Musée des Ursulines

Installé depuis 1968 dans l'ancien couvent des Ursulines, le musée conserve, sur trois niveaux, des collections dans les 3 domaines suivants: archéologie, ethnographie (dont un nouvel espace consacré à Alphonse de Lamartine), beaux-arts. Beaux- arts : Le deuxième étage retrace chronologiquement l'histoire de la peinture et de la sculpture depuis la peinture française et flamande du 16ème siècle - on admirera une Vénus au miroir de l'école de Fontainebleau - jusqu'à l'art contemporain. La peinture hollandaise du 17ème siècle est représentée notamment par des scènes de genre et des paysages, thèmes chers aux écoles du Nord avec Codde , Horemans . Deux intéressants portraits d'artistes par Rotius et Droogsloot sont présents dans ce parcours. La salle consacrée au 17ème siècle français montre, avec des artistes fondateurs de l'Académie de peinture et de sculpture, toute la richesse de la notion de genre. Citons Le Brun , de Troy , Blain de Fontenay et à l'aube du 18ème, Largillère. Deux ensembles intéressants ponctuent la salle du 18ème siècle, un groupe de peintres ayant fait le voyage d'Italie avec en contrepoint un beau portrait attribué à Titien et des oeuvres d'artistes du courant néo-classique travaillant sous l'Empire, tels Vestier , Gagneraux et Desoria . Sont regroupés ensuite plusieurs tableaux donnant un éclairage sur l'école du paysage à la fin du 19ème avec notamment Appian , Monet , Corot ou Ziem et le mouvement symboliste avec Henri Fantin-Latour , Pierre Puvis de Chavannes, Gaston Bussière ainsi qu'un artiste post impressionniste ou pointilliste né à Mâcon, Hippolyte Petitjean. Témoignant de la révolution picturale du début du 20ème siècle et de l'art post-cubiste, les peintures de Jacques Villon , membre fondateur de la Section d'or, d' Albert Gleizes , de Jean Metzinger , tous deux auteurs du manifeste du Cubisme écrit en 1911, de Marcel Cahn et de Le Corbusier précèdent, dans ce parcours chronologique, des peintures d'artistes du courant abstrait-géométrique. Aux pionniers de ce mouvement radical opposé à l'abstraction lyrique - Joseph Albers avec son " Hommage au Carré ", Max Bill ou encore François Morellet et Gottfried Honegger - succèdent les artistes de l'association Repères (art concret) tels Aurélie Nemours, avec " Au commencement, le rythme du millimètre ", Günter Fruhtrunk, Hans Steinbrenner, Guy de Lussigny ou encore Carlos Cruz-Diez, artiste engagé dans la voie de l'Op'art. Le sculpteur mâconnais Maxime descombin est également présenté.

Discipline
Arts plastiques
Actions culturelles et médiation

Le Musée des Ursulines est accessible aux personnes à mobilité réduite au 5 rue de la Préfecture. Le musée a obtenu le label "Tourisme et Handicap". L'installation d'un ascenseur permet de visiter les étages et divers équipements facilitent la découverte du musée par les personnes en situation de handicap.

Ouvert tous les jours (sauf lundi toute la journée et dimanche matin) de 10h à 12h et de 14h à 18h Fermé les 1er janvier, 1er mai, 14 juillet, 1er novembre, 25 décembre Ouvert uniquement de 14h à 18h les autres jours fériés

Accès mobilité réduite
Non
Adresse
Directrice des Musées de Mâcon : Michèle Moyne-Charlet Courriel :musees@ville-macon.fr Responsable du service des publics et de la communication : Claire Magnien Courriel :musees@ville-macon.fr
Dernière mise à jour le 28 janvier 2020