Le traitement des pièces textiles

Dans les coulisses du chantier des collections du Cnap
Portant regroupant les Robes de Marie-Ange Guilleminot

Portant regroupant les Robes de Marie-Ange Guilleminot

 

Pour préparer le traitement des 400 pièces textiles qui se déroule de mars à mai 2021, une étude préalable a été réalisée. Les textiles risquant d’être infestés par des insectes ont été identifiés. Ils vont être traités par anoxie, c’est-à-dire qu’ils vont être enfermés dans une bulle étanche contenant de l’azote et aucun oxygène pendant 3 semaines.

Préparation pour l'anoxie et dépoussiérage par micro-aspiration de l'oeuvre textile de Robert Moro

Préparation pour l'anoxie et dépoussiérage par micro-aspiration de l'oeuvre textile. Robert Mollard (dit Robert Moro), Kundalini Shakti, 4 panneaux, 1983 (FNAC 2021-0069).

Ce traitement permet de tuer les insectes à tous les stades de leur développement (œufs, larves, adultes), sans risque de toxicité pour l'œuvre, les restaurateurs et sans impact sur l’environnement contrairement aux insecticides.
Ce traitement permettra d’éviter tout risque de dégradation par des insectes comme les mites, mais aussi tout risque de contamination.

 

Les Robes de Marie-Ange Guilleminot en attente de leur emballage

Les Robes de Marie-Ange Guilleminot en attente de leur emballage

La photographe Adeline Czifra s'est rendue sur le chantier des collections du Cnap, à l'occasion d'un photo-reportage sur les pièces en textile.
Parmi plus de 300 objets examinés, elle a pu découvrir et capturer les robes de la plasticienne, artiste textile et performeuse française Marie-Ange Guilleminot.
Ces robes ont été photographiées après traitement et en attente de leur emballage.

 

Pour suivre l’évolution du chantier, rendez-vous sur les réseaux sociaux #chantiercollectionscnap !

Dernière mise à jour le 2 juin 2021