Space Trouble

Exposition
Cortex Athletico, Paris Paris 03

Commissariat : Andreas Fogarasi

 

Exposition dans le cadre de Off Biennale Budapest

 


 

Off Biennale Budapest est un projet créé par des curateurs indépendants et des artistes établis à Budapest. Un des objectifs est de développer et de compter sur des structures qui ne sont pas financées par l’Etat, à un moment où le gouvernement de droite de Hongrie transforme radicalement les structures institutionnelles en faveur d’un agenda conservateur et nationaliste ou coupe le financement de l’art contemporain.

 

L'exposition à la galerie Thomas Bernard - Cortex Athletico montre le travail de quatre artistes qui s'intéressent à des structures à la fois spatiales et sociétales mais aussi aux stratégies d'échappement et de mise en question de ces structures. Bien qu'il y ait de nombreuses connexions conceptuelles entres les artistes exposés, leurs oeuvres développent des complexités et des élans psychologiques qui suggèrent d'abandonner toute tentative de catégorisation par un concept strict et de croire au pouvoir des oeuvres individuelles tout autant qu'au dialogue riche qu'elles évoquent.

 

Le travail sculptural de György Jovánovics est fortement conceptuel et informé par l’histoire de l’art et la littérature. Ses reliefs en plâtre, méticuleusement construits, relèvent de la tension entre la surface et l’espace tridimensionnel ainsi que de la tension entre l’ordre et la complexité. Vivant à Berlin dans les années 1980 il a produit une série de reliefs en plâtre coloré qui semblent unir les gradations Turneresques de couleur avec l’avènement de la nouvelle « peinture sauvage » des années 1980. Ses deux objets de 1995, intitulés énigmatiquement Maison du producteur de lavande et Maison de la femme du producteur de lavande transforment ses investigations sur la lumière et l’ombre en quasi-modèles architecturaux constructivistes.

 

Les collages d’Eva Kotátková traitent des relations de l’individu avec les structures normatives sociales et institutionnelles, comme le gouvernement, l’école ou la famille. Elle donne forme à l’invisible, disciplinant la force exercée par des règles, les conventions et les rituels : objets ressemblant à des cages, se comportant comme des contraintes physiques envers des parties du corps, illustrations coupées dans des manuels médicaux et images de gens emmêlés dans des cordes sont des motifs récurrents dans son travail. Le travail d’Eva Kotátková, poétique, sombrement humoristique et occasionnellement sinistre, compte le surréalisme Tchèque et la littérature absurde parmi ses inspirations.

 

Le travail de Josef Dabernig est lui aussi souvent concerné par des normes sociales et le corps. Son film Hypercrisis, édité selon un système soigneux d’unités de temps prédéterminés, se déroule dans une ancienne maison de repos pour cinématographes soviétiques située dans le Caucase du Sud qui a été réaménagée pour accueillir des écrivains. A présent, uniquement Boris Martow de Moscou, un talent des temps prometteurs de Perestroïka, est inscrit sur la liste des habitants. Entouré par la gloire passée de l’institution pour des artistes privilégiés, le poète tente de vaincre sa crise créative permanente pendant que le personnel (comme d’habitude incarné par les amis et la famille de Dabernig) suit ses étranges rituels quotidiens.

 

Les dessins à grande échelle de Zsolt Tibor oscillent entre la cartographie analytique des choses, des endroits et des formes et l’ouverture associative du dessin sur papier, malgré des éléments de collage et, plus récemment, de peinture. Tibor se préoccupe de questions sociales, générales et éternelles. Des aventures et des phénomènes personnels et culturels font partie de son œuvre sur un plan pictural ainsi que technique. Les dilemmes de la monotonie quotidienne, des luttes de tous les jours et l’existence « idyllique » de la classe moyenne sont évoqués dans la forme de copie, de répétition, d’effacement et dans un équilibre délicat entre la représentation et l’abstraction.

 

……

 

György Jovánovics (né en 1939 à Budapest, vit et travaille à Budapest) est un artiste hongrois éminent qui a commencé sa carrière dans les années 1960 en faisant partie du groupe Ipartev. Il a obtenu une reconnaissance internationale entre autre par son exposition à la Biennale de Venise en 1995. Son travail n’a été montré à Paris qu’à deux reprises : à la Biennale des Jeunes en 1972 (pour laquelle il ne lui a pas été permis de partir d’Hongrie) et au Jeu de Paume pour l’exposition L’autre moitié de l’Europe en 2000.

 

Les œuvres d’Eva Kotátková (née en 1982 à Prague, vit et travaille à Prague) ont été montrées dans de nombreuses expositions internationales, entre autres à la Biennale de Venise, de Moscou (les deux en 2013), de Sydney (2012) et de Lyon (2011). Sa prochaine exposition aura lieu au MIT List Visual Arts Center de Cambridge, Massachusets. C’est la première fois que son travail est montré à Paris.

 

Les films, photographies et sculptures de Josef Dabernig (né en 1956 à Kötschach-Mauthen, vit et travaille à Vienne) ont été montrés dans des musées et des festivals de film internationales. Parmi ses expositions personnelles en 2014 : Galerie Andreas Huber, Vienne, mummok - museum moderner kunst, stiftung ludwig wien, Vienne, Wilfried Lenz, Rotterdam, Kunstbunker – Forum für zeitgenössische Kunst, Nürnberg. Ses œuvres sont dans la collection du Centre Pompidou et du Musée d’art moderne de la ville de Paris.

