Mediolanum Urbe

Exposition
Photographie
Bendana - Pinel Art Contemporain Paris 03
Niccolò Montesi-Mediolanum Urbe

Bendana | Pinel Art Contemporain a le plaisir de présenter la première exposition individuelle de Niccolò Montesi, « Mediolanum Urbe » à la galerie.

 

“Le sombre carrefour percé

par quatre distances infinies

dans les banlieues du silence

Jorge Luis Borges

 

Lexique des coins dans une tentative d’épuisement de “Mediolanum Urbe1”, une autre place milanaise2.

 

Le Lexique des coins, ce sont des «pages», des «plans», des «photos», des «images», des photographies de «Mediolanum Urbe» que Niccolò Montesi a identifiées, découvertes et révélées instantanément, dans des portions claires de la ville, devenant ainsi «un autre lieu», ou plutôt le lieu d’un nouveau Milan, un Milan à connaître, pour faire l’Anthologie de demain.

En fait, un Milan futuriste, une «ville qui se lève» s’est encore révélée fatalement et poétiquement. Elle n’avait pas encore sa propre carte actualisée, mais elle est maintenant devenue la carte manquante, dessinée dans les mêmes coins qui définissent la nouvelle ville : la Mediolanum Urbe NM3.

Le Lido di Milano4, Assago, la Tangenziale Sud, la Fondation Prada, Leocavallo, Porta Nuova, la gare de Porta Romana, le centre commercial Fiordaliso, Corso Buenos Aires, sont devenus les nouvelles «FERVEURS MILANAISES5» : ces zones limitrophes du centre sont le nouveau centre, un centre qui a connu le ciel sans saisons, la lumière immobile de la métaphysique, “le silence de la banlieue”, la voix de la banlieue, l’encombrement du périphérique, la présence imposante des bâtiments de non-lieux, les enseignes commerciales sans nom, conditionnant l’aspect pictural à l’architecture elle-même.

Le Lexique des coins, montre non seulement le cœur entendu6, mais aussi le véritable ADN caché de la ville de Milan, une ville qui a la cartographie d’une architecture moderne et moderniste, ultraïste7, comme celle tracée par Piero Bottoni, dans son Guide historique Hoepli8, et apparaît maintenant dans ce cycle d’œuvres dans sa contemporanéité, une reconstruction continue de l’après-guerre à aujourd’hui, ou dans la saison de l’architecture innovante et des grands architectes, et décrète ce qu’il est possible de ne pas cacher : elle existe, comme s’elle n’avait pas encore été achevée, et, chaque coin dépeint en est la preuve continue.

Des hublots comme les yeux dessinés par Giò Ponti ou Giovanni Muzio, des murs de briques dans la grande tradition lombarde9, des séquences d’ouvertures carrées comme des entrées dans le ciel ou des échappatoires irréelles, des découpes segmentées dans le béton armé comme s’il s’agissait d’une tome de fromage alpin, des architectures suspendues sur des cônes renversés, des vertiges de verre enchâssés dans des séquences de cadres noirs, des portions de balcons comme les dents saillantes d’un profil, des fenêtres rétrécies en séquences verticales comme dans une bobine de film, des volumes interrompus uniquement par des ouvertures vertueuses et vexatoires, des intermèdes où des graphismes abstraits sont tracés dans la géométrie de lignes colorées, ou dans l’intersection de couleurs suspendues comme dans le triangle de Fausto Melotti, des couloirs infranchissables, des rectangles de verre pour des visions 3D macroscopiques, des passages réservés aux funambules et des murs larges comme un monochrome Superflat XXL.

De cette façon, Niccolò Montesi dans Mediolanum Urbe ne disperse pas sa ville, mais l’affirme dans sa plaine la plus large, de façon cohérente seulement dans ses coins et, en jetant comme des bonbons, les mots de Luigi Ghirri10: «La photographie devient alors pour moi et pour d’autres le langage pour découvrir, connaître, représenter, comprendre la réalité, sans obsessions esthético-formelles paralysantes, parce qu’aucun monde ne doit être caché ou enlevé.»

Et c’est la volonté de comprendre et de représenter cette réalité, où la seule et suprême vision de l’angle, un angle mesuré de bas en haut et qui soulève une sagesse visuelle inattendue, catalogue un manuel d’orientation, qui repose sous les nuages, mais les nuages cette fois ne portent plus d’ombres, mais la vraie palette du Mediolanum Urbe.

 

Chiara Guidi

Cinquale, mars 2021

 

1 Mediolanum Urbe, est le nom latin de Milan, qui signifie. Localité située au milieu de la plaine.

2 La référence est explicitement dirigée à Georges Perec, et, à son projet complexe de Tentative d’épuisement d’un lieu parisien, c’est-à-dire à son expérience novatrice de vouloir dresser une cartographie littéraire de la ville de Paris, réalisée en 1975.

3 De Niccolò Montesi.

4 La zone ouest de Milan, conçue dans les années trente, a fait fortune durant des décennies avec la piscine et l’espace équipé pour le sport.

5 La référence est directe au premier livre de Jorge Luis Borges, «Fervor de Buenos Aires».

6 «Ascolto il tuo cuore o città» est le livre d’Alberto Savinio, que Montesi gardait dans sa poche, comme une introduction, un manuel pour mener à bien sa tentative d’épuiser Mediolanum Urbe.

7 Pour l’attitude poétique de la poésie d’avant-garde en langue espagnole que cela évoque, et qui a fait de l’architecture le protagoniste.

8 L’anthologie historique des bâtiments modernes, le guide publié par Domus en 1954.

9 Cette tradition des Visconti qui a marqué les édifices tant civils que sacrés et que Niccolò Montesi continue de retrouver dans les environs du centre, en plus de son ambrosienne Tour de Tancredi.

10 Luigi Ghirri, Un Paese, dans «L’obbiettivo della visione», Milano, Edizioni Henry Beyle, 2019, pag.18.

Artistes

Horaires

La galerie est ouverte du mardi au samedi de 10h à 18h.

Adresse

Bendana - Pinel Art Contemporain 4 rue du Perche 75003 Paris 03 France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 11 mai 2021