The Myth of Memory

Dieux, fantômes et bêtes : sur les territoires des loups d'aujourd'hui
Exposition
Design graphique
My monkey Nancy
Écosystème en données

Soucieux de politiser, ou du moins responsabiliser la démarche du designer, le duo Isabel Seiffert et Christoph Miller questionne la vaste notion des flux, en dégageant notamment les problématiques liées aux flux migratoires: leur nom (« offshore » signifie « au large ») rappelle que, comme les contributeurs de leur revue interdisciplinaire Migrant, leur pays d’origine est différent de celui dans lequel ils ont décidé de vivre aujourd’hui. Entre essai et design, Offshore studio se saisit des données numériques, textuelles, photographiques, schématiques, et leur offre une lecture écologique dans un de ses sens les plus larges: celui de la relation entre l’être humain et son environnement moral, social, économique.

https://mymonkey.fr/expositions/the-myth-of-memory

Complément d'information

Vernissage le 12 mai, à 18h30

C'est en 1994 que les premières traces ont été détectées. Rapidement, plusieurs moutons ont été retrouvés morts. Finalement, un piège à caméra a prouvé ce que beaucoup redoutaient déjà : un loup était entré en territoire suisse. Il s'agissait de l'une des rares apparitions de l'animal en plus de 130 ans, les loups ayant été efficacement éliminés par la chasse organisée, l'élevage en expansion constante et le développement urbain.

Aujourd'hui, les loups sont légalement protégés et, à mesure que leurs populations se reconstituent, d'anciens conflits, des peurs diffuses et une multitude de sentiments forts réapparaissent. Le retour des loups a déclenché une spirale sans fin de reportages médiatiques mettant en scène des agriculteurs en colère dont les moutons sont menacés, des protestations et des célébrations publiques provoquées par l'observation de loups, ainsi que d'âpres débats parlementaires d'une heure sur le nombre de loups que la Suisse peut tolérer.

Les émotions fortes sont déclenchées et les poings sont serrés, car les quelque 100 loups suisses d'aujourd'hui n'errent pas seulement sur un terrain physique fait de roche et de terre. Bien plus, ils pénètrent dans un paysage mental sensible, composé de mythes et de souvenirs, d'angoisses et de traumatismes du passé. Dans ce paysage, des récits culturels forts — des mythes nordiques aux écritures bibliques, en passant par le folklore local et les contes de fées de la sombre forêt — ont établi le loup comme une figure symbolique qui représente le danger et l'incertitude, la mort et la destruction, les démons et les diables, la loyauté ou la force. De même que les forces géologiques façonnent les paysages, ces vieilles histoires façonnent la structure de notre mémoire et influencent notre perception de la présence renouvelée des loups.

En réintégrant le paysage suisse, les loups réactivent les vieux récits et les émotions. Tout à coup, ils sont à nouveau très présents. Et en même temps, les versions du passé dont on se souvient consciemment se transforment sous la pression de la présence : les vieux mythes sur le loup comme bête malfaisante sont confrontés à de nouveaux récits sur le loup comme sauveur écologique, comme signe d'espoir en période de crise environnementale ou comme objet de contrôle scientifique. Des histoires issues de différents passés et présents s'effondrent dans une seule réalité multitemporelle. La nature antagoniste de leurs significations pose des questions difficiles : l'une de ces histoires peut-elle nous guider vers une coexistence pacifique ? Avons-nous besoin d'eux ? Ou devrions-nous plutôt nous en débarrasser ?

Le projet The Myth of Memory est le deuxième chapitre du projet à long terme d'Offshore sur le retour des loups. Après avoir étudié l'appareil techno-scientifique mis en place pour surveiller et contrôler le prédateur dans Managing the Wild, le duo se penche sur le rôle du paysage, du mythe et de la mémoire dans la deuxième partie du projet. Ils s'attaquent maintenant à la question de savoir comment les loups deviennent des figures qui incarnent des récits et des sentiments culturels. Le duo étudie comment les mythologies et les souvenirs des loups sont produits, lus, négociés et recyclés, utilisés et abusés afin de donner un sens au retour des loups dans les paysages contestés d'aujourd'hui.

En effectuant des recherches approfondies et en collectant un large éventail de récits de loups, Offshore établit une archive des intrigues, des leitmotivs et des politiques cachées des mythologies du loup. Dans une tentative de réflexion sur leur rôle vital dans la construction de la mémoire et de la communauté, ces histoires sont déconstruites et rassemblées dans de nouvelles constellations poétiques. Des collages de textes et des poèmes en maillage proposent un ensemble de souvenirs alternatifs et sont ensuite matérialisés par les médias, l'artisanat et l'esthétique qui sont traditionnellement utilisés pour construire l'histoire. Gravures sur pierre, sculptures commémoratives ou typographie folklorique sont appropriées et nouvellement interprétées pour créer des espaces de projections narratives et de provocation. Ainsi, les loups du passé et du présent peuvent se rencontrer et leur juxtaposition offre de nouvelles façons de lire les mythes et les souvenirs à travers le temps, l'espace et l'idéologie. En proposant cette nouvelle perspective, The Myth of Memory réfléchit à la relation complexe entre les humains et les autres animaux à travers les récits et pose la question urgente de savoir comment nous voulons mémoriser et nous souvenir du passé, afin de façonner notre avenir multi-espèces.

Horaires

Du mercredi au samedi, de 14h à 18h

Adresse

My monkey 111 rue Charles III 54000 Nancy France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 7 mars 2022