Nicolai Howalt

Specimens
Exposition
Photographie
Galerie Maria Lund Paris 03

L’observation du vivant est au cœur de l’exposition Specimens. Le terme possède évidemment une connotation scientifique ; il désigne des êtres ou des objets qui donnent une idée de la catégorie à laquelle ils appartiennent. Specimens réunit simultanément quatre séries d’œuvres que le photographe Nicolai Howalt a créé depuis 2019 - Old Tjikko, Algae, Fasciations et Microscope / Preparation. Toutes ont en commun d’être animées par le désir de questionner, de réfléchir, de s’émerveiller et de comprendre peut-être.

Elaborant un concept initial, Nicolai Howalt procède ensuite par une exploration systématique et créative de ses sujets. Le plus souvent, il ne se limite pas à regarder ou à documenter. En bon alchimiste, il met également en jeu la matérialité même des sujets afin d’extraire un savoir sur leurs natures profondes, cette essence invisible à l’œil nu. Tout au long du processus de travail, le photographe est réceptif à ce qui s’offre à lui. Ces découvertes, parfois imprévues, procurent aux images une poésie toute particulière ; leur perfection tient le regardeur à distance, tandis que leur sensualité l’attire.

Complément d'information

Old Tjikko (2019) dresse le portrait du plus ancien organisme vivant connu – un épicéa de Suède – dont la matière génétique remonte à 9600 ans. Ces tirages, développés depuis un même négatif sur des papiers photo vintage (de 1930 à 2007) sont tirés en de nombreuses versions dont 97 sont réunies dans le livre éponyme. Si Old Tjikko nous contemple depuis des millénaires, le choix plastique de l’artiste pour des papiers anciens raconte lui aussi le temps qui passe. La chimie s’exprime sur ces papiers que les décennies altèrent et transforment voyant les tons des tirages s’étendre en une large gamme. Certains sont si sombres que le motif y est à peine perceptible, parmi d’autres, l’état du papier fait naître l’illusion d’un ciel étoilé ou voilé. Les différentes vues de l’arbre ancestral ne sont pas sans évoquer l’album souvenir où se déroulent les suites de portraits, de moments comme rituels, de variations du temps, des temps. En amont de la matérialité et de l’image Old Tjikko est surtout le récit d’une vitalité, d’une vie qui résiste.

La série Algae (2020-2022) est exposée pour la première fois. Les spécimens photographiés font partie d’un ensemble d’algues collectées sur une période de 100 ans dans la mer d’Øresund par le Botanisk Museum (Copenhague). Les splendides variations de pourpre, les transparences de ces croissances banales et essentielles font découvrir un volet de l’histoire de fonds marins d’un détroit entre le Danemark et la Suède. Ainsi saisies, agrandies, les algues sortent de l’anonymat des profondeurs et déploient leur beauté gracieuse qui n’est pas sans rappeler la flore terrestre.

Fasciation (2020-2022) est l’occasion pour Nicolai Howalt de se tourner vers les anomalies, une autre réalité du vivant. Les fasciations sont des croissances rares que l’on croise dans la nature et dans les cultures. L’étymologie provient du latin fascia (en bandes, en bandelettes). Selon certaines conditions génétiques, bactérielles, hormonales ou environnementales les fasciations résultent du développement anormal du méristème (tissu de cellules végétales de type embryonnaire à multiplication rapide) de l’apex (sommet). Elles peuvent concerner plusieurs organes de la plante (tiges, floraisons). La collecte de ces plantes débute au 19e siècle afin d’établir si ces malformations ont pour origine la possession des plantes par des forcessurnaturelles ou si elles trouvent une explication scientifique. Nicolai Howalt est captivé par ces malformations qu’il repère pour la première fois dans un musée ; que la nature soit ainsi capable de faire

surgir des figures incontrôlables, fantastiques et merveilleuses, des récits abstraits, le fascine. Observer et enregistrer la mathématique complexe de ces structures fractales, leur géométrie à un niveau microscopique stimule et motive le photographe à les capter dans leurs moindres détails. Il photographie des fragments d’un arbre atteint par la fasciation et ce corpus d’œuvres entre en résonnance avec une sculpture en argent qui est la réplique précise de l’arbuste qu’il examinait. L’ensemble est ainsi le témoin des principes fondamentaux de la croissance et le support à un imaginaire qui, lorsqu’il investit la réalité, pousse jusqu’à l’inimaginable.

Microscope / Preparation (2020) immortalise le voyage dans le minuscule et se concentre sur l’outil qui permet de telles explorations. La pandémie récente suscite chez Nicolai Howalt le désir de restituer une histoire des épidémies. Il se tourne alors vers les collections du Medicinsk Museion – le musée d’histoire de la médecine de Copenhague. Dans la lutte contre une maladie, identifier la bactérie responsable est essentiel, mais encore faut-il y parvenir. Disposer d’un microscope pour déterminer la véritable nature d’un prélèvement ou d’une préparation ne suffit pas toujours. Cette série visite l’invention de la coloration Gram (1884) du bactériologiste danois Hans Christian Gram. Par un procédé de coloration/décoloration, le violet gentiane et la fuchsine (rose) permettent de distinguer les bactéries Gram +, dont les parois épaisses préservent la coloration violette ; des bactéries Gram –, dont les parois plus minces se colorent en rose. L’exposition Specimens présente une photographie du microscope de Gram qui, à cette échelle monumentalisée, prend des allures de fusée spatiale. La série de Préparations dévoile le monde abstrait et pictural des bactéries colorées. Recherche, histoire, nature et art conversent ici : le microscope révèle d’autres dimensions de notre monde au sein duquel une bactérie létale est d’une beauté insoupçonnée.

Avec Specimens, Nicolai Howalt partage les visions et les découvertes auxquelles sa propre curiosité lui permet d’accéder. Le temps et son passage se matérialisent, les systèmes et les structures de la nature se manifestent aussi dans leurs exceptions. Les similitudes et les potentiels portés par les micro et macro-mondes sont le support à un émerveillement sans cesse renouvelé devant la fragilité d’être.

Artistes

Horaires

Du mardi au samedi - 12h > 19h 

Adresse

Galerie Maria Lund 48 rue de Turenne 75003 Paris 03 France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 11 mai 2022