Le monument, le labeur et l’hippocampe

Exposition
Arts plastiques
La Kunsthalle Mulhouse
Dessin d'Hélène Bleys, 2020

L’hippocampe est un organe du cerveau, de petite taille, qui ressemble grandement à un cheval de mer. Situé dans le lobe temporal, il est le siège d'une mémoire à long terme, autrement dit de la mémoire de l'individu depuis le moment où il est capable de se souvenir. Cet organe joue un rôle central dans le stockage des connaissances dites explicites, celles que l’on peut formuler par le langage. Il est aussi le siège de ce qu’on appelle la mémoire épisodique, celle qui nous permet d’enregistrer des informations factuelles et contextuelles, celle qui nous sert aussi à voyager mentalement dans le temps et l’espace.

Cette capacité à nous remémorer une époque passée ou à nous projeter dans un futur imaginaire, c’est à notre hippocampe que nous le devons. Il enregistre des événements, des détails, des lieux, des ambiances sonores, des états émotionnels qui réaffleurent au détour d’indices ou de ressemblances.

Et si l’on partait du principe que non seulement les hommes mais aussi les objets possèdent un hippocampe ? Alors cette mémoire enfouie dans les chairs et les pierres aurait non seulement un rôle majeur à jouer dans nos projections, mais confirmerait l’importance de préserver aussi bien un témoignage oral que matériel. Reconnaître à la mémoire le pouvoir de dessiner le futur, c’est aussi faire le choix de la transmission plutôt que de la reconstruction.

On pourrait avancer que l’histoire pas si lointaine du XXème siècle est dite  contemporaine parce qu’elle est encore mobilisable par de nombreuses mémoires. Les artistes de l’exposition ont écouté, retranscrit ou filmé des souvenirs toujours vivants ; ils les ont aussi prolongés. Ils sont allés à la rencontre de traces qui à l’épreuve du temps n’ont pas toutes eu les mêmes résistances. Certains souvenirs sont sortis grandis, d’autres noircis. Tous s’inscrivent dans des récits inachevés.

Le monument, le labeur et l’hippocampe est une exposition conçue à partir de l'exemple mulhousien. L'histoire récente de la ville sert de modèle mais pas d'unique point de repère. Ce qu'elle livre de son passé, la façon dont elle s'en accommode vaut pour d'autres villes, d'autres régions. Elle est représentative d'une histoire industrielle faite de constructions, de travailleurs et d'une certaine idée du progrès qui a traversé son siècle mais pas forcément tenu ses promesses.

Petit à petit, les événements ou les habitudes d’une époque deviennent des faits ou des documents classés. On les révèle ou les consulte pour écrire une histoire que les artistes de l’exposition ont souhaité enrichir. Ils ont  choisi de ne pas s’en tenir à la version archivée des souvenirs mais les ont réactivés, sans concessions ni préjugés. Ils ont redonné vie à des paroles, des gestes ou des  lieux qu’ils ont confortés dans leur rôle de passeurs d’un avant à un après.

Complément d'information

Vernissage le jeudi 17 septembre de 14h à 22h

Commissaires d'exposition

Artistes

Autres artistes présentés

Véronique Arnold
Irina Botea Bucan
Jon Dean
Tanja Boukal
Igor Grubic
Zhanna Kadyrova

Horaires

Du mercredi au vendredi de 12h à 18h
Du samedi au mardi de 14h à 18h
Fermé les 1er et 11 novembre

Tarifs

Entrée libre

Adresse

La Kunsthalle 16 rue de la Fonderie 68093 Mulhouse France

Comment s'y rendre

En voiture : A35 et A36, sortie Mulhouse centre, direction Gare puis Université – Fonderie ou Clinique Saint Sauveur
En train : Suivre le canal du Rhône au Rhin (Quai d’Isly) jusqu’au pont de la Fonderie puis rue de la Fonderie (15 min à pied / 5 min à bicyclette)
Transports publics : Ligne C5 arrêt « Fonderie » / Ligne 51 arrêts « Molkenrain » ou « Porte du Miroir » (sauf le dimanche)  // Tram : Lignes 2 et 3 arrêt « Tour Nessel »

Accès mobilité réduite
Dernière mise à jour le 2 septembre 2020