Les dispositifs de soutien

Le Centre national des arts plastiques met en œuvre un ensemble de dispositifs destinés à soutenir les artistes et les professionnels du monde de l’art contemporain. 13 dispositifs de soutien sont aujourd’hui portés par le Cnap.

  • Encourager la recherche et la production artistique

Le Cnap accompagne les artistes, les restaurateurs d’art, les théoriciens et critiques d’art ainsi que les photographes documentaires dans leur projet, depuis la phase exploratoire de recherche jusqu’à la production de la ou des œuvres :

- Le soutien à un projet artistique : attribué une fois par an, il est destiné à aider un artiste à réaliser un projet, depuis sa phase exploratoire de recherche jusqu’à la production de la ou des œuvres qui en seraient issues.

- Le soutien à la photographie documentaire contemporaine : attribué une fois par an, il est destiné à accompagner les photographes pour la production d’un projet, à conforter l’inscription du travail du photographe dans le champ professionnel, et à rendre possible un travail de création.

- Le soutien à la recherche en théorie et critique d’art : attribué une fois par an, il est destiné à des historiens de l’art, commissaires d’exposition indépendants, critiques et théoriciens, pour des projets de recherche conduisant à la parution d’ouvrages, au commissariat d’expositions, à la publication d’articles, à la tenue de conférences et de présentations publiques.

- Le soutien à la recherche en restauration et en conservation d’œuvres d’art contemporain : attribué une fois par an, il est destiné à des restaurateurs souhaitant mener à bien une recherche, en liaison avec un laboratoire. Depuis 2016, le Cnap propose par ailleurs aux restaurateurs d’art un appel à projets en lien avec une problématique de restauration préventive concernant les œuvres de la collection.

- Le secours exceptionnel : cette aide ponctuelle, attribuée trois fois par an, est réservée aux artistes qui rencontrent dans leur quotidien des difficultés financières conjoncturelles ne leur permettant plus d’exercer leur activité artistique de manière professionnelle et constante.

  • Soutenir et accompagner les acteurs économiques

Le Cnap a pour autre mission d’encourager les acteurs économiques et culturels à poursuivre leur engagement en faveur de la création. Il soutient ainsi les professionnels de l’art contemporain : galeristes, éditeurs et maisons de production audiovisuelle. De cette manière, il partage la prise de risque économique des  projets et participe à leur valorisation.

- Le soutien aux éditeurs avec les aides à l’édition imprimée et numérique : attribué deux fois par an, ce dispositif vise à mieux faire connaître la scène artistique française et à porter à la connaissance du public des ouvrages de référence jusqu’alors introuvables en langue française. Il soutient des ouvrages consacrés à des artistes vivants et à des artistes ou mouvements artistiques postérieurs à la première moitié du XXe siècle, influents dans le champ de l’art contemporain.

- Le soutien aux éditeurs pour la participation à un salon : adressé à des éditeurs souhaitant participer à un salon en France ou à l’étranger, ce soutien attribué une fois par an, vise à favoriser la diffuser des ouvrages de la scène française et à développer les échanges à l’international.

- Le soutien aux galeries pour la première exposition : deux fois par an, ce dispositif soutient des galeries pour la première ou seconde exposition personnelle d’un artiste déjà engagé dans la vie professionnelle, en galerie ou dans le cadre d’une foire française en France.

- Le soutien aux galeries avec l’avance remboursable pour la production d’une œuvre originale : depuis 2013, ce dispositif attribué deux fois par an, permet la production d’œuvres dont l’économie est plus difficile à financer pour une galerie, dans le cadre d’une exposition en galerie, en centre d’art ou en foire. La commission examine l’intérêt que la production de cette œuvre peut revêtir pour l’artiste et le développement de son travail.

- Le soutien aux galeries pour la publication : un soutien financier est accordé deux fois par an aux galeries pour la publication d’un catalogue d’exposition, d’un livre d’artiste ou d’une monographie consacrée à un artiste qu’elles représentent. L’ouvrage constitue alors un outil de promotion du travail de l’artiste par la galerie.

- Le soutien aux galeries pour la participation à une foire à l’étranger : depuis 2014, deux fois par an, le Cnap appuie les galeries d’art contemporain domiciliées en France et engagées dans une politique active de diffusion et de présentation d’artistes de la scène française qu’elles soutiennent à l’étranger.

- Le soutien aux galeries pour le développement de partenariats avec des galeries étrangères : le Cnap affirme son engagement en faveur de la scène artistique française en accompagnant deux fois par an des galeries dans le développement de partenariat avec des galeries étrangères, pour la production d’une première exposition ou la publication d’une monographie d’artiste. Ce dispositif est porté par le Cnap et non plus par le ministère de la Culture (DGCA), depuis 2019. 

- Le soutien aux maisons de production avec l’aide « image/mouvement » à la postproduction et au développement : accordé une fois par an, ce soutien s’adresse aux maisons de production engagées dans les nouvelles écritures et pratiques cinématographiques, tant documentaires que fictionnelles, et axées sur l’expérimentation et la recherche dans le champ de la création contemporaine.

