Maxence Rifflet

NOS PRISONS
En partenariat avec le Cnap
Parution
Photographie
Le Point du Jour Cherbourg
Couverture du livre

NOS PRISONS
Maxence Rifflet

Parution mai 2022

Le livre qui accompagne l’exposition Nos prisons est le récit d’une expérience subjective, indissociable des photographies réalisées en commun. Maxence Rifflet y raconte les lieux et les usages qu’il découvre, ses échanges avec les prisonniers, les relations avec l’administration, sa rencontre avec Robert Badinter, initiateur de la prison expérimentale de Mauzac, et avec Christian Demonchy qui en fut l’architecte avant de construire celle de Villepinte en Seine-Saint-Denis. Le livre est ponctué de documents anonymes et d’œuvres artistiques concernant les prisons, rassemblés par Maxence Rifflet au fil de cette recherche.

Nos prisons
Textes et photographies de Maxence Rifflet
Format : 20 x 26 cm
Broché avec rabats
165 photographies et documents
268 pages
32 euros
Le Point du Jour, centre d'art / éditeur

Ouvrage publié avec le soutien à l’édition du Centre national des arts plastiques

Complément d'information

NOS PRISONS
Maxence Rifflet
Exposition du 5 juin au 2 octobre 2022

Nos prisons est issu du travail mené durant trois ans par Maxence Rifflet avec des détenus de sept prisons françaises. Au départ du projet, il y avait une question : comment photographier dans un espace de surveillance sans le redoubler, comment cadrer sans enfermer ? La première réponse a été de ne pas s’intéresser à l’enfermement en général, mais à des lieux particuliers : photographier des prisons, plutôt que la prison.

La mise en place d’une pratique commune est au centre du travail de Maxence Rifflet. La photographie n’est ici pas seulement un outil d’enregistrement ; elle est aussi le moyen et l’enjeu d’une interaction. Ainsi, l’architecture carcérale n’est pas uniquement le sujet de ce travail ; elle est aussi le lieu où il s’est élaboré : il s’agissait de photographier non seulement des prisons, mais en prison, sans nier les contraintes que cela suppose et en collaboration avec les détenus.

Les œuvres exposées donnent une vision hétérogène et inattendue de ce qu’on résume sous le terme générique de « prison ». Cette diversité tient à une attention à la particularité des situations et des rencontres, mais aussi à une pratique d’atelier dans laquelle il s’agit d’expérimenter des formes à la suite de l’expérience des prises de vues. Ainsi, les tirages et les encadrements, réalisés par Maxence Rifflet, varient par la technique et le format, se combinent avec d’autres matériaux, se transforment en volumes. Parmi cette collection d’objets singuliers, une petite nature morte de 1871 : des raisins peints par Gustave Courbet alors qu’il se trouvait incarcéré pour sa participation à la Commune.

En créant du jeu entre les formes et les temps, en faisant appel à l’imagination, Nos prisons engage à exercer notre droit de regard sur les prisons, à les voir telles qu’elles sont autant qu’à les transformer.

Accompagné par Le Point du Jour, le travail de Maxence Rifflet s’est d’abord développé, avec le soutien du dispositif Culture-Justice, au sein de cinq prisons en Normandie qui évoquent une longue histoire carcérale : Condé-sur-Sarthe, Cherbourg, Caen, Rouen et Val-de-Reuil. Il s’est poursuivi au centre de détention expérimental de Mauzac (Dordogne), où les détenus circulent plus librement, et à la maison d’arrêt de Villepinte (Seine-Saint-Denis), marquée par une surpopulation permanente.

Le livre, publié à l’occasion de l’exposition, est le récit d’une expérience subjective, indissociable des photographies réalisées en commun. Maxence Rifflet y raconte les lieux et les usages qu’il découvre, ses échanges avec les prisonniers, les relations avec l’administration, sa rencontre avec Robert Badinter, initiateur de la prison de Mauzac, avec Christian Demonchy qui en fut l’architecte avant de construire celle de Villepinte.

Depuis une vingtaine d’années, Maxence Rifflet mène des enquêtes documentaires qui passent aussi par une recherche narrative et visuelle. Pour le projet « Nos prisons », il a reçu le soutien à la photographie documentaire contemporaine du Centre national des arts plastiques. Il vient d’achever un projet sur les travailleurs du nettoyage dans le cadre de la commande publique « Les Regards du Grand Paris ». Ce travail sera présenté aux Magasins généraux de Pantin et au Musée Carnavalet entre juin et octobre 2022. Maxence Rifflet a déjà publié au Point du Jour «  Une route, un chemin » (Prix Nadar du meilleur livre photographique 2010).

Exposition coproduite avec le Centre photographique Rouen Normandie, le Centre d’art GwinZegal (Guingamp) et Le Bleu du Ciel (Lyon).

Infos pratiques

Le Point du Jour, centre d’art / éditeur
107, avenue de Paris
F-50100 Cherbourg-en-Cotentin
t. 02 33 22 99 23  
www.lepointdujour.eu
infos@lepointdujour.eu

Du mercredi au vendredi, de 14h à 18h
Samedi et dimanche, de 14h à 19h
Été, ouvert aussi le mardi de 14h à 18h

Entrée libre

Adresse

Le Point du Jour 107 avenue de Paris 50100 Cherbourg France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 23 mai 2022