Les Absents ont toujours raison

Exposition
Arts plastiques
Centre d'art contemporain de Lacoux Hauteville-Lompnes

La thébaïde, 2012, huile sur toile, 130x194 cm

En résonance avec la biennale d’art contemporain de Lyon, articulée cette année sur la temporalité narrative, le CACL opte pour une exposition monographique des peintures de Mathieu Cherkit.

 

Le titre de l’exposition se réfère d’une part au titre d’une de ses toiles « les absents ont toujours tort » et à l’absence récurrente de la figure dans son œuvre. 

Dans sa peinture il est question d’histoire, Cherkit s’en raconte, des tas, autour de la maison de ses grands-parents à Saint-Cloud, qu’il peint inlassablement. 

Le CACL présentera des toiles de grand format pour nous faire entrer dans ses espaces entre commun et intime.

Mathieu Cherkit  a dernièrement exposé au Palais de Tokyo et au musée des Avelines à  St Cloud.

 

« Au premier regard il ne se passe rien dans les tableaux de Mathieu Cherkit. Une cage d’escalier, le perron d’un pavillon, un grenier empli d’objets délaissés, un jardin où gît un fauteuil en plastique, voici une description possible de quelques-uns des motifs visibles à la surface de ces peintures.

 Il ne s’y passe rien à la manière où il ne se passe apparemment rien dans nos vies, étirées dans l’empilement des jours. Il ne se passe rien, et en même temps il surgit une multitude de choses, à la façon dont même un jour morne est traversé de multiples et infimes impressions qui viennent rattacher l’existence à ce qu’elle a de plus dense.

Marc Desgranchamps

 

« Bien que réalisés de manière très instinctive, les tableaux de Mathieu Cherkit fourmillent de références à la peinture : les poissons rouges de Matisse, les compositions de David Hockney, les motifs tribaux utilisés en bordure de toiles pour en resserrer la structure, les premiers plans de Vuillard composés de bureaux et de tables disposés comme des parenthèses (il vient de reprendre ce dispositif dans un tableau récent). Mais au-delà de ces citations formelles, Mathieu Cherkit éprouve aujourd’hui un besoin nouveau, celui de se frotter aux grands thèmes de l’histoire de l’art.( …) C’est le cas par exemple dans la Thébaïde, qu’il vient d’achever récemment, à propos de laquelle il dit avoir recherché les gris de la lumière de Giotto.

Anaël Pigeat – Art Press 

 

Complément d'information

Monographie/Peinture contemporaine

Artistes

Partenaires

Communauté de communes du plateau d'Hauteville et la ville d'Hauteville-Lompnes

Horaires

Samedi 14h00-1800 Dimanche 14h00-18h00

Adresse

Centre d'art contemporain de Lacoux L'école Lacoux 01110 Hauteville-Lompnes France

Comment s'y rendre

covoiturage:http://www.wigowiz.com/carte.php?m=5Rc5048
Dernière mise à jour le 2 mars 2020