Enrichir la collection nationale

  • Poursuivre plus de deux siècles d’engagement auprès des artistes vivants

102 500 œuvres ont rejoint l’inventaire de la collection depuis 1791. Dès sa création, le projet du Centre national des arts plastiques n’est pas de réunir une collection muséale mais bien un fonds d’œuvres d’art reflétant la création contemporaine. Sans cesse réaffirmées et affinées,  ses missions se concrétisent par des achats et des commandes.

La politique d’acquisition du Cnap, qui s’appuie sur l’expertise de professionnels, se détermine par son éclectisme, par sa sensibilité aux courants émergents et par son caractère prospectif. Ainsi, une attention particulière est-elle portée à la jeune création, mais aussi aux artistes plus confirmés peu présents dans les collections publiques françaises.

La collection se distingue également par son ouverture à l’international avec des œuvres d’artistes français et étrangers. Avec près de 40 000 œuvres acquises depuis les années 1980, elle rend compte de la diversité des pratiques artistiques et des évolutions plus récentes de l’art.

La collection s’enrichit aussi par des donations d’envergure : 621 œuvres de la part de Sybil Albers-Barrier et Gottfried Honegger en 1997, 556 œuvres de la collection personnelle d’Yvon Lambert en 2012, ou encore celles d’Étienne Robial pour l’identité visuelle de Canal+, de Yona Friedman pour les décors de son appartement parisien et de Dove Allouche, en 2016.

  • Commander des œuvres inédites

Chaque année, le Cnap commande à des artistes des œuvres, qui rejoignent la collection. Il permet ainsi l’émergence de projets ambitieux et innovants, qui relèvent notamment de l’expérimentation artistique et esthétique, de la réinvention des savoir-faire traditionnels ou qui abordent de grandes thématiques liées à la société contemporaine. Ces œuvres, mises à la disposition du public le plus large, s’inscrivent dans des espaces physiques (lieux publics ou espaces d’exposition) ou dématérialisés (internet, radiodiffusion).
La politique de commande concerne tous les champs des arts visuels. Notamment, la commande « Quotidien », lancée en 2018 par le Cnap en partenariat avec l’association de développement et de recherche sur les artothèques (ADRA), a pour objectif d’encourager la création contemporaine et de soutenir à la fois les ateliers et les artistes dans le domaine du multiple. De même, dans le champ de la photographie, le Cnap porte en coopération avec les Ateliers Médicis la commande photographique nationale des « Regards du Grand Paris » pour une durée de dix années (2016-2026), au rythme d’une commande à six photographes au moins par an. L’enjeu de ce projet est de participer aux nouvelles représentations urbaines et sociales de la métropole parisienne. Une autre commande nationale dédiée à la jeunesse en France, « Jeunes-Générations », portée par le Cnap avec l’association CéTàVOIR, a été présentée à la Friche la Belle de Mai, du 18 février au 3 juin 2018, puis au Centre photographique de Marseille.

Grâce au nouveau programme de commande d’œuvres temporaires et réactivables pour l’espace public, le Cnap offre aux artistes l’opportunité d’innover dans leur démarche. Cette commande s’inscrit dans le cadre d’un programme expérimenté par le Cnap depuis 2015, qui propose à des artistes de concevoir une œuvre réalisée, à chaque nouvelle présentation, à partir d’un protocole. Parmi les différentes installations artistiques, la Rampe cycloïdale (2015-2016) de Raphaël Zarka, présentée à Paris lors de la FIAC 2018 puis déposée aux Abattoirs-Frac Occitanie à Toulouse pour deux ans, ou l’œuvre Horizontal Alphabet (Black, 2016) de Katinka Bock dont le protocole est conservé dans les réserves du Cnap. Objets de démocratisation culturelle, ces créations contemporaines portées par l’Etat forment désormais un ensemble considérable au sein de la collection, sous forme d’étude et de maquette.

  • La commission d’acquisition et de commande

La politique d’acquisition s’est fortement intensifiée depuis 1981 avec l’institution de commissions nationales consultatives spécifiques à chaque domaine artistique : plus de 43 000 œuvres ont été acquises (21 700 achats, 18 800 commandes et 2 700 donations), et plusieurs centaines sont achetées chaque année, auprès d’artistes en activité et de galeries.

Aujourd’hui, trois collèges composent une unique commission : Arts plastiques, Arts décoratifs, design et métiers d’art, et Photographie et images. Chacun des trois collèges est composé de 6 membres de droit et de 8 personnalités qualifiées, renouvelés tous les 3 ans. La commission, présidée par la directrice du Cnap ou son représentant, est chargée de donner un avis sur les propositions d’acquisitions, de dons et de commandes d’œuvres destinées à être inscrits sur l’inventaire du Fonds national d’art contemporain.

La réunion des collèges de la commission est toujours précédée de la réunion du conseil de prospection et de suivi des acquisitions et des commandes (CPSA) qui évalue en amont les propositions d’acquisition et les opportunités d’œuvres à commander.

Pour en savoir plus

Dernière mise à jour le 25 février 2020