Les jours de pleine lune #15

Exposition
Arts plastiques
La Tôlerie / Non-breaking space Clermont-Ferrand

Suspended spaces, Retour de Fordlandia, à partir de 18h30

Suspended spaces réunit artistes et chercheurs internationaux travaillant autour de territoires géographiques dont le devenir a été empêché pour des raisons politiques, économiques ou historiques. Constitué après l’expérience de Famagusta, ville fantôme chypriote, le collectif s’est ensuite déplacé au Liban et plus particulièrement à Tripoli, sur le site inachevé de la Foire internationale d’Oscar Niemeyer. Il s’est par la suite rendu au Brésil où le musée d’art contemporain construit par Niemeyer à Niteròi, et le Centre culturel et social, travaillent avec la favela voisine, dans une société brésilienne violente et divisée. Chacune de ces étapes a donné lieu à des résidences, des oeuvres, des rencontres, des colloques, des publications. L’actuel séjour à Fordlandia dans la forêt amazonienne s’intéresse à une ville construite par Henry Ford au bord du Rio Tapajòs, qui s’est épuisée dans l’absurdité de son programme.

Fordlandia, nom de cette ville nouvelle bâtie autour de l’industrie du caoutchouc dans les années 1920 à 40, engageait un projet économique, politique, et culturel. Mais c’était sans compter sur la terre, l’eau, le soleil, les peuples. Non sans violence, la » belle » idée s’est enlisée et laisse aujourd’hui visibles les traces suspendues de son échec.

Retour de Fordlândia présente un ensemble d’œuvres, d’actions et de gestes réalisés à cette occasion.

Avec : Alessia de Biase (architecte-urbaniste et anthropologue,responsable du LAA — Laboratoire Architecture Anthropologie), Susana de Sousa Dias (cinéaste, Portugal), Marcel Dinahet (artiste, France), Camila Fialho (Présidente de l’association Fotoativa, Brésil), Débora Flor (artiste, membre de Fotoativa, Brésil), Maïder Fortuné (artiste, France), Véronique Isabelle (chercheure en anthropologie, Canada-Brésil), Valérie Jouve (artiste, France), Jan Kopp (artiste, Allemagne-France), Bertrand Lamarche (artiste, France), Jacinto Lageira (philosophe, Portugal-France), Daniel Lê (artiste, France), Françoise Parfait (chercheure et artiste, France), André Parente (chercheur et artiste, Brésil), Alexandre Sequeira (chercheur et artiste, Brésil), Stéphane Thidet (artiste, France), Mireille Pic (artiste, membre de Fotoativa, Brésil), Camille Varenne (étudiante chercheure, ESACM, Clermont Ferrand), Éric Valette (chercheur et artiste, France), José Viana (chercheur et artiste, Brésil)

-

Tony Matelli, Weed#10 et Weed#30, de la série Abandon (2007), jusqu'au 22 décembre 2018

Non-breaking space emprunte au Frac Bretagne deux oeuvres de Tony Matelli qui seront disposées dans l’espace de La Tôlerie. Tony Matelli évoque dans ses œuvres l’évasion face à la difficulté de vivre dans les sociétés occidentales, notamment américaine. Ses sculptures semblent perdues dans un monde hors de la civilisation, dans une solitude voulue pour contrer l’excitation vaine des grandes métropoles.

-

Jacques Michell - Rubrique Les peintres, jusqu'au 22 décembre 2018

Né à Paris en 1939, Jacques Michell passe son enfance en Angleterre. Pour sa première exposition, au début des années soixante, il est présenté au « Young Contemporaries » à Londres, aux côtés de David Hockney, Peter Blake, Bridget Riley et le sculpteur Anthony Caro. A partir des années soixante-dix, Jacques Michell vivra à Milan où il sera exposé à plusieurs reprises. Il s’installe en Auvergne en 2004 où il continue un travail de peintre dans lequel : « les formes géométriques s’associent […] à travers un dialogue que la couleur en aplat contribue à réaliser avec simplicité, comme une proposition renouvelée de formes du réel vues ou imaginées. Ces ensembles colorés laissent aussi la place à des séries en noir et blanc où la radicalité des contrastes impose les découpes et les vides comme des sculptures et des architectures. La simplicité des formes ne doit pas nous tromper, c’est un objectif ambitieux qui demande beaucoup de travail et de renoncement » (Roland Cognet in catalogue exposition What Happens if ? de Jacques Michell à La Maison, septembre-octobre 2014).

Éric Marty, L'Invasion du désert, ed. Manucius (2017) - Rubrique Diaporama, jusqu'au 15 décembe 2018

L’Invasion du désert est un récit d’Eric Marty dans lequel "il y a de multiples photographies, il y a donc celles que l’on voit, imprimées dans le livre, arrachées si l’on peut dire à l’univers de la fiction et rendues disponibles, et dont le véritable statut ou le statut de réalité ou de fictionnalité est instable". Eric Marty a écrit à partir de photographies de Jean-Jacques Gonzales. Les pages sont, à La Tôlerie, présentées successivement au rythme de deux par jours. 

Tarifs :

Entrée gratuite

Autres artistes présentés

Suspended spaces, Tony Matelli, Jacques Michell, Éric Marty, Miguel Angel Molina et Veit Stratmann

Partenaires

L’association &nbsp reçoit le soutien de la Ville de Clermont-Ferrand, Clermont-Métropole et le Ministère de la culture et de la communication-DRAC Auvergne-Rhône-Alpes.

Horaires

Ouvert du mercredi au samedi de 14h à 18h et les jours de pleine lune

Adresse

La Tôlerie / Non-breaking space 10 rue de bien assis 63100 Clermont-Ferrand France

Comment s'y rendre

Par le tramway : Ligne A, arrêt Les Carmes Par le bus : Lignes 3 et 4, arrêt Bien-Assis En C.vélo : Station 024 Dumas À pied : 15 minutes depuis la gare
Accès mobilité réduite
Dernière mise à jour le 2 mars 2020