Malachi Farrell Strange fruit in the street

Exposition
Arts plastiques
Centre d'Art le LAIT - 81000 Albi
Malachi Farrell traite des grandes questions politiques et sociales, passées et présentes, sur un mode narratif, théâtralisé, par lequel l’imaginaire favorise la prise de conscience. Il utilise le son, la lumière, des machines insolites, des figures et des objets articulés, pour la réalisation desquels il associe bricolages ingénieux et technologies de pointe. Sa démarche est celle de l’engagement, de la résistance, de la mise à nu de la violence contre l’humanité et des systèmes qui l’activent. Ses œuvres suscitent simultanément l’émotion et la réflexion, catalysés par l’humour et l’ironie. Le titre de l’exposition « Strange fruit in the street », entièrement crée pour les Moulins à Albi, fait référence au poème « Strange Fruit », décrivant le lynchage d’un Noir, écrit au milieu des années 30 par Abel Meeropol, enseignant juif du Bronx dont le nom de plume est Lewis Allen. Il a été interprété pour la première fois par Billie Holiday en 1939 au Café Society, à New York, premier café « intégré ». Cette chanson est reprise dans le film « Lady sings the blues ». Elle est considérée comme le premier « protest song » américain et constitue les prémices de la lutte pour les droits civiques des années 50. Malachi Farrell transpose le lynchage de l’homme noir à la situation mondiale actuelle, où la population et l’environnement sont détruits par la misère sociale et l’inconscience écologique. L’exposition est un parcours dans la rue d’un mauvais quartier aux Etats-Unis, un lieu à la marge, métaphore de toutes les villes en crise. Une immersion dans l’ambiance urbaine après la catastrophe. Dès la première salle un feu de croisement américain, envahi par les eaux, règle absurdement le passage. Dans la deuxième salle le cauchemar s’accentue : la reconstitution d’une « crack house » de New York invite à faire fonctionner son économie sordide. La dernière salle aboutit à un univers psychédélique de câbles et de grappes de chaussures usées d’où s’échappe une chanson décalée « she loves you ». A l’image du poème de Lewis Allen, qui fait un parallèle entre la suave odeur du magnolia et la senteur de la chair brûlée, dans le sud des Etats-Unis, Malachi Farrell distille des paradoxes. Les chaussures jetées, symboles d’oppression mais aussi de révolte et de liberté, sont réunies en d’étranges et belles sculptures dans un univers sombre peuplé d’automates animés.

Complément d'information

Les installations de Malachi Farrell sont des sculptures / machines qui fonctionnent sur le mode de véritables spectacles autarciques et qui jouent à la fois le rôle d’acteur, de décor ou d’accessoire dans un ensemble dérégulé mais parfaitement maîtrisé qui contribuent à happer les sens.

Pour la première fois, l’artiste a conçu une œuvre interactive : les volets fixés aux chaussures s’ouvrent et se ferment grâce à des capteurs électriques qui détectent la présence du public.

De l’ouverture des chaussures s’échappent la lumière et le son. Un son assourdissant aux oreilles du visiteur qui déclanche par sa promenade chacune des grappes de fruits étranges. Il perçoit alors une interprétation sarcastique, en allemand, de la chanson des Beatles « She loves you » par Peter Sellers dans le film « Docteur Folamour » de Stanley Kubrick en 1964. Un canon.

Autres artistes présentés

MALACHI FARRELL

Partenaires

Le centre d’art le LAIT bénéficie du soutien de la DRAC / Ministère de la Culture et de la Communication, du Conseil général du Tarn, de la Région Midi Pyrénées, de la Ville de Castres et de la Ville d’Albi.

Mécénat

Nous remercions Sandra et Amaury Mulliez pour leur soutien à la réalisation de l'exposition.

Horaires

Ouvert du mercredi au dimanche de 14h à 19h sauf jours fériés   Entrée 2 € Gratuit pour les demandeurs d’emplois et les étudiants, les moins de 18 ans Gratuit les soirs de nocturne

Adresse

Centre d'Art le LAIT - 81000 6 rue Jules Rolland 81000 Albi France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 2 mars 2020