Promenade en Céphalée

Exposition
Arts plastiques
Espace d'art le Moulin La Vallette-du-Var
Depuis de nombreuses années, l’intime, l’apparence, l’identité et le corps féminin sont des concepts qui traversent le travail de Michèle Sylvander ; non seulement comme des notions théoriques mais aussi comme des notions chargées d’affect et de vécu. En plusieurs étapes, sous la forme d’une installation globale occupant l’espace du Moulin, Michèle Sylvander propose une plongée dans la complexité des méandres de l’inconscient. Extrait de « Mobilis, in mobile » Jean-Marc Réol – Trace automne/hiver 2008-2009 Ces "promenades en céphalée" que Michèle Sylvander nous promet pour l’Espace d’art de La Valette pourraient valoir un embarquement métaphorique à bord du Nautilus mental qu’elle a inventé pour parcourir le continent obscur de la subjectivité, utopie mentale de la production des images. Extrait de « comme si je ne le voyais pas » petite liste pratique et désordonnée à l’usage des amateurs de l’œuvre Michèle Sylvander de Xavier Girard – Trace automne/hiver 2008-2009 Inconscient L’écueil serait de ne voir dans ses photographies qu’une sorte de cure psychanalytique, rien d’autre qu’une suite d’images subliminales. Un "art thérapie" entre Lygia Clark, Marie-Ange Guilleminot, Christophe Berdaguer & Marie Péjus et Claire Roudenko-Bertin. Si elles fonctionnent "à l’inconscient" ses "photos reconstruites" mettent aussi à l’épreuve, dans ses grandes dimensions, la peinture des apparences. En dépit des "faux mouvements", je ne vois pas de trace en elle pour l’événement imprévu, le lapsus, la photo ratée, le flou, le tremblé, les transcriptions involontaires, les appoggiatures du rêve. Toutes ces images ont fait l’objet d’une démarche délibérée, consciente, techniquement maîtrisée. Le processus souterrain qui a conduit à ces sortes de "tableaux" n’est pas visible. Et quand les questions l’embarrassent, elle possède au plus haut point, parfois, l’art de "tourner autour du pot." Extrait de « M.S. Fille d’Artaud et de Marie-Thérèse » Lilianne Giraudon – Trace automne/hiver 2008-2009 ……Plus tard elle rêve d’un film. Du glamour inversé. Projette d’en faire une version véritablement muette. Au cours du tournage, le héros traverse un état vagal. On perçoit une mésange. On sent passer le temps. On le partage avec l’image et son hors-champ. Le roman-photo n’a jamais été qu’une invention maison (comme la politique des auteurs) et "une histoire d’amour" semble charrier des éléments de réponse pour une question pas encore posée. En attendant, le jour se lève. Il n’arrête pas de se lever.

Autres artistes présentés

Michèle Sylvander

Adresse

Espace d'art le Moulin 8 avenue Aristide Brian 83160 La Vallette-du-Var France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 2 mars 2020