Passenger

Exposition
Arts plastiques
GLASSBOX Paris 11
Cette exposition collective est avant tout une expérience qui regroupe 7 artistes berlinois (Tolia Astakhishvili, Katinka Bock, Nine Budde, Heike Gallmeier, Annette Gödde, Beatrice Jugert, Dylan Peirce) qui, à l'exception de Katinka Bock, n'ont jamais exposé en France. Nous nous sommes intéressés à ces jeunes artistes ayant l'habitude de travailler ponctuellement ensemble, sans pour autant revendiquer d'appartenance à un collectif. L'exposition qu'ils projetaient de réaliser s'est dénouée progressivement de toute influence thématique, engageant des réflexions autour de la relecture et le partage d'espaces ouverts à la cohabitation. Ces "Passenger"(s), statut déterminé par ces 7 artistes, ont réalisé des recherches à distance et les ont ensuite confronté à une semaine de pratique à la cité internationale universitaire. Les oeuvres présentées agissent en tant que révélateurs d'espaces connus, en requalifiant les lieux investis par un jeu de déplacements, de détournements et de collages. Ces artistes sont devenus tout au long de cette expérience, les traducteurs d'une relation idéalisée au lieu. La notion de collage en tant que geste mais, également en tant que fonction requise pour l'intégration des oeuvres à l'espace, prend ici toute son importance et se décline par différents champs d'action et médiums. Ceux-ci ont tout d'abord été hypothétiques puisque les artistes ont travaillé en amont sur cette exposition par le biais d'informations expédiées par mail, ou glanées sur internet. Via le champ cinématographique puisque le film "Die passage", fruit d'une collaboration entre Tolia Astakhishvili, Heike Gallmeier et Dylan Peirce, est une oeuvre qui a été modifiée à l'occasion de cette exposition. Annette Gödde propose, elle aussi, une variation " Dreaming of Modulor III ", vidéo en boucle produite à partir de deux images capturées sur internet d'une chambre témoin de la maison du Brésil, construite en 1959 à la CIUP par Le Corbusier et Lucio Costa. La notion de réalité plaquée de l'ordre du pastiche est introduite ici, à travers une intervention sur les ornementations et le réhaussement de tables sur ressorts "Division" (Katinka Bock) ou des traductions de « liberté, égalité, fraternité », intervention intitulée "le Futur" (Nine Budde) qui pourrait reprendre le mode de conversion par défaut des traducteurs sur internet, en optant pour une « francisation » approximative et utopique. Par l'action "faire les drapeaux", Beatrice Jugert prend possession de cette dimension liée à la représentation internationale, et propose une performance et une installation qui définissent les contours de ce terrain de jeu, défilé ou défilement incongru de drapeaux utopiques cadencé par ce qu'elle nomme sa « horde » de musiciens. Dans le cadre de « same experiment », Tolia Astakhishvili intègre un ensemble d'oeuvres composites à deux pièces symétriques, dont le passage de l'une à l'autre intensifie et questionne notre rapport à la réplique . Cette évocation de la duplication activée par le souvenir, s'accorde également avec les méthodes qui ont conduit Heike Gallmeier à ériger l'installation in situ « Gehäuse » qui signifie la demeure. Enfin toujours selon cette référence mnémonique, Dylan Peirce nous propose « the Echo », installation narrative et conceptuelle composée d'un plan d'appartement scotché au sol, d'une oeuvre sonore et du développement de son processus de création diffusé sur un écran de télévision. Remerciements particuliers : Fabienne Coscas, Nicolas Cambon, Julien Hucq, Juliette Jalenques, toute l'équipe de stagiaires de Glassbox, Maison Heinrich Heine, Fondation Suisse, Collège d'Espagne, Collège Franco-Britannique, Maison du Brésil, Maison de l'Institut National Agronomique, Maison de l'Italie, Maison des étudiants suédois, Maison du Cambodge, Collège Néerlandais.

Autres artistes présentés

Tolia Astakhishvili, Katinka Bock, Nine Budde, Heike Gallmeier, Annette Gödde, Beatrice Jugert, Dylan Peirce

Accès mobilité réduite

Oui

Adresse

GLASSBOX 4 rue moret 75011 Paris 11 France

Comment s'y rendre

Métro : Parmentier,  Saint-Maur – ligne 3 / Couronnes, Ménilmontant – ligne 2
Bus : 46 et 96

Dernière mise à jour le 2 mars 2020