Pour une thèse vivante (vers son geste) | Un CCN en terre et en paille

Performance
Les Laboratoires d'Aubervilliers Aubervilliers

Pour une thèse vivante : Episode I (2011) de Claudia Triozzi - © Olivier Charlot

Pour une thèse vivante (vers son geste)
Un CCN en terre et en paille

projet de Claudia Triozzi

du mardi 12 au samedi 30 novembre 2019
aux Laboratoires d'Aubervilliers

Avec le Festival d'Automne à Paris

Construire un lieu éphémère comme aboutissement d’une recherche en acte: voici l’audacieux projet de la performeuse et chorégraphe italienne Claudia TRIOZZI. Elle s’installe pour l’occasion aux Laboratoires d’Aubervilliers, dans un espace pensé comme une scène ouverte au public tout au long du processus.

En 2011, Claudia TRIOZZI entamait un nouveau cycle de création, Pour une thèse vivante, qui mettait la recherche à l’épreuve du plateau et du savoir-faire des corps. Un CCN en terre et en paille en est l’aboutissement, un « objet-architecture-lieu » comme un manifeste qui nomme la place de sa propre pratique.

Pour cet événement, la chorégraphe a conçu un parcours en plusieurs volets. Pendant trois semaines, la construction de ce CCN mobilisera des collectifs qui travailleront la terre et la paille, invitant le public à y participer. Des temps de performance vont rythmer cette vie collective, suivis de trois représentations de Pour une thèse vivante. Une reprise exceptionnelle de Rope Dance Translations (1974), du chorégraphe américain Andy de GROAT, décédé début 2019, ainsi que la création 2019 Claudia regarde la danse, sont notamment au programme.

En interrogeant en filigrane la possibilité même de transmettre une pratique, Claudia TRIOZZI joue ainsi sur les présupposés du spectacle vivant. Dans la lignée du développement des thèses artistiques, Un CCN en terre et en paille confronte les matériaux et révèle la pensée.

― Laura Capelle

 

________________________________

 

POUR UNE THESE VIVANTE (VERS SON GESTE)

Les samedis 16, 23 et 30 novembre 2019 à 20h

Les trois épisodes de Pour une thèse vivante respectivement créés en 2011, 2014 et 2017 sont mis en relation et en correspondance chaque samedi au sein d’un programme commun pensé comme une synthèse d’un parcours de recherche et création. Celui-ci s’est construit à partir des matériaux de nombreuses pièces du répertoire de Claudia TRIOZZI, lui-même réactivé lors de ces soirées.

Conception et réalisation scénographique : Claudia TRIOZZI
Régie générale : Sylvain LABROSSE
Espace sonore : Félix PERDREAU
Réalisation vidéos : Claudia TRIOZZI

Durée estimée : 2h

 

Pour une thèse vivante : Episode I (2011)

Samedi 16 novembre 2019 à 20h

Acte fondateur et manifeste, cet épisode a été créé en réaction aux Accords de Bologne obligeant les Écoles d’art à établir des partenariats avec des équipes de recherche d’autres établissements d’enseignement supérieur, principalement avec l’Université.

 

Pour une thèse vivante : Episode II (2014)
Avanti tutta, 30 ans dans un an et tant pis pour ceux qui sont fatigués

Samedi 23 novembre 2019 à 20h

Gianna SERRA, actrice, et Antonio LA MONICA, éthologue, se rencontrent en dialoguant sur la vie d’une actrice et un vétérinaire passionné de nœuds.

 

Pour une thèse vivante : Episode III
A partir de Comparses (2015) et Habiter pour créer (2017)

Samedi 30 novembre 2019 à 20h

Claudia TRIOZZI questionne les gestes des maîtres artisans du Gothique tardif de l’Europe du Nord, à partir de la Sainte Marie Madeleine, statue iconique réalisée autour de 1515 et attribuée à Grégor ERHART.


________________________________ 

 

UN CCN EN TERRE ET EN PAILLE

Du mardi 12 au samedi 30 novembre 2019

Un CCN en terre et en paille, manifeste qui pose la question de l’expérimentation par le faire se réalisera dans un espace pensé comme une scène ouverte où le public assiste et participe à son évolution. Cette partition, constituée des multiples voix (certaines lyriques, d’autres plus quotidiennes) nous fera entendre la musicalité de cet acte. Une autre manière de penser le bâtir.

Le groupe de travail de construction est composé d’étudiants issus d’écoles d’art et d’architecture, d’artistes, et de praticiens de l’architecture en terre et en paille, afin de mettre en commun les différentes pratiques et regards sur cette expérience à venir.

Etapes du chantier avec rencontres et performance ⁓ durée estimée par étape : 2h environ

 

Ouverture du chantier

Mardi 12 novembre à 19h

Rencontre avec
Hélène BRESCHAND, harpiste soliste ;
François STREIFF, architecte spécialiste de la construction en terre, chargé de mission pour le PNR des Marais du Cotentin et du Bessin et enseignant à l’ENSA Normandie ;
Stéphanette VENDEVILLE, maître de conférences honoraire en Art Dramatique ;
et Sophie WAHNICH, historienne et directrice de recherche au CNRS.

Performance
KOMPOST par Heinz CIBULKA ― Recréation de la performance KOMPOST de l’artiste autrichien Heinz CIBULKA, présentée pour la première fois en 1977 au Museo d’Arte Moderna di Bologna, avec la participation de Norbert MATH, compositeur.

