantes MACBA (Musée d’art contemporain de Barcelone) 2019/20, Barcelone. Spécialisation en pensée afro-caribéenne et latino-américaine CLACSO (2020/21). Actuellement chercheuse à La escocesa fábrica cultural (2020/21) Barcelone et boursière à WHW Akademija en 2021. En 2018, elle a co-créé l’Académie des arts et métiers électroniques de Bogota avec le soutien de la municipalité. Elle a été chercheuse dans le domaine des archives et de la documentation au MAC (Santiago du Chili) en 2016 et 2017. Elle a participé à des expositions collectives au MACBA (Museu d’Art Contemporani Barcelona), au Museo de la memoria y los DDHH Santiago du Chili, au Museo Casa de la Memoria Medellín, à l’EAC (Espacio de arte contemporáneo Montevideo), entre autres, et à des résidences et festivals en Amérique latine et en Europe. Ses œuvres font partie de la collection du Museo de arte contemporáneo de Santiago du Chili.

www.lunaacosta.net

Matías Allende Contador (né en 1990, Santiago du Chili). Doctorant en études latino-américaines à l’Université du Chili. Il est chercheur et curateur d’art contemporain, notamment dans le domaine de l’art et de la culture en Amérique latine. Il a une solide expérience des musées, il a été chercheur titulaire au Museo de Arte Contemporáneo de la Universidad de Chile (MAC), et a également travaillé comme assistant conservateur au Museo Nacional de Bellas Artes de Buenos Aires (MNBA). Il a travaillé en tant que conservateur pour divers espaces à Santiago, notamment INDEPENDENCIA au Centro Cultural GAM et PLAYPEN 4.SCL Edition pour Metales Pesados Visual. Il a travaillé comme commissaire pour la foire internationale d’art au Chili (Ch.ACO) et pour Pinta Miami aux États-Unis. Il est également co-auteur de Trabajo en utopía : modernidad arquitectónica en el Chile de la Unidad Popular et Ciudad Sísifo. Il est l’un des principaux rédacteurs du Catalogue Raisonné. Collection MAC, Museo de Arte Contemporáneo. Il a collaboré pour des revues de critique d’art, participé à des congrès et à des groupes de recherche au Chili, en Argentine et en France. Coordinateur actuel du Taller de Política Internacional desde América Latina (Centro de Estudios Culturales Latinoamericanos – UChile).

En partenariat avec Institut Français Chili, Institut français Paris, Ville de Marseille, Generalitat de Cataluña, Centro de Estudios Culturales Latinoamericanos – Universidad de Chile y Cátedra Racismos y Migraciones Contemporánea – Universidad de Chile

Partenaires

Institut Français Chili, Institut français Paris, Ville de Marseille, Generalitat de Cataluña, Centro de Estudios Culturales Latinoamericanos – Universidad de Chile y Cátedra Racismos y Migraciones Contemporánea – Universidad de Chile

Horaires

Lundi - Samedi 11h-19h

Adresse

Dos Mares 5 rue Vian 13006 Marseille France

Comment s'y rendre

Metro Notre dame du mont - Cours julien

Dernière mise à jour le 24 février 2022