OVERFLOW

Exposition
Arts plastiques
OÙ Lieux d’Expositions pour l’Art Actuel Marseille

Année France Corée chez OÙ lieu d’exposition pour l’art actuel

Une exposition de Daphné Le Sergent et Dae Jin Choi
En partenariat avec la Galerie Métropolis (Paris), la Galerie de la Bibliothèque municipale de Lyon et la CAN Foundation / Space Can à Séoul et avec François Michaud conservateur vidéo du Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris
Axelle Galtier commissaire artistique de OÙ Association & Lieux d’Expositions Résidences
Résidence des artistes chez OÙ lieu d’exposition pour l’art actuel durant l’année 2015 – 2016
Cette exposition est soutenue par l’Institut Français
Manifestation organisée dans le cadre du Temps Fort à Marseille de l’Année France-Corée 2015-2016 et en écho au PAC 2016 (Printemps de l’Art Contemporain)

Dans un souci d’ouverture au monde et d’inscrire les artistes accueillis dans le mouvement de la scène locale et internationale, OÙ réitère et développe des partenariats exigeants dans le cadre, et en partenariat avec les événements artistiques qui rythment la saison culturelle dans la région.
Ce projet est né de discussions, au cours de l’année 2014, au sein de la plateforme d’échanges qu’est la Galerie Métropolis, entre Dae Jin Choi, Daphné Le Sergent, Marie Guilhot-Voyant, Axelle Galtier et François Michaud.
L’instantanéité, l’interconnexion, l’interchangeabilité, l’interdépendance s’opposent à la tradition d’un espace et d’une culture locale définis.
La Corée a l’expérience historique d’une dynamique paradoxale d’assimilation et de rejet. Cela en fait un territoire unique d’expérimentation de l’opposition du global et du local, compris dans le sens homogénéisation / intégration / diversification, dans ses conséquences économiques, sociales, politiques, mais aussi psychiques et identitaires.
« Overflow » sera le produit entrecroisé des réflexions de deux artistes : Dae Jin Choi, déjà invité chez OÙ en 2012, dont le travail se nourrit des liens qu’il a tissé avec la France depuis plusieurs années et Daphné Le Sergent, née en Corée, ayant grandi en France et travaillant aujourd’hui sur le passé et le présent de son pays natal.
« Overflow » est la résultante d’un jeu complexe entre des composants interconnectés et interdépendants, intrinsèquement liés.
Chacun des deux artistes exprime à sa manière et de son point de vue particulier, personnel et culturel, la double dialectique global / local – assimilation / expulsion.
« Il s’agit d’immerger le spectateur dans l’instabilité entre réalité et tradition »
OÙ présentera cette exposition internationale qui sera ensuite montrée à la Galerie Métropolis à Paris et à la Galerie de la Bibliothèque municipale de Lyon, et s’exportera à Séoul à la CAN Foundation / Space Can courant du deuxième semestre 2016.

 

 

Complément d'information

+Daphné Le Sergent est née en 1975 à Séoul, en Corée du Sud.
Adoptée et éduquée en France, son physique asiatique la ramène toujours à une culture qui lui est, de fait, complètement étrangère.
Ses dessins, photos et vidéos matérialisent le décalage, la sensation de « pas raccord », la mémoire…
Plasticienne et théoricienne, Daphné Le Sergent utilise son expérience personnelle pour mener une réflexion sensible sur la légitimation des moments et des formes traçant la frontière entre la réalité, la reconstruction et l’oubli.

PROJET PROPOSÉ
Daphné Le Sergent: Diluvatian times, reload and overload
«Le sujet performant s’exploite lui-même jusqu’à se consumer complètement» écrit le philosophe coréen Byung-Chul Han.

“Pour Overflow, mon projet vise à créer un rapprochement entre le phénomène d’infobésité (saturation d’informations, médias, Internet, réseaux sociaux) avec le mythe du déluge. « Cloud », « surf», « data smog », « flux ». La métaphore de l’eau exprime le fantasme de voir se transformer le milieu environnant des informations au rythme d’une climatologie imprévisible et irrationnelle. Nos interfaces deviennent comparables à des peaux informatiques, nous enveloppant comme des « bulles » (Peter Sloterdjik), dont tantôt la membrane paraît pleine de promesse et aspirer le monde ou bien se rétractant comme sur le point d’éclater.” Daphné Le Sergent
1) « fuck the cloud / ensemencer les nuages » installation
Des photographies / dessins, de nuages et des volumes en forme d’armes blanches (flèches, dagues) évoquent l’ambition impossible de crever les nuages.
2) Le déluge et Noé : où le spectateur est invité à rentrer dans un caisson pour visionner la vidéo, se recroquevillant devant l’histoire de Noé. Face au flux incessant d’informations, la schize parfois semble se rétracter, jusqu’aux limites
du corps, jusqu’à la scène originelle primitive de son apparition.







+Dae Jin Choi né en 1974 à Pusan en Corée, est issu d’une lignée d’aristocrates ruinée par l’occupation japonaise.
Il a reçu l’éducation archaïque d’un lettré traditionnel : calligraphie, poésie, classiques chinois.
Pour échapper à cet héritage, il est venu en France où il a vécu une dizaine d’années avant de rentrer à Séoul ou il réside désormais.
Le travail de Dae Jin Choi est à l’exacte intersection de plusieurs réalités :
– celle de la guerre froide en Corée son pays d’origine,
– celle du monde global dominé par l’internationalisation des influences économiques, politiques, ou religieuses,
– celle enfin de l’échappée artistique plurielle de tous les possibles.

Projet proposé
“L’ensemble de mon travail concerne la problématique du flux, des influences internationales exogènes dans la culture locale : identification, intégration, transformation. C’est le sujet développé dans l’exposition. Je compte utiliser des pièces déjà existantes (dessins + vidéos & sculptures) et les contextualiser spécifiquement dans les différents espaces d’expositions. Mon travail vise autant à créer des pièces qu’un environnement, une atmosphère particulière mettant le spectateur dans une situation d’empathie propre à une expérience de sensations nouvelles. Je compte séjourner dans les différents lieux d’expositions afin de concevoir et de réaliser une mise en scène des œuvres avec des calligraphies murales éphémères spécifiques à chaque espace.”.
Dae Jin Choi

Commissaires d'exposition

Partenaires

En Partenariat avec : la Galerie Métropolis (Paris), la Galerie de la Bibliothèque municipale (Lyon), la CAN Foundation / Space Can (Séoul), François Michaud conservateur vidéo du Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris et Perspective Trouble Cette exposition est soutenue par l’Institut Français

Horaires

jeudi au samedi de 16h à 19h & sur rdv tous les jours même le dimanche.

Adresse

OÙ Lieux d’Expositions pour l’Art Actuel 58 Rue Jean de Bernardy 13001 Marseille France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 13 octobre 2022