 

Avancées du chantier

Mardi 19 novembre à 19h

Rencontre avec
François STREIFF, architecte spécialiste de la construction en terre, chargé de mission pour le PNR des Marais du Cotentin et du Bessin et enseignant à l’ENSA Normandie ;
Diane SCOTT, critique et psychanalyste ;
et Pascale LECOQ, directrice de l’Ecole Internationale de Théâtre Jacques Lecoq, architecte et chercheuse auprès du Laboratoire d’Etude du Mouvement.

Création 2019
Claudia regarde la danse - de Claudia TRIOZZI
Cette nouvelle création est une immersion dans la matière de l’improvisation et de la chorégraphie à partir d’archives : une forme et une pratique qui nous amènent à identifier les qualités formelles du corps et de l’espace, une confrontation et observation pour identifier les échappées ou mouvements, les possibles revers. Une tentative de mettre en acte l’expérience de l’autre.
Conception et réalisation : Claudia TRIOZZI
Espace sonore : HACO, musicienne multi-instrumentiste japonaise
Régie générale : Sylvain LABROSSE

Danse
Rope Dance Translations (1974), d’Andy de GROAT
Reprise de la pièce chorégraphique de l’artiste américain Andy de GROAT.
Sous la direction de Martin BARRÉ, interprétée par Clémence LEMARCHAND, Camilo SARASA MOLINA et Martin BARRÉ. 

 

Démolition partielle du chantier

Mardi 26 novembre à 19h

Acte de poésie à l’intérieur de la structure
Sur une proposition d’Enzo MINARELLI, performeur, chercheur, spécialiste de la poésie sonore. 

Rencontre avec
François STREIFF, architecte spécialiste de la construction en terre, chargé de mission pour le PNR des Marais du Cotentin et du Bessin et enseignant à l’ENSA Normandie ;
et Esther FERRER, artiste. Claudia TRIOZZI poursuit son dialogue avec Esther FERRER, initié dans un entretien de Pour une thèse vivante en 2011.

Création 2019
Claudia regarde la danse - de Claudia TRIOZZI
Cette nouvelle création est une immersion dans la matière de l’improvisation et de la chorégraphie à partir d’archives : une forme et une pratique qui nous amènent à identifier les qualités formelles du corps et de l’espace, une confrontation et observation pour identifier les échappées ou mouvements, les possibles revers. Une tentative de mettre en acte l’expérience de l’autre.
Conception et réalisation : Claudia TRIOZZI
Espace sonore : HACO, musicienne multi-instrumentiste japonaise
Régie générale : Sylvain LABROSSE

 

⁓ Chantier participatif 

tous les mercredis, jeudis et vendredis,
de 14h à 17h
Venez bâtir ce lieu et vous initier à la construction en terre et en paille !

Gratuit en accès libre sur réservation: 
http://www.leslaboratoires.org/article/festival-dautomne-un-ccn-en-terre-et-en-paille/pour-une-these-vivante-vers-son-geste

Mercredi 13 novembre 2019
Jeudi 14 novembre 2019
Vendredi 15 novembre 2019

Mercredi 20 novembre 2019
Jeudi 21 novembre 2019
Vendredi 22 novembre 2019

Mercredi 27 novembre 2019
Jeudi 28 novembre 2019
Vendredi 29 novembre 2019

 

________________________________

 
Entrée libre pour toutes les dates
inscription sur le site des Laboratoires d’Aubervilliers
http://www.leslaboratoires.org/projet/pour-une-these-vivante-vers-son-geste/pour-une-these-vivante-vers-son-geste

________________________________

 

Un CCN en terre et paille (création 2019)
Production : Dam Cespi ; Les Laboratoires d'Aubervilliers
Coproduction Festival d'Automne à Paris.
Avec le soutien de la Fondation d'Entreprise Hermès.
Avec le soutien du département de la Seine-Saint-Denis.
Action financée par Région Ile-de-France.
La compagnie Dam Cespi bénéficie du soutien de la Drac Ile-de-France au titre de l’aide à la structuration.

Claudia regarde la danse (création 2019)
Coproduction : ICI Centre Chorégraphique National de Montpellier/Occitanie, La Place de la Danse – Centre de Développement Chorégraphique de la Danse de Toulouse/Occitanie - Association Les 2 Angles de Flers

Rope Dance Translations (1974)
Coproduction pour la reprise : CN D Centre national de la danse (Pantin)

Pour une thèse vivante
Ont accompagné ce projet depuis 2011 à aujourd'hui : Ménagerie de Verre (Paris) ; XING (Bologne) ; Musée de la Danse (Rennes) ; MAC VAL (Vitry-sur-Seine) ; CNDC d’Angers ; ICI - CCN Montpellier/Occitanie ; Musée du Louvre et la FIAC dans le cadre de cycles de performances Ouvertures ; Les Halles de Schaerbeek (Bruxelles); La Briqueterie-CDCN du Val-de-Marne (Vitry-sur-Seine).

 

Artistes

Autres artistes présentés

° Esther Ferrer, ° Arnaud Labelle-Rojoux, ° Martin Barré, ° Michel Guillet, ° Diane Scott, °Sophie Wahnich, ° Claudia Triozzi, ° Lucien MazÉ, ° Pascal Buffard, ° Frères Baschet, °Gianna Serra, ° Antonio La Monica, ° Denys Ludbrook, ° Anne Renouvel Nicolle, ° Hélène Breschand, ° François Streiff, ° Stéphanette Vendeville, ° Heinz Cibulka, ° Pascale Lecoq, °Haco, ° Clémence Lemarchand, ° Camilo Sarasa Molina

Partenaires

Festival d'Automne à Paris

Adresse

Les Laboratoires d'Aubervilliers 41, rue Lécuyer 93300 Aubervilliers France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 2 mars 2020