© Stéphanie Nava

Biographie

Née en 1973

Vit et travaille à Marseille et Paris

Représentée par la Galleria Riccardo Crespi, Milan

 

 

« On peut dire que l'ensemble de mon travail est narratif. Au-delà du récit, les histoires m'importent dans la façon dont elles articulent les éléments qui les composent. Représenter une histoire implique d'opérer un montage avec différents composants : lieu, objets, personnages, assemblés entre eux par des postures, des gestes, des distances. C'est pour moi à cet endroit que se niche la réflexion, la part «conceptuelle» du travail, dans le montage qui est porteur de sens. S'emparer d'un projet d'image ou de récit revient à échafauder à partir de celui-ci une multitude de faisceaux de significations, de propositions théoriques qui vont bien au-delà de lui. »

« Je m'intéresse aux systèmes (comme l'enfant qui démonte le réveil pour en voir les rouages), mon travail consiste à regarder comment ils produisent un potentiel discursif qui peut s'incarner dans une forme poétique et, pour ce qui est du dessin, dans une image agissante. La formule de Giordano Bruno qui donne son nom à l'exposition, «intelligere est phantasma speculari» (traduit littéralement «penser, c'est contempler la vision» et possiblement lu ainsi : «penser, c'est réfléchir avec les images») condense pour moi cette volonté de mettre en place, via les images (et, par extension, des récits), le résultat de mes modestes investigations, démontages et rapprochements. » 

(Entretien avec Marie-Cécile Burnichon (extrait) in Phantasma speculari, catalogue de l'exposition au Musée d'Art Moderne de Saint Etienne Métropole, éditions Silvana, 2013)

 

Stephanie Nava (b.1973 Marseille, France) lives and work in Marseille and Paris. From a basis in drawing,  Stephanie Nava has developed a hybrid practice utilizing installation, photography and, on occasion,  animation and video. Her work is concerned with relationships, engagements and encounters with the  outside world and shaping of situations by the gestural, historical and spatial. It reveals coincidences and  conjunctions, staging situations that define specific processes. Considering a Plot (Dig for Victory) presents an interpretation of the kind of workingman's gardens that the English call an allotment. Based on actual dimensions, Stephanie Nava has created a paper garden that is a vast installation of drawings accompanied by objects. While deeply rooted in considerations upon what qualities make up a garden, the installation goes beyond horticultural reflections and encompasses ideas about geopolitics, aesthetics, drawing as a medium, and many other topics. It comprises over 100 drawings and numerous objects covering an area of about 2,600 square feet. Like a real garden, the piece grows and evolves.

Site internet et réseaux sociaux

Source

Documents d'artistes Provence Alpes Côte d'Azur

Dernière mise à jour le 2 mars 2020