Serendip (trois)

Carte blanche à Anne Rochette
Exposition
Arts plastiques
Galerie du Haut Pavé Paris 05

Du 6 au 17 décembre 2011, la Galerie du Haut-Pavé donne carte blanche à Anne Rochette, poursuivant une pratique[1], initiée en 1999, consistant à confier, une fois par an, la programmation d’une exposition à une personnalité de l’art contemporain.

Anne Rochette, sculpteur, est professeur à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris depuis 1993. Elle a étudié, travaillé et vécu à New York de 1982 à 1990. De retour en France, elle a exposé dans de nombreuses galeries, à Paris, en province et à l’étranger. Elle a réalisé plusieurs travaux monumentaux, notamment au Jardin des Tuileries, à Paris, aux Sources de l’Ill, en Alsace, pour le campus de l’Université de Canberra, en Australie, dans le parc de Dives, dans l’Oise, à Vitry-sur-Seine et à Saint-Ouen…

Dans sa pratique d’atelier, Anne Rochette, recourt à des matériaux divers, dont la céramique, avec une omniprésence du corps, figuré ou non. Ses œuvres résultent de la confrontation, puis de la synthèse de propensions antinomiques : « prise entre deux désirs, deux chemins, celui qui va vers un raffinement croissant, une pureté de la forme, la sensation d’une certaine vérité de la forme et du matériau, libre de références, directe, autonome et puis celui de l’impur, de tout ce qui tient dans la marge, la parenthèse, la présence têtue et nécessaire de l’anecdote, d’éléments sortis de ma vie, ancres minuscules jetées dans une réalité sans gloire. »

Pour sa carte blanche, Anne Rochette a réuni des œuvres de trois jeunes artistes, âgés d’une trentaine d’années.

Maya Benkelaya, née en Algérie en 1980, met en scène des formes improbables, absurdes ou inconfortables, toutes en relation avec le corps humain. Elle détourne des matériaux non « artistiques » – cuir, latex, silicone, équipements médicaux, orthopédiques ou sportifs – et les réutilise dans un contexte autre, multipliés, assemblés, déformés, étirés, pour créer des objets ou des installations qui invitent le spectateur à repenser le rapport de son propre corps avec son environnement. Les références aux notions de contrainte, d’obstacle ou d’abandon y sont fréquentes.

Arnaud Laroche, né en 1979, vit et travaille à Bruxelles. Il déclare : « J’essaie de ne pas vouloir dire telle ou telle chose […] de ne pas avoir d’idées préconçues […] Je me méfie du message artistique bien ficelé, comme de tout message univoque du reste. » Son œuvre est donc polysémique dans son essence, jouant sur les ambiguïtés et sur l’opposition entre perception globale et perception locale. Il transgresse les règles d’échelle et de proportions, forçant la réflexion sur la place et le positionnement du corps dans l’espace.

Romain Trinquand, né en 1982, porte un regard simultanément cruel et amusé sur un monde dans lequel l’animal, métamorphosé et précarisé, joue un rôle central. Le merveilleux et le monstrueux s’y côtoient et s’interpénètrent. Les échelles sont perverties. Microscopique et macroscopique se télescopent avec une ironie mordante, notamment dans l’opposition de la minutie du traitement de certains détails et de l’apparent abandon de formes ramollies ou laissées aux caprices des lois de la pesanteur. Le tissu, le remplissage avec des matériaux mous et la couture, employés en lieu et place de structures vivantes, articulent les anomalies, les dysfonctionnements de notre propre nature.


[1]Yves Michaud (1999) – Annick Doucet (2000) – Gisèle Grammare (2001) – Pierre Wat (2002) –Vincent Barré (2003) – Olivier Grasser (2004) – Olivier Delavallade (2005) – Bernard Point (2006) –Tristan Trémeau (2008) – Karim Ghaddab (2009) – Éric Suchère (2010).

Commissaires d'exposition

Autres artistes présentés

Maya Benkelaya
Arnaud Laroche
Romain Trinquand

Adresse

Galerie du Haut Pavé 3 quai de Montebello 75005 Paris 05 France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 2 mars 2020