Nancy Rubins

Exposition
Arts plastiques
FRAC Bourgogne Dijon

© Nancy Rubins, Table And Airplane Parts, 1993. Collection Frac Bourgogne

L’artiste américaine Nancy Rubins a été invitée par le Frac Bourgogne à présenter pendant l’été l’oeuvre appartenant à la collection et intitulée Table And Airplane Parts (1990). Cette oeuvre spectaculaire, réalisée à partir de pièces d’avions, est un véritable défi à l’apesanteur et, à cause de l’ampleur de sa mise en oeuvre, a été très peu montrée depuis son acquisition en 1994. Cette sculpture sera accompagnée d’un ensemble de dessins au graphite comme autant d’emprises dans l’espace du lieu. Cette exposition donnera l’occasion d’éprouver l’impressionnante énergie de l’oeuvre de cette artiste américaine peu présentée en Europe.

Complément d'information

Nancy Rubins est principalement connue pour ses sculptures, oeuvres monumentales réalisées à partir de pièces d’avions, de réservoirs d’eau chaude, de mobiles homes, d’appareils électriques ou encore de matelas. Cette exposition à Dijon est aussi l’occasion de découvrir une pratique moins souvent montrée, les dessins au graphite. Ils ont pour point commun avec les sculptures leur déploiement spectaculaire dans l’espace et leur structure chaotique qui rend compte d’un monde en décomposition et recomposition permanente. Cette artiste peu souvent exposée en France a cependant participé à l’exposition conçue par Paul Virilio à la Fondation Cartier en 2003 et intitulée « Ce qui arrive » mais aussi à la Biennale de Venise en 1993 ou au Consortium en 1994 pour l’exposition « Country Sculpture », à l’origine de l’acquisition de l’oeuvre Table And Airplane Parts.

Cette oeuvre a en effet été créée en 1990 à l’atelier et montrée pour la première fois en 1992 à la Burnett Miller Gallery de Los Angeles, avec deux autres sculptures conçues sur le même principe. Il s’agit d’une accumulation de pièces d’avions sur une table en bois brut, dans laquelle certains morceaux sont encastrés. Parties d’ailes, réacteur, portes et éléments de carlingue s’enchevêtrent dans un énorme amas. Nancy Rubins a commencé à utiliser des morceaux d’avions en 1986. Elle en avait découvert un stock lors d’un voyage dans le désert de Mojave. Protégés de la corrosion par la sécheresse, ils ont intéressé l’artiste : « Ils étaient beaux et il y en avait plein. J’aimais ne pas savoir ce que la plupart des pièces étaient et ne jamais pouvoir y arriver si j’essayais. » 1

L’artiste choisit ses matériaux pour leur capacité à révéler des qualités singulières. Ainsi, elle commence à utiliser des objets en 1977. Prolongeant l’intérêt des artistes du Pop Art pour le quotidien, elle coule dans du béton les objets usagers de la société de consommation dans des sortes d’anti-monuments. Il n’est que d’évoquer Big Bil-Bored (1980), oeuvre de plus de quatorze mètres de haut, que l’artiste a réalisée sur l’esplanade devant une galerie marchande à Berwyn dans l’Illinois. Une énorme masse d’appareils électriques de toutes sortes (ventilateurs, robots) jaillit d’un socle de béton trapézoïdal. La récupération est un processus commun à de nombreux artistes, et les années soixante voient surgir un nouveau réalisme qui s’intéresse à la place de l’objet dans la société d’abondance, et à tout ce qu’elle produit de déchets.

Pourtant les enjeux de ce choix dans l’oeuvre de Nancy Rubins sont aussi d’ordre sculptural. Elle réalise ainsi des sculptures à des échelles énormes. Caractéristiques de nombreux artistes américains, celles-ci provoquent une relation physique très imposante pour le spectateur, qui n’a d’autre repère commun avec l’oeuvre que l’architecture dans laquelle elle s’inscrit. L’effet spectaculaire que cette échelle produit est accentué ici par la manière dont Nancy Rubins parvient à contrer les propriétés physiques du matériau. Cette monumentalité est en effet pour elle un moyen de pousser, jusqu’à l’excès, les jeux de tensions pour parvenir à arracher l’oeuvre de terre. Ainsi, toute la structure de Table And Airplane Parts repose au sol grâce aux pieds de la table et l’appui du réacteur. Semblant échapper aux lois de la gravité, la masse se déploie dans tous les sens. La présence de l’oeuvre dans le lieu provoque une contraction de l’espace architectural, comme s’il devait lutter contre un intrus menaçant.

Cette métaphore organique conduit la perception des oeuvres de Nancy Rubins qui s’intéresse toujours à ce qu’un matériau peut faire naturellement et ce qu’elle peut lui amener à faire. Elle a par exemple mis en jeu les mêmes principes avec des matelas, entre autres pour l’oeuvre montrée à la section Aperto de la Biennale de Venise en 1993, Mattresses and Cakes, où les formes semblent stabilisées de façon seulement précaire et temporaire. De plus, le mouvement, qui se développe au fur et à mesure des points de vue sur l’oeuvre, modifie en permanence sa structure interne, ses points d’appui ou encore son expansion dans l’espace.

A l’occasion de cette exposition, Table And Airplane Parts sera accompagnée de dessins que l’artiste réalise depuis 1975. De grandes feuilles de formes différentes sont entièrement recouvertes de graphite, ce qui leur donne une matérialité comparable au métal. Suspendus dans l’espace, dans l’angle de murs, assemblés, ils passent ainsi du plan au volume. Le processus de recouvrement des feuilles demande autant d’énergie que la réalisation des sculptures. C’est ce moment particulier de la gestuelle, celui où elle est toute entière dans l’énergie du geste que l’artiste dit vouloir capturer.

Relevant d’un style artistique baroque, l’impression chaotique que provoque l’oeuvre est donc moins celle d’un accident, trop littéral, que l’affirmation du caractère entropique du vivant. Le désordre manifeste alors l’état de changement d’un système en croissance, sans que l’ordre puisse cependant exister. Cette relation symbiotique entre le support, le matériau, et la forme est tout le propos de l’oeuvre de Nancy Rubins qui allie une rigueur conceptuelle à une très singulière matérialité.

Texte : Claire Legrand, responsable du service des publics

1. Kathrin Kanjo, « Beyond Addition » in Nancy Rubins, San Diego : Museum of Contemporary Art, 1996

Autres artistes présentés

Nancy Rubins

Partenaires

Cette exposition est réalisée avec le soutien du ministère de la Culture (Direction régionale des affaires culturelles de Bourgogne) et du Conseil régional de Bourgogne.

Horaires

du lundi au samedi de 14 h à 18 h

Adresse

FRAC Bourgogne 49 rue de Longvic 21000 Dijon France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 2 mars 2020