Sarabande

Zilvinas Kempinas, Deimantas Narkevicius
Exposition
Arts plastiques
FRAC Normandie Caen Caen

Deimantas Narkevicius, The Dud Effect, 2008 (extrait). Film 16 mm transféré sur vidéo HD. Courtesy gb agency, Paris.

Zilvinas Kempinas et Deimantas Narkevicius, tous deux artistes lituaniens nés dans les années 1960, sont aujourd’hui reconnus sur la scène artistique internationale. Les installations de Zilvinas Kempinas s’appuient sur l’air pour donner naissance à des formes ondulées aléatoires à l’aide de bandes magnétiques. De puissants ventilateurs agitent et soulèvent les bandes, créant des sculptures animées. Comme dans l’art cinétique, les œuvres de Kempinas jouent avec l‘espace et la réflection de la lumière. L’installation "Airborne" (2008), exposée au Frac Basse-Normandie, se déploie dans l’espace d’exposition, et «le ruban magnétique tournant dans l’air (...) peut être perçu comme un dispositif cinématographique primitif (...)». (Lorraine Dumenil) Ainsi l’oeuvre de Kempinas suggère la trace, la bande-vidéo portant potentiellement la mémoire d’un enregistrement visuel ou sonore. Elle renvoie également au cinéma, réduction d’un art à sa technique en une sorte de métonymie. La simplicité du procédé et la lenteur des mouvements participent à l’impression de quiétude qui ressort de son œuvre. Dans une autre salle, l’œuvre de Deimantas Narkevicius dégage une «fausse» sérénité. Celui-ci développe une pratique basée sur la vidéo ou le film. L’essentiel de ses fictions ont lieu en Lituanie, à l’époque soviétique et post-soviétique, et s’appuient sur des images d’archives ou des histoires vraies pour interroger la perception que l’homme a de l’Histoire et de son histoire. Le scénario de "The Dud Effect", film projeté dans l’exposition, simule le lancement d’un missile nucléaire dans une ancienne base soviétique implantée en Lituanie. Aujourd’hui fermée, cette base impressionnante par son envergure est dans un des rares parcs nationaux du pays. Se succèdent ainsi des images inquiétantes où l’acteur, un ancien officier russe, énonce froidement des ordres aux conséquences consternantes, et des prises de vue des alentours. Malgré des scénarios catastrophes, comme dans "The Dud Effect", le rythme relativement lent de ses films crée une atmosphère étrange, comme apaisée. La vidéo ou le film sont convoqués sous deux formes différentes dans l’exposition. Supports de l’œuvre dans tous les cas, ils déroulent leur histoire dans l’espace d’exposition en une sorte de sarabande, au tempo lent. ENTRÉE LIBRE

Horaires

tous les jours de 14h à 18h

Adresse

FRAC Normandie Caen 7 bis rue Neuve-Bourg-l’Abbé 14000 Caen France
Dernière mise à jour le 2 mars 2020