Dennis Adams, Patriot de la série Airbone

Par les commissaires de l'exposition « Il n'y a pas de monde achevé. »
Dennis Adams, Patriot, 2002

Dennis Adams, Patriot, 2002 de la série « Airborne » Né en 1948, à Des Moines (États-Unis) Vit et travaille à New York (États-Unis)

Quelques pas en arrière sont nécessaires avant de pouvoir poser les yeux sur l’œuvre de Dennis Adams. Un sac en plastique, débris courant de notre société moderne, se hisse dans les airs, porté par le vent.

La banalité du moment saisi est vite démentie par le titre de la photo, Patriot, qui le situe dans une toute autre dimension.

Une histoire tragique se dessine, celle de l’effondrement du World Trade Center, dont l’artiste, depuis son toit, a capturé les vestiges évanescents.

Les images de Dennis Adams documentent les évènements sociaux et politiques mais, à l’opposé des images médiatiques, évitent tout exhibitionnisme.

Instantanés montrant le hors champ du drame, les photographies de la série « Airborne » inscrivent avec pudeur et fermeté son souvenir indélébile dans la mémoire collective.

La violence du contraste entre le signifié et le signifiant ne peut laisser indifférent, la légèreté apparente du motif laisse vite place à la pesanteur de l’Histoire qui interdit toute dénégation mémorielle.

Ce tableau aux accents poétiques et prophétiques est propice à de nombreuses interprétations symboliques et métaphysiques, mais paradoxalement, c’est ce « corps » immatériel et fugace qui ancre définitivement la tragédie dans la réalité de notre société contemporaine.

Notice rédigée par Numa Benyayer, Coline Nageli, Émilie Saubestre et Charlotte Vanbleus, commissaires de l'exposition « Il n'y a pas de monde achevé. » présentée à la Galerie Arena (École nationale supérieure de la photographie, Arles) du 7 juillet au 21 septembre 2014.

Artiste(s) associé(s)