 

Zsolt Tibor (né en 1973 à Budapest, vit et travaille à Vienne) a présenté des expositions personnelles à la Trafó Gallery, à Budapest (avec Beatrix Szörényi), à la Lukas Feichtner Gallery, à Vienne parmi d’autres. Il a également participé à de nombreuses expositions collectives dans des institutions, comme le SMAK, à Gand ; Ludwig Museum, à Budapest ; Krinzinger Projekte, à Vienne, HIAP à Helsinki, et au Kunstverein de Dortmund.

 

Andreas Fogarasi est artiste.

 


 

http://offbiennale.hu

 


 

"Nous sommes fiers d'annoncer la première édition de OFF-Biennale Budapest. Avec plus de 150 participants artistes et curators réalisant leurs projets dans plus de 30 lieux dans Budapest et au delà, OFF-Biennale est conçue pour agir comme un levier pour changer la donne dans le secteur culturel hongrois.

 

Cette initiative de départ rassemble une plateforme large d'artistes, de collectifs, de commissaires d'exposition, de galeristes, de collectionneurs et autres parties prenantes, qui localement, ou depuis l'étranger, vise l'objectif d'établir une base pour une scène artistique durable et indépendante en Hongrie. Organisée sans soutien institutionnel, OFF-Biennale Budapest n'utilise aucun fonds de collectivité locale, et se tient à distance de tout lieu d'art rattaché à l'État. Cette biennale repose sur le travail pro bono de professionnels.

 

En l'absence de soutiens privés ou de la part d'organisations, les fonds et les infrastructures de l'État ont eu un poid décisif, un pouvoir quasi exclusif sur la scène artistique locale. Cette influence, lorsqu'elle est centralisée et abusée pour servir l'intérêt d'un agenda politique, devient restrictive et affaiblit les forces d'une société civile déjà fragile. Dans le but de réduire cette dépendance, cette scène a besoin d'un nouvel équilibre, de nouveaux partenariats et de nouveaux modus operandi.

 

Initié par le commissaire Hajnalka Somogyi à la fin 2013 et conçu par un petit groupe de professionnels de l'art actifs à l'international, le réseau grandissant derrière OFF cherche des méthodes pour soutenir la diversité et la durabilité.

 

Le comité curatorial a lancé des appels pour des projets complètement auto-organisés. Ce modèle décentralisé, qui présente des douzaines de projets curatoriaux et plus de 100 propositions artistiques a été développé  en réponse aux circonstances, problèmes et besoins locaux.

 

Ce modèle vise à renforcer les acteurs locaux à travers une action synchronisée, une communication concertée ainsi qu'une campagne de levée de fonds, un programme d'éducation et enfin, et surtout, il ambitionne de forger et fortifier des connexions internationales qui sont une composante sine qua non de ce processus.

 

 
Focus thématique
Un thème récurrent, mais pas exclusif du programme de  OFF-Biennale Budapest est d'explorer les manières par lesquelles l'art contribue au développement de la société civile. L'art a montré sa capacité à jouer un rôle important pour la promotion d'un changement : à travers une "dé-" et une "re-"construction des façons de penser habituelles, en questionnant les nombreux consensus imparfaits qui régissent nos micropolitiques et sous-tendent les politiques gouvernementales et en attirant l'attention sur des questions sociales.

 

Par conséquent, OFF-Biennale Budapest met l'accent sur des positionnements artistiques - pour la plupart venant d'une région connue comme l'Europe Centrale de l'Est - qui ont pour intention de développer une relation engagée avec le public tout en travaillant avec très peu de moyens matériels : des éléments de ready-made, une attitude "do-it-yourself", des matériaux pauvres ; et en utilisant leur imagination, leurs pensées, leurs corps."

 


Equipe curatoriale de OFF-Biennale Budapest:
Nikolett Eross, Anna Juhász, Hajnalka Somogyi, Tijana Stepanovic, Borbála Szalai, Katalin Székely, János Szoboszlai.



Participants :
Daniela Barácková, Hilla Ben Ari, Anca Benera & Arnold Estefan, Celine Condorelli, István Csákány, Gabriella Csoszó, Attila Csörgo, Dobrila Denegri, Lina Dzuverovic, Miklós Erdély, Fokus Grupa, Andreas Fogarasi, Péter Forgács, Goldin + Senneby, Alenka Gregoric, Igor Grubic, Tamás Kaszás, Barbora Klímová, Ádám Kokesch, Eva Kotátkova, Anton Lederer & Margarethe Makovec, Zbigniew Libera, Little Warsaw, Tevz Logar, Dóra Maurer, Mladen Miljanovic, Edit Molnár, Ivan Moudov, Daniel Muzyczuk, Csaba Nemes, Hajnal Németh, Adrian Paci, Lívia Páldi, Krsto Papic, Dan Perjovschi, Alexandra Pirici - Manuel Pelmus, Tomás Pospiszyl, Pedro Reyes, Lukasz Ronduda, Clara S Rueprich, Katarina Sevic, Kati Simon, Konrad Smolenski, Société Réaliste, Borbála Soós, Technica Schweiz, Milica Tomic, Ulay, Ana Witt, Katarina Zdjelar etc.

Commissaires d'exposition

Adresse

Cortex Athletico, Paris 13 rue des Arquebusiers 75003 Paris 03 France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 2 mars 2020