Tania Mouraud

WHO'S THE ENEMY?
Exposition
Photographie
La mouche Béziers

Figure incontournable de la scène artistique française et artiste inclassable, Tania Mouraud ne cesse de réinventer sa pratique depuis la fin des années soixante par le biais de médiums variés : peinture, installation, photo, son, vidéo, performance. Son travail s’inscrit dans une démarche questionnant les rapports esthétiques entre l’art et la violence de notre monde, ainsi que les limites de la perception à au travers de ses « mots de forme ». Depuis 1998, elle conçoit la photo, la vidéo et le son dans une relation étroite à la peinture pour questionner différents aspects de l’histoire et du vivant. L’art « engagé » de Tania Mouraud se comprend telle une prise de parole citoyenne et non politique. Les combats qu’elle défend sont ceux d’une artiste qui vit « les yeux ouverts sur le monde ».
Composé à partir de poèmes du maître de la Beat Generation Allan Ginsberg au sujet entre autres de l’Amérique de la Guerre du Vietnam, l’opéra de Philip Glass intitulé Hydrogen Jukebox a été le point de départ de l’exposition de Tania Mouraud à La Mouche. L’artiste en a extrait les choeurs pour composer une oeuvre inédite intitulée WHOSTHEENEMY?, dont la portée innerve tout le parcours de l’exposition. Ce polyptique composé de neuf panneaux de grande dimension sur lesquels l’on discerne à peine ces mots et leurs lettres éclatées qui se dessinent en noir brillant sur un fond noir mat se rapproche d’une partition musicale. Aboutissement des dernières recherches de l’artiste à la fois sur la plasticité et la puissance symbolique des mots, cette nouvelle oeuvre de la série des «écritures », éprouve comme jamais les frontières de l’abstraction et résonne tel un hommage formel aux maîtres du minimalisme. Mais le caractère d’invisibilité de cette série d’oeuvre, qui est allé crescendo ces dernières années, ne saurait se contenter d’une lecture formelle : il est symboliquement à l’image de la désespérance qu’inspire notre monde contemporain et ses crises à l’artiste. Les mots enfouis et à peine déchiffrables deviennent symboles du deuil, du refoulé, de l’indicible et d’un effondrement général de la pensée. Ils s’adressent à tous ceux qui se donneront encore la peine de les déchiffrer.
Au lieu d’art La Mouche, les oeuvres récentes de Tania Mouraud cohabitent avec une des premières vidéos qu’elle ait réalisée, au début des années 2000 et intitulée Le Verger. Une tension s’engage entre cette oeuvre et la dernière série photographique de l’artiste : elles relèvent toutes d’un rapport à la nature et à sa destruction mais oscillent ici entre une violence exacerbée et un calme saisissant.
Le silence et la sidération l’emportent en découvrant les six tirages de la série des « Balafres » exposés dans la dernière salle du parcours. Comme souvent avec Tania Mouraud, ses images et ses mots d’une esthétique implacable, dénoncent nos propres contradictions et nous renvoient à nos responsabilités individuelles. L’artiste souligne la folie d’un monde qui passe son temps à vouloir désigner ses ennemis alors que l’être humain est incapable de se résoudre à l’autocritique. Le langage poétique et rythmique d’Allen Ginsberg résonne dans ce désastre global : qui est l’ennemi si ce n’est l’homme lui-même?

Artistes

Adresse

La mouche Domaine Pradines le bas, route de Corneilhan 34500 Béziers France

Comment s'y rendre

Domaine Pradines le Bas Route de Corneilhan 34500 Béziers
Dernière mise à jour le 2 mars 2020