Paysages-précipités

Exposition
Arts plastiques
Progress gallery Paris 11

 « Odyssée », est une série de 48 peintures réalisées entre 2009 et 2015, moments de concrétion de la matière picturale se fixant dans une presque figuration car c’est la spécificité de la pratique picturale d’Armelle de Sainte Marie comme la peinture, chez elle, part et naît de la tache ou de la coulure. Taches et coulures se précisent, sont repassées, se superposent, deviennent des formes abstraites ovoïdes, ectoplasmiques ou proches de protozoaires. Ces éléments, eux-mêmes, peuvent donner naissance à des ébauches de paysages, formes mises en perspectives prenant de l’épaisseur et de la profondeur jusqu’à une « figuration naïve » revendiquée par l’artiste — palmiers, fontaines, rocs ou éléments plus indécis. Sauf que ce que est décrit n’est pas l’évolution d’une toile de son ébauche à sa réalisation, mais coexiste à l’intérieur du même espace dans une hétérogénéité constante où tous les registres se superposent et s’entrelacent. Planéité et éléments en perspective se côtoient dans une profondeur rendue, ainsi, indéfinie où les harmonies colorées se confrontent à des dissonances. Des objets modelés sont juxtaposés à un autre dont il ne reste que le contour et à des flaques amorphes peintes en aplats ou différentes manières picturales sont utilisées : du brossé au balayé en passant par le moucheté. Dans ses peintures, l’on passe de la plus grande transparence à la plus grande opacité permettant à l’image de se concrétiser de manière plus définitive ou de devenir un motif rythmique qui peut se déliter dans une gestuelle virtuose, mais ce qui est presque constant est l’état d’instabilité de ces images. Une coulure, par exemple, devient l’eau d’une fontaine tout en restant coulure et ne devenant jamais totalement eau. Elle suggère, évoque, tend vers, sans que jamais les moyens picturaux ne tentent l’imitation ou la représentation.

 

La peinture d’Armelle de Sainte Marie demeure dans l’incertitude de son état traçant des fantasmagories qui sont autant formelles que figurées, restant entre la pure sensation picturale et l’image. Ce qui revient à préserver ou à présenter la manière dont elle conçoit l’exercice pictural car, comme elle le dit, « Une toile se fait à partir d’un agencement de mémoires et de sensations picturales » et l’on pourrait rajouter de mémoires d’images et de mémoires de peintures — l’un et l’autre se mixant continuellement.

Normal 0 21 false false false FR JA X-NONE /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family:Calibri;} Eric Suchère 

Horaires

Du mercredi au samedi, de 15h à 19h

Adresse

Progress gallery 4 bis passage de la Fonderie 75011 Paris 11 France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 2 mars 2020