Laurence Aëgerter, Aymeric Vergnon-d'Alançon: TECTONIQUE DES PLANS

Exposition
Galerie La Ferronnerie Paris 11

‘…Abordant aussi bien la vidéo, la performance, l’édition que la photographie, Laurence Aëgerter

s’approprie des systèmes qui classifient et régissent notre société : des encyclopédies, des annuaires, des journaux, et même nos musées…’

Les photos présentées à la galerie la Ferronnerie font partie de l’ensemble ‘Hermitage, the Modernists’ qui fait suite à Le Louvre and The Apparatus, présenté notamment à l’Institut Néerlandais à Paris en 2009.

‘…Des personnages plantés devant une œuvre d’art. Nous sommes dans un musée. Un visiteur nous obstrue la vue d’un tableau. Il nous gêne, nous empêche de voir, parasite l’objet observé, l’oblitère de sa silhouette. Ici, point d’agacement. Sa présence nous est agréable. Vu de dos, l’intrus se fond dans le tableau par des connivences formelles et colorées…’

‘…Cachant une partie du tableau, l’anonyme visiteur réinterroge par sa simple présence les effigies des plus grands temples de l’art occidental. Dans cette confrontation, deux espaces-temps se télescopent : celui qui a vu naître le tableau et celui de sa réception, dans l’enceinte muséale. Comment les œuvres sont-elles soumises au public contemporain ? Qu’est-ce qui a changé dans nos modes de lecture et d’appréhension des images ? Quel supplément ou déviation de sens se produit-il ? Le message fondamentalement ambigu des œuvres d’art, perméable à la pluralité de sens, est mis en scène par la participation active du regardeur. Par le parasitage d’objets ou de spectateurs, Laurence Aëgerter re-contextualise les œuvres au sein de l’espace muséal, y réinjecte de la vie…’

cf. Rébecca François, Janvier 2011, Attachée de conservation du patrimoine au musée d’Art moderne et d’Art contemporain de Nice.

 

Laurence Aëgerter est la lauréate 2011 du 4e prix artistique de la Chambre de commerce et d’Industrie de Marseille.

Elle vient de publier aux éditions Filigrannes  “Tristes tropiques: illustrations hors-texte

 

Utilisant la photo et vidéo, Aymeric Vergon-d’Alançon imagine pour les œuvres exposées à la Ferronnerie des fictions liées aux quêtes d’ailleurs d’explorateurs réels ou inventés. Pour Tectonique des plans, il présentera des photos et vidéos de l’ensemble ‘Le dernier voyage d’Alexis Kozlomov’ accompagnées d’œuvres de la série Remembrance of a stellar journey .

 

Le dernier voyage d’Alexis Kozlomov, 2011 est une oeuvre protéiforme articulée autour d’une histoire : la disparition d’un jeune explorateur en quête de paysages inconnus. Ce récit initiatique, qui est l’occasion d’explorer la dimension fictionnelle du paysage, prend la forme de grands panoramiques constellés secrètement d’éléments cartographiques ou encore de vidéos jouant sur la substitution du personnage et du photographe.

A côté du projet, plusieurs oeuvres satellitaires gravitent autour des mêmes questions.

 

Remembrance of a stellar journey :

Des images et des textes sont montés recto-verso dans un cadre articulé.

Des photographies d’une plage, la nuit. Le flash éclaire des traces dans le sable, des végétaux, un rocher. Les textes sont des fragments, en anglais, du récit que le naturaliste Georg Steller écrivit lors du voyage de Bering en Sibérie. Ces notes relatent le voyage et l’approche, souvent différée, d’une terre encore inconnue.

 

Aymeric Vergon-d’Alançon a participé à la  Nuit banche 2011 au Centre Photographique d’Ile de France, à Pontault-Combault, après y avoir effectué une résidence au printemps où il a notamment élaboré l’ensemble Le dernier voyage d’Alexis Kozlomov. 

Horaires

mardi à vendredi : 14h-19h, samedi : 13h-19h

Adresse

Galerie La Ferronnerie 40 rue de la Folie Méricourt 75011 Paris 11 France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 2 mars 2020